twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bac-2018 : Les sanctions prévues en cas de port du téléphone portable dans le centre

mercredi 27 juin 2018

Les candidats au baccalauréat 2018 sont avertis. Qu’ils laissent leur téléphone chez eux. Ils sont interdits de porter leur téléphone portable dans le centre. Aucun candidat n’a le droit d’avoir par devers lui un téléphone portable même s’il est en mauvais état. Ces mises en gardes sont du directeur de l’office du bac. Sossé Ndiaye a fait face aujourd’hui à la presse pour divulguer les mesures qui ont été prises pour sécuriser le baccalauréat 2018. Ce, afin d’éviter les cas de fraudes comme ce fut l’année dernière. "Depuis 2012, le port du téléphone portable est interdit dans les centres mais la mise en œuvre pose problème parce que les présidents de Jury avaient leur interprétation. Ce qui fait que 100% des cas de fraudes constatés au bac, il y avait le téléphone portable la-dans. "Tout candidat qui sera trouvé en possession d’un téléphone, même si le téléphone n’est pas en marche, même si le téléphone est en panne, va être exclu du centre. Il n’aura pas de résultat et il sera traduit en conseil de discipline. Parce que le port du téléphone est une tentative de fraude si ce n’est pas une fraude déjà", menace le directeur de l’office du bac non sans soutenir que les mesures seront appliquées dans toute leur rigueur, sans exception.

Surveillants, éteignez vos portables et tablettes !

En effet, à l’instar des candidats, les surveillants sont également tenus de respecter certaines mesures. Ces derniers, selon le directeur de l’office du bac, ne doivent pas utiliser leur téléphone dans les salles de classe. "La surveillance est un maillon faible de l’organisation du bac. Nous avons demandé à ce que les surveillants ne puissent pas faire usage de leur téléphone dans le centre. Pendant que quelqu’un est en train de surveiller, il lui sera interdit d’utiliser son téléphone, sa tablette ou n’importe quel autre dispositif. Cela, pour être plus concentré sur ceux pourquoi ils sont là mais également pour éviter de perturber les candidats qui sont en composition", a indiqué le Sossé Ndiaye. Il annonce qu’une large campagne de sensibilisation sera faite pour que tous les concernés soient au courant de ces mesures. "Tout le monde va être au courant de ce qui sera fait pour que nulle n’en ignore et qu’on sache que l’application sera rigoureuse et sans exception", prévient-il.

Aliou Diouf

(Source : Seneweb, 27 juin 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)