twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Démocratiser l’accès à Internet haut débit au Sénégal

lundi 24 septembre 2012

Il y a dix ans, le Sénégal était l’un des pays africains les plus prometteurs en matière d’accès à Internet, avec une pénétration plus de deux fois supérieure à celle du Nigeria. Mais aujourd’hui, le Nigéria se retrouve devant avec 30 % de sa population utilisant l’Internet, contre 16 % seulement au Sénégal.

Pour comprendre les problèmes, nous avons commandité une étude avec Balancing Act. Les résultats de cette étude sont récapitulés dans ce rapport intitulé "Obstacles et opportunités pour la démocratisation de l’Internet haut débit au Sénégal."

Le rapport a identifié un certain nombre de problématiques dont les plus critiques sont un régime de licence rigide et une régulation faible. Ces deux problèmes ont conduit à un monopole de fait de l’opérateur historique sur l’accès au réseau national en fibre optique et aux câbles de cuivre qui alimentent les habitations. Cette absence de concurrence maintient les prix d’accès internet à un niveau élevé et inaccessibles à beaucoup de Sénégalais.

Pour étayer ce point, le rapport compare le système au Sénégal avec le Kenya et l’Afrique du Sud. Le rapport montre effectivement que c’est l’introduction d’un régime de licence libéral au Kenya et en Afrique du Sud qui a rendu possible l’entrée de plusieurs opérateurs dans le marché et une compétition accrue.

Balancing Act propose plusieurs changements clés dont les deux ci-dessous :

- Les fournisseurs d’accès Internet doivent être autorisés à construire leur propre infrastructure pour pouvoir concurrencer l’opérateur historique.

- Le gouvernement doit encourager la concurrence et la transparence en matière de capacité internationale, en faisant appliquer la réglementation régionale qui n’existe jusqu’à présent que sur le papier.

Nous vous invitons à prendre part à cette conversation. Veuillez télécharger et prendre connaissance du rapport, puis partager vos commentaires, vos observations, vos questions et vos contributions via ce formulaire. Le mois prochain, nous organiserons un atelier de restitution à Dakar.

Nous attendons de vos nouvelles avec impatience - avec, nous l’espérons, l’amorce d’un débat constructif.

Seydina L. Diop , Policy Analyst, Afrique francophone

(Source : Google Africa Blog, 24 septembre 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)