twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bruno Mettling : « Défis des opérateurs de télécommunications dans la transformation digitale en Afrique »

mardi 20 décembre 2016

Invité à partager sa vision sur la transformation numérique à l’occasion des 5èmes Assises de la transformation digitale organisée par Cio Mag, Bruno METTLING, DGA Groupe Orange, PDG Orange Middle East and Africa, a exposé les trois défis auxquels les opérateurs de télécommunications devront faire face pour accompagner le processus de transition du digital en Afrique.

Selon lui, le premier défi concerne la monétisation des données issues du Big data, le second défi est relatif à la gestion des compétences par une meilleure maitrise des parcours d’excellence, nécessaire au développement du numérique. Enfin, les opérateurs de télécommunications font face à la fragilité du cadre institutionnel dans plusieurs pays pouvant entrainer une instabilité du secteur des télécommunications.

Pas de numérique sans opérateurs de télécommunications

Dans son exposé, Bruno METTLING a déclaré d’emblée malgré un léger décalage, « l’Afrique vit, à un rythme accéléré, les profondes mutations que le numérique a engendrées sur les autres continents ». Cette transformation concerne avant tout l’explosion des données et la réduction des coûts de communication. Après une forte chute, le trafic de voix se stabilise en Afrique. Parallèlement, la data continue de progresser. Le premier défi auquel les opérateurs font face aujourd’hui est de trouver un business model permettant de monétiser la data dans un contexte historique où l’achat physique de cartes prépayées est une tradition née avec l’arrivée de la téléphonie mobile. « Le grand enjeu pour les opérateurs est d’arriver à gérer cette décroissance de la voix, déjà connue en Europe et qui commence à gagner l’Afrique, au profit de la data », explique Bruno METTLING. Et d’ajouter que : « cette nouvelle donne appelle à faire face à de nouvelles capacités à investir dans de nouveaux réseaux, dans de nouvelles infrastructures dans le cadre d’un partenariat public/privé ». Prenant l’exemple de l’arrivée de la 3G et de la 4G, il explique « qu’il s’est passé 10 ans en moyenne en Europe entre le moment où la 3G est installée avec les investissements qu’elle requiert avant de passer à la 4G alors qu’en Afrique ce passage, s’est fait seulement en 3 ans ». Il fait ensuite savoir que « ce phénomène n’est pas neutre en termes d’investissements et d’amortissements des équipements associés ».

Revenant sur la dualité souvent faite entre opérateurs de télécommunications et OTT, Bruno METTLING s’est voulu clair. Il a en effet, expliqué « qu’il ne peut y avoir de secteur numérique possible sans connectivité, sans réseau. Pour transporter toutes ces données, il faut de la connectivité. Sans l’apport des opérateurs, on ne peut pas parler de digital », résume t-il.

(Source :CIO Mag, 20 décembre 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)