twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bénin : face à la Covid-19, l’ANSSI plus que jamais d’attaque

mercredi 24 juin 2020

Si l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information du Bénin s’est assurée de la sécurisation des infrastructures numériques et du cyberespace béninois avant la crise sanitaire mondiale liée au coronavirus (Covid-19), elle est actuellement beaucoup plus sollicitée. Malgré cela, elle maintient son plan d’actions et les projets phares du secteur du numérique.

L’apparition et la confirmation des premiers cas de Covid-19 au Bénin ont drastiquement réduit les déplacements des citoyens, surtout depuis qu’un cordon sanitaire a été instauré par le Gouvernement. Dans ce contexte, les entreprises ont recours au télétravail pour ne pas être contraintes d’interrompre leurs activités. « Dans le numérique, chaque fois que l’on ajoute une brique ou un nouveau processus, on étend le périmètre ou la surface d’attaque », fait remarquer Ouanilo Medegan Fagla, Directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information du Bénin (ANSSI-Bénin).

Ces attaques sont de plusieurs ordres : la compromission de l’ordinateur d’un employé en télétravail, la cybercriminalité ou la cyberattaque. Ainsi, l’ANSSI a très tôt pris les devants de cette lutte en diffusant un guide de bonnes pratiques de sécurité du télétravailleur. Parmi les recommandations formulées aux internautes, on préconise d’« installer des mises à jour de sécurité », d’« utiliser un VPN et les méthodes d’authentification doubles prévues par l’employeur afin d’accéder de manière sécurisée aux ressources de l’entreprise » ou encore de « ne pas installer les applications mobiles sur le thème du Covid-19, mais plutôt de s’informer sur la crise à partir des canaux officiels. »

Sécurité numérique

Alors que le guide du télétravailleur est destiné aux entreprises privées et aux particuliers, l’ANSSI œuvre également à la sécurité informatique des membres du gouvernement et de leurs infrastructures. Au regard de cela, Ouanilo Medegan estime que le Covid-19 a au moins un bénéfice : celui d’accélérer la transformation digitale des institutions « Tous les informaticiens ont une sorte de petite fenêtre dans laquelle ils peuvent intégrer leurs besoins et en tirer satisfaction. Le télétravail est vrai outil pour les gens. C’est un plus en terme de transformation digitale. »

Pour autant, l’ANSSI maintient sa feuille de route, laquelle consiste en la mise en œuvre de la stratégie nationale de sécurité numérique. Elle consiste à classifier les systèmes d’information (SI) pour en connaître les forces et les risques en présence, et en acquérir la maitrise. Les connaissances des SI permettront de finaliser les politiques de sécurité des systèmes d’information de l’Etat et leur mise en place, ainsi que celles afférentes à la protection des infrastructures critiques. En parallèle, l’ANSSI est associée à la totalité des projets du secteur du numérique pour s’assurer qu’il n’y a aucune faille au niveau de leurs systèmes de sécurité.

Grands projets

En droite ligne avec ses prérogatives, le cyberespace béninois et les infrastructures informatiques restent la priorité de l’ANSSI. Et la mise en place du système national d’infrastructure à clé publique (PKI) est l’un de ses projets phares. Il s’agit d’une plateforme de sécurisation de documents administratifs électroniques tels que : le passeport, la carte d’identité, les transactions, la signature, les documents et les services en ligne. Au Bénin, cette réforme est déjà opérationnelle grâce à l’émission des cartes nationales d’identité électroniques, des passeports électroniques et de la mise en service de la plateforme www.servicepublic.bj, qui est le portail national des services publics.

En cas d’incident informatique, le premier point de contact avec les institutions de l’Etat est bjCSIRT, une équipe gouvernementale de réponse aux incidents de sécurité informatique. Cette police du cyberespace béninois travaille en lien avec l’Agence béninoise pour la cybersécurité et la promotion du numérique (ABCPN), la police républicaine et l’Office central de répression de la cybercriminalité (OCRC) pour démanteler les réseaux de cybercriminels. Le bjCSIRT fait remonter ses informations sur les failles ou les vulnérabilités aux structures privées concernées, de sorte à renforcer la sécurité des systèmes d’information. Les informations sont collectées grâce aux outils de surveillance de la cybersécurité dont dispose le Bénin, à l’échelle nationale, pour anticiper de potentielles attaques.

Michaël Tchokpodo

(Source : CIO Mag, 24 juin 2020)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik