twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bitilokho Ndiaye, présidente du Festic : “Promouvoir l’usage des Tic par les femmes pour augmenter les chiffres d’affaires des entreprises”

lundi 13 mars 2017

Elle n’est plus à présenter. Bitilokho Ndiaye, une dame de fer qui a longtemps œuvré dans le domaine des Tic au Sénégal pour la promotion de la femme, a été élue à la tête du Festic. Bitilokho, nous livre dans cet entretien, son arsenal technique qui sera utilisé pour faire de cette association une référence. Elle explique aussi sa vision sur le rôle de la femme dans le secteur des Tic.

Bitilokho Ndiaye, vous avez été récemment portée à la présidence d’une nouvelle association dénommée : Femmes Sénégalaises des TIC (FESTIC). Pouvez-vous nous parler de cette association et quels sont ses objectifs ?

L’Association des Femmes Sénégalaises des Tic regroupe des femmes professionnelles du secteur des Tic/Télécommunications notamment le ministère des Postes et des Télécommunications, la Sonatel, Expresso, l’Adie, Solid informatique, le quotidien le Soleil, Nelams services, Avantages distribution, la communauté Jiggencitic, les femmes cheffes d’entreprises du secteur des Tic, etc

Les objectifs du Festic sont de contribuer à la transformation numérique des femmes, mener des plaidoyers pour l’accès des femmes aux postes de responsabilités dans le secteur des Tic ; mener des activités de réseautage.

Dans ce cadre, le Festic a 3 axes stratégiques d’intervention : la transformation numérique, le plaidoyer pour l’accès des femmes aux postes de responsabilités, le networking.

Pour la transformation numérique, le Festic appuie la formation en Tic de ses membres, des femmes de tous les secteurs économiques et de tout citoyen sénégalais.

Pour le Festic, la transformation numérique est un véritable changement de paradigme, qui nécessite que les citoyennes et citoyens sénégalais inscrivent le numérique au cœur de leur vie de tous les jours en utilisant les équipements technologiques et les applications numériques de dernière génération, dans le cadre de leurs activités professionnelles et sociales. C’est dans ce cadre que le Festic apportera son appui pour le renforcement des compétences numériques des Sénégalais, en particulier des sénégalaises, notamment par le déploiement d’applications numériques pour les opératrices économiques dans le secteur de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage, du commerce etc.

L’accès des femmes aux postes de responsabilités est une préoccupation pour le Festic et un enjeu de taille pour le développement du secteur des Tic. Les femmes ne représentent que 30% des personnes qui siègent aux instances de décisions du secteur des Tic. Il est crucial que plus de femmes participent à ses instances, et le Festic entend sensibiliser les dirigeants pour une implication massive des femmes à la définition des politiques numériques, mais également comme responsables de projets, programmes et de directeurs dans le secteur.

S’agissant du Networking, le Festic envisage de créer un réseau mondial de décideurs et d’entrepreneures dans le secteur des Tic. Ce réseau permettra le partage d’expériences et le développement du partenariat et de la coopération internationale.

On assiste de plus en plus à une forte présence des femmes dans le domaine du Numérique. Qu’est ce qui explique cela ? Avez-vous des programmes spéciaux dédiés aux femmes ?

Les femmes sont de plus en plus présentes dans le secteur du numérique grâce à notamment aux efforts consentis par le ministère des Postes et des Télécommunications, les membres du gouvernement, les partenaires au développement, les entreprises Tic/Télécommunications, la société civile pour encourager les filles à choisir les filières Tic et intégrer le genre dans le secteur des Tic.

Mais aussi parce que le secteur des TIC est attractif, porteur de croissance et pourvoyeurs d’emplois.

Ces tendances ont été confirmées d’ailleurs par le Cabinet Deloitte à travers une étude qui date de 2016. En effet, au moins 31% des femmes sénégalaises enquêtées occuperont des postes dans le secteur des TIC, alors qu’elles représenteront moins de 25% des postes Tic dans les pays développés. Le nombre de femmes qui postulent à des annonces dans l’IT augmente. 80% des enquêtées de Deloitte affirment ne pas sentir de différence de traitement sur des sujets techniques ; 62% d’entre elles estiment que la stratégie de leur employeur favorise autant les hommes que les femmes.

Ce qui démontre donc qu’au Sénégal, il existe un cadre favorable à l’équité et à l’égalité de genre dans le secteur des Tic.

Est-ce qu’aujourd’hui on peut dire que les femmes sont incontournables dans le domaine du Numérique ?

Absolument, les femmes sont incontournables dans le domaine du numérique à la fois en tant que consommatrices, productrices de services et contenus numériques, décideurs, entrepreneures etc.

En effet, il faut remarquer une participation très qualitative des femmes au développement du secteur de l’économie numérique. Les projets majeurs du secteur ont été déployés par des femmes à savoir la portabilité des numéros, la 4G, la lettre de politique sectorielle du secteur des TIC/Télécommunications et des Postes, l’Intégration du Genre, le développement de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, le développement de l’écosystème numérique etc.…

En effet, les femmes participent de manière qualitative à la définition des politiques numériques et dans leur mise en œuvre. Et nous en sommes très fières.

Il demeure donc pertinent d’augmenter leur nombre aux postes de responsabilités pour bénéficier de leur savoir-faire, leur efficacité, leur diligence, leur capacité d’innovation en somme de leurs innombrables qualités.

Au vue de la volonté affichée par les dirigeants du secteur, la présence et la participation des femmes va probablement augmenter dans le secteur. Si on se réfère à certaines statistiques du secteur, on ose espérer dans le secteur des Tic qu’on arrivera en 2030 à une planète 50-50 dans le domaine du Travail.

En effet, les femmes représentent 47% au ministère des Postes et des Télécommunications, 40% à l’Artp, 35% à la Sonatel, 40% à l’Adie, 40% à Expresso.

Le défi à relever aujourd’hui est donc la nomination de femmes à des postes de dirigeants du secteur des Tic/Télécommunications.

Concernant le développement d’applications et l’usage du numérique, des applications mobiles et web ont été créées par des femmes pour résorber des problèmes socio- économiques majeurs.

S’agissant de l’utilisation d’internet plus précisément, les femmes représentent environ 51% de la population sénégalaise, et si ces dernières utilisaient Internet en masse, cela aurait un impact considérable dans le PIB, car nous savons que l’utilisation croissante d’internet augmente le PIB.

Se basant sur le document de la stratégie Sénégal numérique 2025, « le Sénégal est classé 1er pays africain pour le poids d’Internet dans l’économie (I-PIB) estimé à 3,3%, du fait notamment d’une très bonne connectivité internationale et d’un bon réseau national de transmission. Il reste que, la décomposition de l’I-PIB du Sénégal montre que 91% de sa valeur est due à la consommation privée tandis que les autres dimensions telles que la contribution des investissements privés, publics et l’exportation demeurent faibles ».

De ce point de vue, si on augmente l’usage d’Internet par les femmes, la contribution d’Internet dans le PIB va augmenter. L’accès des femmes aux technologies innovantes constitue de ce fait un enjeu économique de taille notamment pour les entreprises du secteur des Tic/Télécommunications.

Ces entreprises ont donc intérêt à promouvoir l’usage des Tic par les femmes pour augmenter leur chiffre d’affaires.

Parlez- nous des projets futurs avec les femmes dans le domaine des Tech

Plusieurs projets vont être déployés par le gouvernement du Sénégal, notamment par le ministère des Postes et des Télécommunications et ses partenaires dont les femmes sont parties prenantes à savoir : le programme « Sénégal Numérique 2025 », la lettre de politique sectorielle des Tic/Télécommunications et des Postes, le Parc des Technologiques numériques de Diamniadio, le programme de développement de entrepreneuriat numérique féminin, le programme d’alphabétisation numérique des femmes, le programme d’insertion des filles dans les filières Tic ;

Le Festic entend donc contribuer à la mise en œuvre de ces différents programmes pour faire en sorte que les femmes et les filles en soient les principales actrices et bénéficiaires.

Le Festic va mener aussi des programmes spéciaux de soutien au programme « Sénégal Numérique » axés principalement sur le développement des usages du numérique à travers le développement des compétences numériques

(Source : Social Netl Link, 13 mars 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)