twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 36 Juillet 2002

mercredi 31 juillet 2002

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 36 juillet 2002


Sommaire


Éditorial
Que le progrès technique soit synonyme de progrès social pour le plus grand nombre
Actualités
Changements à la tête des filiales de la Sonatel
Mouhamet Diop élu membre du Conseil d’administration de l’ICANN
La Sonatel publie son Rapport annuel 2001
Politique
Abdoulaye Wade esquisse le profil de l’Université du Futur Africain
Infrastructures et services
Sonatel Mobiles harmonise les prix entre les formules "Diamono" et "Diamono jeunes"
Sentel lance la messagerie SMS "Visio"
Lancement de Mobitex par Alizé
Projets
Création d’un centre multimédia à Dakar par l’ONG Africa-Monde
Rendez-vous
3ème Congrès des mondial des réseaux citoyens à l’ère numérique


Editorial


Que le progrès technique soit synonyme de progrès social pour le plus grand nombre

Appel à manifester devant le siège de Sonatel Mobiles et à assaillir le numéro vert des renseignements d’Alizé, marche de protestation des étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, mobilisation à travers un groupe de discussion sur Internet, création par l’Union Nationale des Consommateurs du Sénégal (UNCS) d’une commission « Mobile » chargée de « définir les moyens et formes de lutte pour défendre les intérêts des usagers du mobile », concertation entre opérateurs de la téléphonie mobile et associations de défense des intérêts des consommateurs organisée par l’ART, le moins que l’on puisse dire est que la décision de Sonatel Mobiles de supprimer la gratuité des envois de messages SMS est loin d’être passée comme une lettre à la poste ! En effet, si depuis le 22 juillet 2002, la possibilité d’envoyer un message SMS a été étendue à tous les détenteurs d’un abonnement Alizé, en contrepartie il faut désormais payer la somme de 65 FCFA pour l’envoi d’un message ce qui a entraîné une vague de protestation chez les détenteurs d’abonnements Diamono Jeunes qui bénéficiaient gratuitement de ce service depuis quatre ans. Cette mobilisation de différents secteurs de la société montre clairement que le téléphone portable est maintenant entré dans les mœurs des Sénégalais au point que la modification de ses tarifs ou des avantages qu’il procure peut être source de mouvements de protestation. Le fait est à signalé, même s’ils est d’une ampleur limitée, car jamais par le passé l’augmentation des tarifs du téléphone n’avait soulevé de telles formes de réactions. L’émergence d’un mouvement consumériste dans ce secteur particulier confirme ce que les chiffres indiquaient depuis longtemps à savoir que le téléphone portable n’est plus un objet de luxe mais bel et bien un outil de communication dont l’utilisation s’est grandement démocratisée même si une écrasante majorité de la population n’y a toujours pas accès dans les milieux urbains défavorisés comme dans les zones rurales. Car s’il est vrai que le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile a cru de manière exponentielle depuis son lancement au Sénégal en 1994 par la Sonatel puis avec l’arrivée de Sentel en 1999, il ne faut pas oublier que les clients de ce service ne sont qu’un demi million. sur une population totale de dix millions d’habitants. Cela étant, au delà de la cruelle réalité des chiffres ce qui importe c’est le phénomène social. Le téléphone portable est aujourd’hui un signe extérieur non pas de richesse mais au moins d’une certaine aisance et à coup sur d’un certain style de vie. Dans tous les secteurs de la société, il est de bon ton de se promener avec son téléphone portable, voire avec ses portables, au point que certains n’hésitent pas à en acheter de faux, qui ressemblent à des portables, qui sonnent comme des portables mais qui ne sont en réalité que ... des jouets. Alors que pendant des décennies le téléphone a été l’apanage de l’administration, des entreprises du secteur formel, des organismes internationaux et des particuliers ayant un certain train de vie, en quelques années le téléphone portable s’est répandu comme une traînée de poudre chez les étudiants, les commerçants du secteur informel, les chauffeurs de taxis, les artisans, les petits fonctionnaires et jusque chez les prostituées ! La taille, la marque, le modèle ainsi que les numéros de téléphone correspondant aux différentes formules d’abonnement ont donné lieu à l’élaboration d’une classification sociale d’un nouveau genre qui fait que pour nombre de Sénégalais la problématique de l’identification sociale se résume désormais à une seule et unique question « Dis moi quel type de portable tu possèdes et je te dirais qui tu es ». Dans un tel contexte, on comprend aisément que tous ceux qui, faute de moyens, n’utilisaient leur portable que pour recevoir des appels et envoyer gratuitement des messages se sentent terriblement frustrés par la décision de rendre payant l’envoi des SMS. Cette mesure sonne pour eux comme la fin d’une période idyllique durant laquelle ils s’étaient donnés l’illusion d’être des acteurs de la Société de l’information et marque le début d’un retour à la dure réalité économique dans laquelle ils sont réduit à n’être que des spectateurs passifs. Ainsi, qu’on le veuille ou non, la bataille engagé autour de la gratuité des SMS par une frange de la population sénégalaise n’est qu’une manifestation moderne de la bataille engagée depuis longtemps par les damnés de la terre pour bénéficier des avancées de la société. Sans demander la gratuité des SMS, nous ne pouvons qu’être solidaire de ce mouvement de protestation qui exprime tout simplement le souci que le progrès scientifique et technique soit synonyme de progrès social pour le plus grand nombre et non pour une minorité. La Sonatel qui vient d’annoncer un bénéfice net encore en hausse et qui revendique par ailleurs haut et fort le label d’entreprise « citoyenne » devrait entendre ce message et faire un geste ne serait-ce qu’en baissant le prix d’envois des SMS.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


Changements à la tête des filiales de la Sonatel

Samba Sène, jusqu’alors Directeur des réseaux au sein de la Sonatel a été nommé Directeur de Sonatel Multimédia. Créé en 1991 sous l’appellation Télécomplus, Sonatel Multimédia est une filiale de la Sonatel et de France Télécom qui a en charge le développement des produits et services liés à Internet et aux TIC. Elle s’occupe notamment du portail Sentoo. D’un autre côté, Léon Charles Ciss, jusqu’alors Directeur commercial de la Sonatel a été nommé Directeur de Sonatel Mobiles, filiale de la Sonatel spécialisée dans la téléphonie mobile qui gère notamment le réseau Alizé.

Sonatel Multimédia : http://www.sentoo.sn/
Sonatel Mobiles : http://www.alize.sn/

Mouhamet Diop élu membre du Conseil d’administration de l’ICANN

Mouhamet Diop qui représentait déjà AFRINIC, le registre régional Internet africain, dans l’Address Support Organization (ASO), a été élu membre du Conseil d’administration de l’ICANN au titre de l’ASO. Secrétaire général d’Isoc-Sénégal, le chapitre sénégalais d’Internet Society, Mouhamet Diop, qui travaillait auparavant à la Sonatel, a joué un rôle majeur dans l’installation du nœud permettant la connexion du Sénégal à Internet puis dans la conception du réseau national IP, Sentranet. Actuellement à la tête de la société Next, il fait également partie du (GTF) ICANN mis en place par l’Institut francophone des nouvelles technologies de l’information et de la formation (INTIF) afin d’assurer une meilleurs présence des francophones au sein des instances d’ICANN.

ICANN : http://www.icann.org/
ASO : http://www.aso.org/
AFRINIC : http://www.afrinic.org/
INTIF : http://intif.francophonie.org/ Isoc-Sénégal : http://www.isoc.sn/

La Sonatel publie son Rapport annuel 2001

La Sonatel vient de publier son Rapport annuel 2001 qui annonce un chiffre d’affaires 2001 de 148,21 milliards, en hausse de 18 % par rapport à celui de l’année 2000. Le bénéfice net s’élève quant à lui s’élève à 47,45, milliards, en hausse de 11,6% sur celui de l’année 2000 et équivaut à 32% du chiffre d’affaires total de la Sonatel. De ce fait, les actionnaires de la Sonatel [France Télécom (42.33%), l’Etat du Sénégal 27,67%, les investisseurs institutionnels et le public (20%) et les employés (10%)] se partageront un dividende net de 2610 FCFA par action. La réparation du chiffres d’affaires entre les différents services se présente de la manière suivante : téléphone 52%, balance des trafic 27,3%, téléphonie mobile 15,4 %, liaisons spécialisées 1,58%, SENPAC 0,6%, Internet 0,18% et autres 2,6%. La présentation des activités de la Sonatel, dont le personnel compte 1537 agents permanents, fait ressortir que :

- le parc téléphonique s’est accru de parc de + 32% et compte 228 000 lignes de téléphone fixe (+ 10%) et 301 082 ligne de téléphone mobile (+ 54%) dont 93% de lignes prépayées ;

- 150 nouvelles localités ont été raccordées en zone rurale ce qui fait un total de 862 localités raccordées sur les ...30.000 que compte le Sénégal ;

- le nombre de liaisons spécialisées s’élève à 146 ;

- la téléphonie sur Internet, tant décriée par la Sonatel lorsqu’elle est pratiquée par d’autres, a été introduite avec France Télécom le 1er mai 2001 et avec ITXC le 15 mai 2001 ;

- le volume du trafic départ vers l’international a été de 58 millions de minutes sur le fixe et 12,9 millions de minutes sur le mobile soit une hausse globale de 38% avec une répartition de la destination des appels qui se décompose ainsi : 74% vers l’UEMOA, 14,49% vers l’Europe, 8,22% vers l’Amérique, 3,19% vers l’Afrique hors UEMOA et 0,10% vers l’Asie

- le trafic arrivée a été de 167 millions de minutes en hausse de 26% ;

- les dispositions ont été prise pour expérimenter la boucle locale radio (BLR) ;

- les dépenses d’investissements se sont élevées à 48,5 milliards.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/


Politique


Abdoulaye Wade esquisse le profil de l’Université du Futur Africain

Dans un article publié dans le Quotidien de la République, Maître Abdoulaye Wade a esquissé le profil de l’Université du Futur Africain (UFA). En termes de capacité d’accueil, elle devrait recevoir 2500 étudiants dans les trois premières années de son fonctionnement pour atteindre en,suite un maximum de 5000 étudiants. Les étudiants proviendront de tous les pays sans distinction d’origine et recevront, au départ, un enseignement dans des domaines tels que l’administration publique, le management et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Grâce à des accords inter-universitaires et à l’utilisation de liaisons satellitaires, l’UFA permettra à des étudiants africains de suivre en temps réel les mêmes cours que les étudiants des institutions universitaires avec lesquelles elle aura à signer des accords. Cela permettra aux étudiants africains de l’UFA d’obtenir ’’non pas des diplômes équivalents, toujours sujets à discussion, mais des diplômes identiques’’.


Infrastructures et services


Sonatel Mobiles harmonise les prix entre les formules "Diamono" et "Diamono jeunes"

S’étant aperçu que la majorité des abonnés à « Diamono jeunes » était en fait des adultes qui voulaient bénéficier d’un prix d’abonnement plus bas que celui proposé par « Diamono », Sonatel Mobiles a décidé d’harmoniser les prix de ses deux formules de téléphonie prépayée. Ainsi, la formule « Diamono jeunes », qui permet de correspondre à un moindre un coût avec un autre abonné à cette formule, passe à 20.000 FCFA au lieu de 15.000 FCFA précédemment pendant que la formule Diamono passe de 25.000 FCFA à 20.000 FCFA et bénéficiera désormais du service SMS jusqu’ici réservé à la formule « Diamono jeunes » .

Sonatel Mobiles : http://www.alize.sn/

Sentel lance la messagerie SMS "Visio"

Afin de désengorger son réseau, Sentel a lancé au début du mois de juillet 2002 un nouveau service dénommé « Visio ». Grâce à une messagerie intelligente et interactive, les clients de Sentel peuvent désormais prendre connaissance de leur solde et de la date d’expiration de leur abonnement via des SMS. Globalement, le montant des investissements réalisés en 2002 pour améliorer la qualité du service fourni par Sentel s’élève à plus de 1 milliard 400 cent millions de FCFA.

Sentel : http://www.everyday.sn/

Lancement de Mobitex par Alizé

Depuis le 22 juillet 2002, Alizé a mis fin à la période expérimentale (qui durait depuis 1998) pendant laquelle les détenteurs d’un abonnement Diamono J ont pu envoyer gratuitement des messages SMS. Désormais avec le lancement du service Mobitex, utilisable par tous les détenteurs d’un abonnement Alizé (Téranga, Diamono, et Diamono J), il est possible d’envoyer des messages SMS mais en payant la somme de 65 FCFA par message. Pour ce faire, Sonatel Mobiles a procédé à un investissement de 1,5 milliard pour dimensionner son réseau de manière à ce qu’il soit capable d’absorber plus de 30 millions de messages par mois. Sonatel Mobiles compte réaliser 2% de son chiffre d’affaires avec le nouveau service Mobitext. Chez le concurrent, Sentel, l’envoi de messages SMS est gratuit pour les détenteurs d’une carte Hello d’un montant de 10.000 FCFA.

Sonatel Mobiles : http://www.alize.sn/


Projets


Création d’un centre multimédia à Dakar par l’ONG Africa-Monde

Suite à la rencontre organisée à Dakar (Sénégal) les 7 et 8 juillet 2002 par l’ONG Africa-Monde, le Bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique (BREDA) a décidé d’aider cette structure à se doter d’un centre multimédia. Ce projet vise à renforcer les capacités techniques, les compétences et les stratégies d’intervention des citoyens en les formant et en leur offrant la possibilité d’utiliser les TIC. Parmi les services offerts par ce centre, il y aura notamment la recherche d’informations sur l’Internet afin de les mettre à la disposition de ceux qui en feront la demande. Quatre autres centres multimédia du même type, devraient être installés à travers le continent par Africa-Monde.


Rendez-vous


3ème Congrès des mondial des réseaux citoyens à l’ère numérique

Après Barcelone (Espagne) et Buenos Aires (Argentine), le 3ème Congrès des mondial des réseaux citoyens à l’ère numérique (GlobalCN2002) se déroulera du 7 au 12 octobre 2002 à Montréal (Canada). Cette troisième rencontres des réseaux citoyens sera organisée sur le thème « Démocratiser la société de l’information : Innovations, propositions, actions ». Le Congrès de Montréal 2002 a notamment parmi ses principaux objectifs de mettre au point une plate-forme de propositions des réseaux citoyens en vue du Sommet mondial sur la Société de l’Information.

GlobalCN2002 : http://www.globalcn.org/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, juillet 2002


BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)