twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 51 Octobre 2003

vendredi 31 octobre 2003

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 51 octobre 2003


Sommaire
Éditorial
Nous avons déjà perdu assez de temps
Actualités
Création d’un Académie régionale Cisco à l’UCAD
Résultats légèrement en baisse pour la Sonatel au premier semestre 2003
L’AUF ouvre un Centre d’accès à l’information à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
L’inspection d’académie de Dakar reçoit une dizaine d’ordinateurs
Les télécentres réalisent un chiffre d’affaires annuel de 50 milliards de Francs CFA
Les volontaires en conclave à Dakar pour préparer le SMSI
Un Web incubateur destiné à encourager la création de boutiques virtuelles
Politique
Les télévisions privées toujours à l’ordre du jour selon Mamadou Diop Decroix
Thierno Ousmane Sy explique le concept de solidarité numérique
Le HCA déplore l’atttiude de la RTS et demande le renforcement de ses pouvoirs
Infrastructures et services
Lancement de Yakaar, une nouvelle carte téléphonique prépayée
La bande passante Internet internationale passe à 310 Mbps
Projets
Alph@net : Former les néo-analphabètes à l’utilisation des TIC dans les langues nationales
Rendez-vous
Atelier sur l’investissement, la régulation et la concurrence dans les télécoms en Afrique


Editorial


Nous avons déjà perdu assez de temps

Avec le passage de la bande passante Internet internationale de la Sonatel à 310 mbps, le Sénégal a franchi une nouvelle étape sur la voie de l’amélioration des capacités de son infrastructure de télécommunications. Tous les acteurs du secteurs ne peuvent que se réjouir de l’annonce de cette nouvelle, mais la question lancinante qui se pose maintenant depuis près d’une demie-douzaine d’années reste celle de la mise en place d’un environnement favorisant le développement de la société de l’information dans toutes ses dimensions. Pour se faire, nous ne répéterons jamais assez qu’il faut absolument que le Sénégal se dote d’une politique nationale en la matière. En effet, il est grand temps de dépasser le stade des proclamations d’autosatisfaction mettant en avant le fait que le pays dispose d’une des meilleures infrastructures de télécommunications en Afrique pour enfin s’atteler à l’exploitation effective de cet important avantage comparatif qui reste jusqu’à ce jour peu exploité. Cela implique tout d’abord une volonté politique sans failles qu’y aille au-delà des discours de circonstances et se traduise dans les faits par l’érection du développement de la Société de l’information comme un axe fondamental et transversal du développement national. En termes institutionnel cela passe notamment par la création d’un organe placé sous l’autorité directe du Chef de l’Etat (Haute autorité, Conseil supérieur, Agence, ou autre), disposant des pouvoirs nécessaires à l’élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie nationale et réunissant les experts nationaux reconnus en la matière, qu’ils travaillent dans l’administration, le secteur privé, les organismes internationaux ou à la société civile. S’agissant du processus d’élaboration de cette stratégie nationale, celui-ci devra pleinement associer les départements ministériels et démembrements de l’Etat sans l’accord desquels le document adopté restera un catalogue de vœux pieux. Il s’agit en particulier du ministère de l’économie et des finances (fiscalité, régime douanier, code des investissements, etc.), du ministère des affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur (coopération internationale et mobilisation des ressources de la diaspora), du ministère de l’information et de l’intégration africaine dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication, des ministères de l’éducation et de la recherche scientifique et technique (formation des ressources humaines, analyse des enjeux et recherche) mais aussi de la Direction informatique de l’Etat, de l’Agence de régulation des télécommunications et de la Poste. Bien entendu, les grands acteurs du secteur privé (Sonatel, Sentel, fournisseurs de services Internet, entreprises de téléservices, exploitants de télécentres, SSII, banques, etc.), les représentants de la société civile (mouvement consumériste, associations et ONG faisant la promotion des TIC, etc.) ainsi que les partenaires au développement devront également être partie prenante de ce processus. L’exercice devra déboucher sur la validation, au plus haut niveau de l’Etat, d’une vision partagée s’intégrant parfaitement dans la vision du développement national, prenant en considération les dynamiques d’intégration africaine, s’appuyant sur une stratégie nationale comportant des objectifs en nombre peu nombreux mais réalistes et réalisables, se déclinant selon un plan d’actions reposant sur un calendrier d’exécution précis et surtout disposant des moyens indispensables à sa mise en œuvre. Si l’on fait sienne la conception qui veut qu’une « année Internet » ne dure que trois mois, chacun pourra mesurer tout le temps perdu par notre pays depuis l’époque ou les autorités politiques disaient à qui voulait l’entendre que leur objectif était de faire du Sénégal un pays de téléservices ! Il est donc grand temps de se mettre au travail afin que le Sénégal se dote enfin d’une stratégie nationale à la hauteur de son infrastructure de télécommunications, de la volonté d’entreprendre de ses fils et de ses filles, de l’intérêt de se positionner sur certains créneaux économiques et surtout de la nécessité d’utiliser au mieux les opportunités offertes par les TIC en matière de développement social.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


Création d’un Académie régionale Cisco à l’UCAD

Suite à l’organisation d’une session de formation de formateurs, qui s’est déroulé au moi de septembre 2003, Cisco Systems, l’Usaid, le Pnud et la Direction informatique de l’Etat ont créé une Académie régionale Cisco à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dont le responsable est le Professeur Boubakar Barry. Dans ce cadre, il est également prévu la création d’un dizaine d’académies, notamment dans les collèges d’enseignement moyen (Cem) Marthin Luther King et Grand Yoff, l’Ecole Multinationale des Postes de Rufisque, l’Ecole supérieure polytechnique Thiès, la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée, etc

Académie Cisco de l’UCAD : http://www.ciscoacad.ucad.sn/

Résultats légèrement en baisse pour la Sonatel au premier semestre 2003

Le résultat net enregistré par le groupe Sonatel au cours du 1er semestre 2003 a été marqué par une légère baisse de 0,5% cent, en dépit du fait que le chiffre d’affaire de la société soit passé de 79.565.345.796 F.CFA en juin 2002 à 90.270.736.518 F CFA en juin 2003, soit une croissance de 13%. Cette baisse s’explique par le résultat net négatif de la filiale IKATEL qui a démarré ses activités à la fin du mois de février 2003 au Mali sur le créneau de la téléphonie mobile. Par contre, le résultat d’exploitation a progressé de 20% passant, entre juin 2002 et juin 2003, de 33.229.141.444 F.CFA à 39.875.640.517 F CFA.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

L’AUF ouvre un Centre d’accès à l’information à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), opérateur direct pour l’enseignement supérieur et la recherche de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a inauguré le 24 octobre 2003 un Centre d’accès à l’information (CAI) à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Equipé d’un serveur et de 10 ordinateurs connectés à Internet vis une liaison spécialisée à 1 Mbps, il offre à ses utilisateurs des services tels l’interrogation de bases de données, la commande de documents primaires, le courrier électronique et la navigation sur le Web. Cette infrastructure est la seconde installée au Sénégal après l’ouverture en octobre 2000 du Campus numérique francophone de Dakar.

AUF : http://www.refer.sn/
CNF de Dakar : http://www.refer.sn/rubrique54.html

L’inspection d’académie de Dakar reçoit une dizaine d’ordinateurs

Dans le cadre de la mise en place du Plan directeur informatique du ministère de l’Education, l’Inspection d’Académie (IA) de Dakar a reçu le 18 octobre 2003, un lot d’une dizaine d’ordinateurs de type Pentium IV équipés de modems et graveurs de cédéroms au cours d’une cérémonie présidée par le Ministre de l’Education Moustapha Sourang. Le Plan directeur informatique du secteur de l’éducation couvre la période 2001-2003 et vise l’amélioration de la communication et de la gestion des données de base, ainsi que le développement des outils d’aide à la décision et la pérennisation de l’opération. Ses objectifs ont nécessité des investissements de 270 millions FCA correspondant à l’acquisition de 127 ordinateurs devant équiper les services centraux du secteur éducatif. C’est ainsi que le bâtiment central du ministère a été câblé, permettant aux différents bureaux d’accéder à Internet. Dans le cadre de la seconde phase, les neuf autres inspections d’académie recevront le même type d’équipement et les 43 inspections départementales auront chacune cinq ordinateurs de bureau, un ordinateur portable et leurs accessoires ce qui nécessitera un investissement de 1 milliards 100 millions FCFA.

Les télécentres réalisent un chiffre d’affaires annuel de 50 milliards de Francs CFA

A l’occasion de la visite effectuée le 27 octobre 2003 dans les services du complexe commercial de la Sonatel de la Médina par le Ministre de l’Information et de la Coopération panafricaine dans les Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, Mamadou Diop Decroix, le directeur général de la société, M. Cheikh Tidiane Mbaye, a déclaré que les télécentres accrédités par la Sonatel réalisaient un chiffre d’affaires annuel estimé à 50 milliards de FCFA et ont créé 20.000 emplois.

Les volontaires en conclave à Dakar pour préparer le SMSI

Dans le cadre de la préparation du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), Volontaires internationaux de Conférences (VIC) a organisé les 23, 24 et 25 octobre 2003 un symposium international sur ’’le Volontariat et le Développement de Compétences humaines dans la Société de l’information : des principes et des accords aux actions concrètes’’ au CESAG. Plusieurs thèmes ont été discutés, parmi lesquels la présentation et l’analyse de modèles de projets liés aux NTIC avec l’aide des volontaires de terrain et des volontaires virtuels et l’établissement de nouveaux partenaires entre le secteur volontaire, la société civile en général, les gouvernements et le secteur privé. L’objectif principal était de préparer la participation du secteur volontaire au Sommet mondial de la société de l’information (SMSI) et de faire la promotion de projets mettant en valeur le capital humain.

VIC : http://www.icvolunteers.org/

Un Web incubateur destiné à encourager la création de boutiques virtuelles

Le Ministre du Commerce, Mme Aïcha Agne Pouye a inauguré le 14 octobre 2003, un système générateur de sites marchands réalisé grâce à l’appui du Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Cet outil de promotion du commerce, conçu par la Fondation Trade Point Sénégal doit créer les conditions d’une participation active du Sénégal au commerce électronique mondial. L’objectif de ce portail d’incubation est de mettre en place un site Web qui hébergera plusieurs boutiques virtuelles, avec option achat pour permettre à des entreprises d’intégrer réellement le commerce électronique. Après leur séjour dans l’incubateur, les entreprises devraient être en mesure de voler de leurs propres ailes et de se positionner sur le créneau du commerce électronique. La cible est principalement constituée, des artisans, des acteurs du tourisme, des micro entreprises, des PME/PMI, des ONG et toutes les institutions œuvrant pour l’intégration des entreprises dans la société de l’information.

Web incubateur du TPS : http://www.incubateurweb.sn/
CRDI : http://www.idrc.ca/


Politique


Les télévisions privées toujours à l’ordre du jour selon Mamadou Diop Decroix

A l’occasion d’une conférence de presse, Mamadou Diop Decroix, Ministre de l’Information et de la Coopération panafricaine dans les Nouvelles technologies de l’information et de la communication a indiqué que le dossier des télévisions privées était inscrit dans les tâches de son département et qu’il était en train de réunir les uns et les autres pour discuter et faire le point de la situation. Pour mémoire, il faut rappeler que Mamadou Diop Decroix, alors ministre de la Communication, avait mis en branle le processus de libéralisation de la télévision avec le lancement d’un appel d’offres mais la procédure avait été interrompue suite à une intervention du Président de la République, selon lequel "la télévision est une affaire trop sérieuse pour être laissée à n’importe qui".

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

Thierno Ousmane Sy explique le concept de solidarité numérique

Dans une long interview paru dans le quotidien Le Soleil du 23 octobre 2003, Thierno Ousmane Sy, Conseiller spécial du président de la République chargé des nouvelles technologies a longuement expliqué le concept de « solidarité numérique » et expliciter la nature et le fonctionnement du « Fonds de solidarité numérique » proposé par le Président Abdoulaye Wade à l’occasion de la PrepCom2. Une version de ce texte est consultable sur le site d’Osiris à l’adresse : http://www.osiris.sn/article677.html.

Le HCA déplore l’atttiude de la RTS et demande le renforcement de ses pouvoirs

Dans un rapport, récemment publié, sur ses relations avec la Radio télévision sénégalaise (Rts), le Haut Conseil de l’audiovisuel (HCA) « déplore la détérioration de ses relations avec la Rts » et constate « l’indifférence et le mépris de la Rts à son égard », de même que « sa méconnaissance du rôle de l’organe de régulation ». Cette situation a poussé le HCA à recommander à l’autorité politique que lui soit attribué un « pouvoir de sanction afin que les constatations publiques des nombreuses violations des lois de l’audiovisuel soient suivies d’effet ». Parmi les autres recommandations, figurent également « l’implication du HCA dans les procédures d’autorisation, d’exploitation des fréquences et l’élargissement de ses compétences à l’élaboration des cahiers de charges applicables aux opérateurs audiovisuels ». Enfin, l’organe de contrôle s’est prononcé pour « l’élaboration d’un code de l’audiovisuel qui devrait régir tout ce qui concerne la communication » ainsi que l’harmonisation, la finalisation et la mise à jour des textes régissant le secteur.


Infrastructures et services


Lancement de Yakaar, une nouvelle carte téléphonique prépayée

La société Macsym Technologie a lancé une nouvelle carte téléphonique prépayée baptisée Yakaar. 100.000 exemplaires de cette carte en carton plastifié, utilisable sur les téléphones fixes, dans les télécentres et les cabines téléphoniques et permettant d’émettre des appels vers tous les téléphones fixes et bientôt vers les téléphones mobiles ont été mises sur le marché. Utilisable à partir des téléphones fixes, même en cas de restriction (Gescompte, ligne spécialisée, etc.), la carte Yakaar offre des tarifs de communication réduits de 50 % aux heures creuses de 20 h à 8 h du matin, les samedis, dimanches et les jours fériés au même titre que le téléphone fixe et le téléphone mobile. Au verso, figurent le numéro de recharge caché par une zone grisée accessible par grattage, le code d’activation utilisable uniquement pour le premier appel, le numéro du serveur (8064), celui du service client et le mode d’utilisation de la carte. Imprimées en couleur, quatre catégories de carte sont proposées aux clients : des cartes de 1 000, 2 000, 3 500 et 5 000 Francs CFA qui utilisent respectivement 11, 20, 40 et 57 unités.

La bande passante Internet internationale passe à 310 Mbps

Depuis le 30 septembre 2003, la bande passante Internet internationale de Sonatel, est passée de 90 à 310 mégabits par seconde. En termes de débit, le Sénégal se positionne désormais en seconde place derrière l’Afrique du Sud.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/


Projets


Alph@net : Former les néo-analphabètes à l’utilisation des TIC dans les langues nationales

Le réseau "femmes et développement" de l’Association nationale pour l’alphabétisation et la formation des adultes (Anafa) a organisé à Thiès, un séminaire de présentation de son projet intitulé "Alph@net" (alphabétisation et NTIC) qui a pour principal objectif de former les néo-analphabètes à l’utilisation des TIC dans les langues nationales. Cette activité s’inscrit dans la droite ligne du thème de la Journée mondiale de la femme rurale intitulé cette année : "femmes rurales, exigez vos droits d’accès aux technologies de l’information et de la communication". Démarré en mai 2003, ce programme a permis aux centres installés à Dakar, Thiès, Louga et Saint-Louis de former environ une quarantaine de femmes néo-analphabètes à l’utilisation d’un ordinateur sous environnement Windows et dans l’une des langues nationales, notamment le wolof. Les premiers enseignements de ce projet ont révélé des possibilités réelles pour l’amélioration, voire la réadaptation des programmes et méthodes en matière d’alphabétisation et de formation des adultes grâce à l’utilisation des TIC.

ANAFA : http://anafa.ouvaton.org/


Rendez-vous


Atelier sur l’investissement, la régulation et la concurrence dans les télécoms en Afrique

L’IDATE organisera un atelier sur l’investissement, la régulation et la concurrence dans les télécoms en Afrique du 19 au 21 novembre 2003 à Montpellier (France). Cet atelier organisé par le pôle Régulation & Concurrence de l’IDATE, réunira des opérateurs, des investisseurs, des équipementiers, des experts et des régulateurs impliqués dans le développement des télécoms en Afrique. Deux thèmes seront privilégiés : 1°) l’investissement et les dispositions incitatives ; 2°) l’organisation des marchés et les modèles de régulation.

IDATE : http://www.idate.fr/fr/conf/prog-03...


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, octobre 2003


BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)