twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bras de fer à Digital Africa

mercredi 17 février 2021

La bataille fait rage entre l’Agence française de développement et l’initiative Digital Africa, portée par le président Emmanuel Macron. La première réclame la dissolution de la seconde, et a convoqué à cet effet une réunion extraordinaire du Conseil d’administration.

Jeudi 18 février, le Conseil d’administration de Digital Africa est appelé à se réunir, pour évoquer la convocation d’une assemblée générale extraordinaire chargée de dissoudre la structure. Mais les membres de l’initiative, présidée par Kizito Okechukwu, ne l’entendent pas de cette oreille. Dans une missive à laquelle CIO Mag a eu accès, ce dernier affirme s’opposer à cette réunion du Conseil d’administration pour la raison suivante : “Monsieur Jean-Pierre BARRAL, représentant de l’Agence Française de Développement (AFD), ne détient aucun titre à demander la réunion de ce Conseil et n’a au surplus pas respecté les dispositions statutaires relatives aux convocations du Conseil”.

Le président de l’organisme rappelle qu’une réunion avait été convoquée par lui-même le 25 février pour évoquer le souhait de l’AFD de dissoudre Digital Africa. Cette date visait à laisser le temps nécessaire pour la remise d’un rapport, censé expliciter les causes motivant cette dissolution. “Il semble que l’empressement de l’AFD soit motivé par l’intention d’empêcher la rédaction de ce rapport”.

L’association précise par ailleurs avoir mandaté deux avocats du Barreau de Paris pour défendre ses intérêts. Cela fait plusieurs mois que Digital Africa se trouve dans la tourmente. En témoigne la démission en juillet 2020, de Karim Sy, fondateur de Jokkolabs.

Nous reviendrons très prochainement sur les raisons évoquées pour réclamer cette dissolution.

(Source : CIO Mag, 17 février 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)