twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 238 Mai 2019

vendredi 31 mai 2019

Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Jusqu’à quand sous-traiterons-nous la production et la gestion de nos données biométriques ?

A travers la presse, nous avons récemment appris que les Etats-Unis s’apprêtaient à équiper et former les agents de la Direction de la Police de l’Air et des Frontières afin qu’ils puissent digitaliser l’ensemble des empreintes digitales des passagers passant par l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Cette information, qui n’a guère suscitée de débats dans l’opinion publique, dans les médias classiques comme sur les réseaux sociaux, nous interpelle pourtant fortement à l’heure où la protection des données à caractère personnel et la problématique de la souveraineté numérique sont au cœur des préoccupations individuelles des citoyens et des préoccupations collectives des Etats. La question n’est pourtant pas nouvelle puisque cela fait maintenant près de quinze ans que les autorités sénégalaises se sont lancées dans la modernisation des fichiers administratifs comportant, à un titre ou à un autre, les données biométriques des citoyens. En effet, c’est en août 2004 que le Président de la République, Me Abdoulaye, a pris la décision de procéder à une refonte totale du fichier électoral et subséquemment au remplacement des anciennes cartes nationales d’identité par des cartes d’identité numériques au format carte de crédit. Le marché, de quelques vingt-deux milliards de FCFA, sera confié à un consortium composé de la société britannique De La Rue pour le volet établissement des cartes nationales d’identité et des cartes d’électeurs, la société américaine Eastshore Technology pour l’aspect biométrie et les sociétés sénégalaises Sygma Technologie pour la fourniture des logiciels et Système+ pour les équipements. L’attribution de ce marché fera d’ailleurs couler beaucoup d’encre et de salive car la Banque mondiale (BM) avait financé un programme similaire dans le cadre du Projet de modernisation des systèmes informatisés de l’Administration (PMSIA) qui avait pour objet le développement d’une application pour la gestion des cartes d’identité des étrangers vivant au Sénégal et des permis de port d’armes. Sur la base des logiciels et des équipements acquis pour les besoins de ce projet, il aurait donc été aisé de produire d’autres types de documents administratifs (carte nationale d’identité, permis de conduire, etc.). Le groupe ATI, attributaire de ce marché avait d’ailleurs noué un partenariat avec la firme américaine LaserCard, qui avait développé la technologie de cartes à mémoire utilisée par l’Administration américaine pour la Green Card, pour son exécution. Trois ans plus tard, en septembre 2007, le gouvernement sénégalais signera un contrat de type BOT, d’un montant était estimé à 117 milliards de FCFA sur vingt-cinq ans, avec la société malaisienne Iris corporation Berhad pour la production passeports biométriques afin de se mettre en conformité avec les nouvelles normes établies par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Puis, suite à la décision de la Conférence des chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), prise en décembre 2014 à Abuja (Nigeria), d’instituer une carte d’identité biométrique pour tous ses ressortissants, le Sénégal se lancera à nouveau dans la confection de cartes nationales d’identité biométriques dont le marché, d’un montant de cinquante milliards de FCFA, sera attribué, dans le cadre d’un contrat de gré à gré, à Iris corporation Berhad. On ne peut donc qu’être étonné par l’annonce faite par l’Ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal et se poser la question de savoir comment après quinze années d’expérience et trois opérations de confection de documents d’identité biométriques, sans compter la production récente de permis de conduire biométriques, le Sénégal se trouve toujours dans l’incapacité de produire des documents biométriques. Or la production de ces derniers pose tout à la fois la problématique de la protection des données personnelles des citoyens sénégalais, dont on ignore où elles sont conservées et avec quelles garanties de sécurité et celle de notre souveraineté numérique, pour ne pas dire de notre souveraineté tout court, à partir du moment où notre Etat semble tout à la fois incapable de gérer la production de documents sécurisés au profit de ses citoyens et de contrôler les accès (entrées et sorties) à son territoire national avec des dispositifs de sécurité adéquats. En filigrane se pose la question toute aussi essentielle de l’implication significative du secteur privé national dans tous les projets touchant à la mise en œuvre de d’infrastructures, de produits ou de services ayant un caractère critique pour le développement de notre pays et de l’Afrique.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Actualités

Interdiction des outils de communication dans les centres d’examen du baccalauréat

Le 29 mai 2019, le Directeur de l’Office du Baccalauréat a publié un communiqué interdisant aux candidats au baccalauréat l’introduction d’outils de communication (téléphone portable, tablettes ou assimilés dans les centres sous peine d’exclusion et d’interdiction de poursuivre les épreuves. De plus, l’usage de ces mêmes outils de communication par les surveillants dans les salles d’examen a été formellement interdit.

Ousmane Mbengue condamné à six mois de prison avec sursis pour ses propos sur Facebook

Le 29 mai 2019, Ousmane Mbengue, qui avait appelé « à tuer les femmes » dans un post publié sur Facebook le 20 mai 2019, a été condamné par le tribunal des flagrants délits, à six (6) mois de prison avec sursis pour provocation et incitation à la commission d’un crime ou d’un délit après avoir été relaxé du chef d’accusation d’apologie de crime. Pour rappel, ces propos avaient suscité un grand émoi dans l’opinion publique puisqu’ils étaient survenus deux jours après le meurtre par strangulation de Bineta Camara à son domicile de Tambacounda.

Expresso et Konnectek lancent une plateforme de vente en ligne de produits et services

Le 24 mai 2019, Expresso Sénégal et Konnectek et ont lancé une plateforme destinée à la vente en ligne de téléphones mobiles avec ou sans forfait. Dans le cadre de ce partenariat, et Expresso s’occupera de tout ce qui est après-vente des services de téléphonie et Konnectek assurera le service après-vente des terminaux et des téléphones mobiles.

Expresso Sénégal : https://www.expressotelecom.sn/
Konnectek : http://www.konexpresso.com/

Intégration de l’application MyWari sur WhatsApp

A travers un communiqué publié le 22 mai 2019, Wari a annoncé l’intégration de son application MyWari sur WhatsApp. Le service actuellement disponible sur WhatsApp en français, anglais, espagnol, italien et portugais sera prochainement accessible en russe et arabe. Il permet aux utilisateurs de WhatsApp d’avoir accès aux services de Wari et d’initier des opérations telles que l’ouverture d’un compte Wari, le rechargement de comptes Wari, l’achat de crédit téléphonique, l’envoi et la réception d’argent ou encore le paiement de factures et abonnements TV.

Wari : https://www.wari.com/
WhatsApp : https://www.whatsapp.com/

Une société israélienne a tenté d’influer sur les élections sénégalaises via Facebook

Archimedes Group, une entreprise israélienne spécialisée dans le conseil politique et le lobbying, aurait créé de faux comptes pour influencer les élections dans un certain nombre de pays d’Afrique sub-saharienne, dont le Sénégal. Suite à la découverte de ces activités, Facebook a désactivé quelques soixante-cinq (65) comptes Facebook, cent soixante et une (161) pages Facebook et quatre (4) comptes Instagram. Les comptes utilisés se faisaient passer pour des agences de presse locale des pays ciblés et ont, distillé des informations pour tenter de faire pencher l’opinion dans le sens voulu par les commanditaires de ses agissements. Détail qui vaut son importance, le Directeur général d’Archimedes, un certain Elinadav Heymann, est un ancien agent des services de renseignement de l’armée de l’air israélienne.

Présentation du rapport provisoire sur les Indicateurs d’universalité d’Internet au Sénégal

Les 21 et 22 mai 2019, l’UNESCO, en collaboration avec le chapitre sénégalais d’Internet Society (ISOC-Sénégal, a présenté un rapport provisoire sur les Indicateurs d’universalité d’Internet au Sénégal. Cette étude pilote vise à répondre aux besoins du gouvernement et autres parties prenantes en matière d’évaluation holistique du développement de l’Internet. Elle vise notamment à favoriser le respect, par les différentes parties prenantes, de la liberté d’expression, le respect de la vie privée, l’égalité de genre, la prise en compte des besoins de personnes vivant avec un handicap ainsi que la promotion du multilinguisme dans les efforts de développement d’Internet. Le concept d’universalité de l’Internet a été proposé par l’Unesco et approuvé par la 38ème session de la Conférence générale de l’organisation. Il est associé à une vision qui met en lumière quatre principes fondamentaux pour le développement de l’Internet : la nécessité de fonder le développement sur le respect des droits humains, sur l’ouverture, l’accessibilité et la participation multipartite (D.O.A.M).

UNESCO : http://www.unesco.org/
ISOC Sénégal : http://www.isoc.sn/

Wari et Mara Phones signent un partenariat stratégique

Le 16 mai 2019, en marge du salon Viva Technology organisé à Paris (France), Wari, société spécialisée sénégalaise dans le transfert d’argent et Mara Phones, constructeur rwandais de téléphone, ont annoncé la signature d’un partenariat stratégique visant à accélérer le développement de leurs activités en Afrique. Concrètement, ce partenariat consiste en l’intégration, dès leur production, des services de Wari dans les téléphones produits par Mara Phones qui seront commercialisé dans les points de vente des deux entreprises.

Wari : https://www.wari.com/
Mara Phones : https://maraphones.com/

Le Président de la République, Macky Sall présent au lancement de l’Appel de Christchurch

Le 15 mai 2019, le Président de la République, Macky Sall, a participé à la réunion organisée à Paris (France) en vue de participer au lancement de l’Appel de Christchurch, initiative collective visant à agir contre le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne.

Signature d’une convention de partenariat entre Total et Yup

Le 10 mai 2019, Total Sénégal et Yup, une solution de « mobile Money » lancée par la Société nationale de banques du Sénégal (SGBS) ont procédé à la signature d’une convention de partenariat portant sur des services transactionnels et financiers. Dans le cadre de ce partenariat, les clients de Yup pourront effectuer des opérations de dépôt, retrait et paiement de biens et services via leurs comptes de monnaie électronique dans toutes les stations du réseau Total Sénégal. Ils auront ainsi accès aux 150 points que compte le réseau de Total et au 7000 points du réseau de Touch.

SGBS : https://societegenerale.sn/
Yup : http://yup.africa/fr/
Touch : https://intouchgroup.net/

Atelier régional de l’UIT sur les statistiques des TIC pour l’Afrique

Un atelier régional de l’Union internationale des télécommunications (UIT) sur les statistiques des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’Afrique s’est déroulé du 6 au 8 mai2019 à Abidjan (Côte d’ivoire). Cet atelier visait à renforcer la capacité des experts chargés de collecter ou de produire des statistiques dans les ministères, les agences de régulation et les bureaux nationaux de statistiques. Les experts ont ainsi été sensibilisés aux travaux de l’UIT portant sur les statistiques des TIC, les indices composites, l’indice de développement des TIC, les indicateurs sur le réseau de téléphonie fixe, la téléphonie mobile, la large bande internationale, le Big Data, les indicateurs relatifs à l’accès des ménages, etc.

UIT : http://www.itu.org/

Politique

Global Voice Group S.A retenu pour procéder à la supervision du trafic téléphonique

Un avis d’attribution provisoire d’un marché relatif à la supervision du trafic téléphonique pour un montant de deux milliards quatre cent trente-cinq millions cinq cent soixante-douze mille neuf cent vingt-trois (2 435 172 923) francs au profit de la société Global Voice Group S.A a été publié dans le journal Le Soleil du vendredi 3 mai 2019. L’appel d’offres qui avait été lancé par l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), et auquel seules deux sociétés avaient soumissionné, devra être exécuté dans un délais de six (6) semaines.

ARTP : http://www.artp.sn/

Infrastructures et services

Tigo a procédé à l’optimisation d’une centaine de site de son réseau 3G+

Suite à la signature d’un accord de partenariat avec Ericsson, Tigo a annoncé avoir procédé à la finalisation de la première phase de son plan d’optimisation et d’extension de son réseau. C’est ainsi qu’à Dakar, les capacités d’une centaine de sites ont été augmentée permettant l’accès à l’internet mobile haut débit sur son réseau 3G+. Une deuxième phase de travaux d’optimisation de la couverture du réseau Tigo 3G+ a déjà démarré parallèlement à la préparation du prochain déploiement de la 4G.

Tigo : http://www.tigo.sn/

Projets

Projet de digitalisation des empreintes des passagers de l’AIBD avec l’appui du FBI

L’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi, a annoncé qu’une équipe du FBI séjournait actuellement au Sénégal afin de mettre en place un système de digitalisation des empreintes de tous les passagers de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Dans ce cadre, des équipements devraient prochainement être livrés au Sénégal et des formations organisées à l’attention des forces de police.

L’extinction du signal analogique devrait démarrer le 15 septembre 2019

Le 2 mai 2019, à l’occasion d’un forum national sur la transition numérique regroupant notamment le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), la Commission de Protection des Données Personnelles (CDP), Amadou Abdoulaye Diop, Directeur général de la Société de Télédiffusion du Sénégal (TDS-SA), a annoncé que l’extinction du signal analogique débuterai le 15 septembre 2019 pour s’achever en juin 2010.

Rendez-vous

Journée de la Femme Digitale en Afrique (13-14 juin 2019, Dakar, Sénégal)

La Journée de la Femme Digitale en Afrique se déroulera sur le thème « Elles Changent le Monde » les 13 et 14 juin 2019 à Dakar (Sénégal). Ce sera une première sur le continent africain pour cet évènement créée en 2013 par Delphine Remy-Boutang et qui consiste à mettre à l’honneur et à connecter chaque année les femmes qui s’emploient à révolutionner le monde grâce au digital.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)