twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Baisse de la valeur de ses actions, 24 milliards de bénéfice perdus en 4 ans : les raisons de l’augmentation des tarifs de Sonatel

dimanche 2 août 2020

La société de téléphonie Sonatel a été lynchée sur les réseaux sociaux la semaine dernière. Rien de nouveau. Les raisons du courroux des internautes, rien de nouveau aussi, puisque la société a décidé encore d’une augmentation subite de ses tarifs en ce qui concerne les « Illimix ». Si le Chef de l’État Macky Sall en conseil des ministres a tapé sur la table pour demander à l’ARTP de veiller « à la soutenabilité des tarifs appliqués aux consommateurs », si on se fie aux raisons invoquées par « Confidentiel La Lettre Quotidienne » pour expliquer ses augmentations, le consommateur sénégalais n’est pas encore sorti de l’ornière.

En effet, selon la publication quotidienne, « Sonatel est aux abois depuis au moins deux ans ». Derrière l’embellie notée, poursuit la même source, avec des bénéfices importants annoncés, la société de télécommunications perd du terrain et de l’argent.

« La bourse d’Abidjan qui est le baromètre public de la société reflète désormais une situation chaotique de Sonatel : en trois ans, la valeur de l’action a perdu 49 % de son poids. Et depuis le début de l’année, elle a fondu de 29 %. Cette année, le groupe a distribué moins de dividende. Le 27 février 2020 le groupe a annoncé un dividende en baisse d’un montant 1 225 FCFA au titre de l’exercice 2019, soit moins de 18% par rapport au niveau de ces 4 dernières années (1 500 FCFA). Cette annonce n’a pas rencontré l’assentiment des investisseurs, ce qui s’est traduit par une contraction brutale inédite de -13,34% de la valeur au cours du seul mois de mars. Mieux pour arroser ses actionnaires, Sonatel a été obligée de recourir à ses fonds propres. Entre 2015 et 2018, le groupe a puisé 83 milliards sur ses fonds propres ainsi ceux-ci ont fondu passant désormais à 90 milliards. Ce qui a sonné l’alerte de Paris », peut-on lire sur la note.

En quatre ans, selon CLQ, « Sonatel a perdu 24 milliards de bénéfices, ceux-ci passant de 221 milliards en 2015 à 197 milliards en 2019. Ainsi chaque année, alors que le chiffre d’affaires augmentait, les bénéfices baissaient. Plusieurs réunions de crise ont été tenues entre Dakar, Paris et la direction Afrique Moyen-Orient basée au Maroc dirigée par le sénégalais, Alioune Ndiaye et la décision a été prise d’augmenter les tarifs de manière intelligente ».

Le Sénégal devrait donc servir de pays test assure la note quotidienne. « Ainsi, le groupe pousse à une analyse minutieuse depuis Paris de ses données et on remarquera que la part du segment Voix mobile dans le chiffre d’affaires du groupe SONATEL est passé de 66% en 2014 à 49% en 2018. Les données, elles, sont passées de 1 % à 19% sur la même période. On comprendra que la stratégie du groupe est de faire consommer beaucoup de données et moins de voix pour augmenter sensiblement le chiffre d’affaires » révèle la source.

Enfin, affirme « Confidentiel La Lettre Quotidienne », l’enjeu pour Paris, où toute la stratégie du groupe se définit, est capital. Car Sonatel est un principal relais de croissance en Afrique avec près de 5 % de son chiffre d’affaires mondial. Mais là où le bât blesse, au moment où les bénéfices nets mondial du groupe ont progressé de 53,8 % à 3 milliards d’euros, ceux de Sonatel continuent de baisser. D’où donc cette stratégie de reprise en main en augmentant les tarifs au risque de mécontenter ses abonnés. Et l’année 2020 s’annonce encore plus compliquée… « Le groupe vient de publier ses résultats à mi-parcours. Au premier semestre 2020, le résultat courant avant impôts du groupe Sonatel est en repli de 2,57% avec une réalisation qui se situe à 141 milliards de FCFA contre 145,8 milliards de FCFA au 30 juin 2019. Quant au résultat net, il suit la même tendance baissière (-1,10%) à 89,9 milliards de FCFA contre 90,8 milliards de FCFA au terme du premier semestre 2019 », conclut la note...

(Source : Dakar Actu, 2 août 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)