twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Avis trimestriel 2017 : Le CNRA diffuse les dysfonctionnements des médias

dimanche 21 mai 2017

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) a publié hier son premier avis trimestriel. Comme il est de coutume, les dysfonctionnements notés dans les programmes des médias y sont relevés et des recommandations faites.

‘’Les médias servent de plus en plus de caisse de résonance aux drames quotidiens des populations en situation de détresse. Ils font la promotion d’une forme ‘’d’esthétique de l’insoutenable’’, particulièrement dans le traitement des faits divers. Certains contenus audiovisuels exposent des consciences innocentes et portent souvent atteinte à la cohésion nationale, à l’intégrité du territoire et au respect des institutions républicaines.’’ Ces propos sont du collège du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) dont l’avis trimestriel est parvenu hier à EnQuête. Cette conclusion découle d’un monitoring fait sur un échantillonnage portant sur ‘’3 587 contenus audiovisuels diffusés par 5 radios et 10 télévisions, selon les critères suivants : langue utilisée, format des programmes, thématique abordée, signalétique’’.

En outre, le constat fait sur le traitement des faits divers pose le problème de ‘’la place de l’éthique et de la déontologie, de la protection du jeune public’’ dans les programmes audiovisuels. Selon l’institution dirigée par Babacar Touré, les animateurs de ces émissions abordent des sujets graves ou sensibles ‘’sans précaution ni compassion’’. Ainsi, ils ‘’n’ont cure de l’impact que peut avoir l’évocation de scènes ou de situations insoutenables et, sans hésiter, se livrent à des commentaires et/ou plaisanteries déplacés, destinés au public’’, se désole le CNRA. Celui-ci s’inquiète également de la ‘’programmation à des heures indues de contenus à caractère violent et/ou inapproprié sans signalétique. L’évocation de la drogue, du suicide, de l’inceste, de la violence conjugale, de la violence envers les enfants, les infanticides, les meurtres, les actes sexuels’’.

Le CNRA leur reproche également le non-respect de la vie privée, de l’honneur et de l’intégrité de la personne humaine ainsi que celui de la présomption d’innocence. Selon les régulateurs des médias, d’aucuns incitent leurs téléspectateurs ou auditeurs à avoir des pratiques ou comportements inciviques ou délinquants. C’est pour cela qu’ils leur rappellent la nécessité de ‘’veiller à respecter une présentation honnête, impartiale et objective des questions et sujets traités et assurer l’expression des différents points de vue’’. En fait, il a été remarqué une absence de l’équilibre dans le traitement de l’information. A cela s’ajoute, dans le même ordre d’idées, un ‘’non-respect du pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion, de l’accès pluraliste des formations politiques, des syndicats et des organisations de la société civile à l’antenne’’.

‘’Publicités non conformes à la vérité’’

Aux médias audiovisuels, le CNRA rappelle l’importance de ‘’veiller au respect des dispositions des lois, règlements et cahiers des charges interdisant la publicité servant les intérêts de soi-disant guérisseurs et, plus globalement, à la conformité des messages publicitaires aux exigences de vérité, de décence, de protection des consommateurs et des couches vulnérables, de même qu’au souci de la santé des populations en ce qui concerne la publicité des produits destinés à la dépigmentation (éclaircissants)’’. En effet, des publicités jugées par le CNRA comme non conformes à la vérité, à la décence, au respect de la personne humaine ainsi que de sauvegarde de la santé des populations sont diffusées sur plusieurs chaînes.

Bigué Bob

(Source : Enquête, 21 mai 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)