twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Avec « Jambar Tech Lab », le Sénégal veut attirer la nouvelle élite digitale africaine

vendredi 30 octobre 2015

Et si Dakar, la capitale bouillonnante du Sénégal, devenait le nouveau point de ralliement des entrepreneurs digitaux de toute l’Afrique de l’Ouest ? Sur le terrain, cette vision pourrait bien devenir réalité avec le lancement dans les prochaines semaines de l’initiative Jambar Tech Lab. Un programme d’accélération unique en son genre en Afrique francophone, initié et piloté par l’incubateur technologique du Sénégal, le CTIC Dakar. A quelques semaines du coup d’envoi de ce nouveau programme, le CTIC Dakar s’est entretenu avec Samir Abdelkrim, entrepreneur, fondateur de StartupBRICS.com* et expert pour Les Echos. Depuis 18 mois, il sillonne de long en large l’Afrique des start-up.

La nouvelle initiative panafricaine Jambar Tech Lab veut mettre sur orbite près de 40 entrepreneurs, ou plutôt 40… guerriers ! C’est en tout cas la définition du mot « Jambar » en wolof, la langue plus parlée du Sénégal. Car au pays de la Teranga, « les entrepreneurs sont des guerriers, et même des pionniers » constate avec recul et admiration Abdoul Aziz Sy, chef de projet à l’incubateur CTIC Dakar. Sur le terrain au Sénégal, où les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat restent encore insuffisants, pour les entrepreneurs la course à la survie est un combat permanent. « C’est cet esprit de combativité et de persévérance qui caractérise les entrepreneurs sénégalais et africains que nous avons voulu valoriser et mettre en avant dans ce programme d’accélération ».

Vers un incubateur panafricain ?

Fondé en 2011, l’incubateur CTIC Dakar a depuis sa création accompagné une soixantaine de start-up sénégalaises et coaché plus de 1.300 jeunes porteurs de projets sénégalais, au travers de ses nombreuses compétitions entrepreneuriales. « En moyenne, la croissance du chiffres d’affaires de nos incubés est de l’ordre de 34% chaque année » rappelle Abdoul Aziz Sy. Mais le marché sénégalais reste étroit – le pays ne compte que 14 millions d’habitants – et c’est pour trouver de nouveaux relais de croissance que le CTIC Dakar a décidé d’ouvrir grand les porte de l’international.

Prévu pour s’étaler sur deux années entières, Jambar Tech Lab visera tout d’abord à dénicher les meilleurs talents du numérique du Sénégal et de ses pays voisins comme la Gambie, la Guinée-Bissau ou le Mali. Les poids lourds régionaux comme la Côte d’Ivoire « et même pourquoi pas le Nigeria » sont aussi concernés précise Abdoul Aziz Sy. La liste des pays bénéficiaires est en train d’être finalisée avec le programme InfoDev de la Banque Mondiale, le principal partenaire institutionnel et financier de ce programme. Une chose est sûre : au minimum 6 pays d’Afrique de l’Ouest seront impliqués. « La mission de Jambar Tech Lab sera de sélectionner puis de faire venir pendant plusieurs semaines sur place, à Dakar, un grand nombre d’entrepreneurs ouest-africains, dont 25% de femmes – aussi bien francophones qu’anglophones – qui développent des produits digitaux à très fort potentiel de croissance ». À lire aussi : Innovation africaine : quand les start-up EdTech changent la donne éducative

Pour être sélectionnés, les entrepreneurs souhaitant intégrer le Jambar Tech Lab devront disposer à minima d’un prototype. « Nous nous concentrons vraiment sur la qualité des produits qui doivent avoir un impact ainsi qu’un fort potentiel de marché : applications mobiles qui présentent une véritable innovation ou une forte traction sur le marché Ouest-Africain ». Et les solutions proposées par les entrepreneurs devront dans tous les cas démontrer deux hypothèses. Tout d’abord la croissance de leur nombre d’utilisateurs comme de leur chiffre d’affaires. Une croissance de préférence à deux chiffres : au minimum 15% par année, sur 5 ans. Ensuite leur capacité à s’internationaliser, en tout cas dans un premier temps sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest… Abdoul Aziz Sy insiste : « nos marchés nationaux sont malheureusement trop petits, ce qui freine l’expansion de nos start-up. Il est grand temps que nous soutenions la création d’un grand marché digital Ouest Africain ».

Bâtir un écosystème digital Ouest-Africain

Le but affiché du CTIC, à travers ce programme, est de paver le chemin à une nouvelle classe d’entrepreneurs du digital, à l’esprit conquérant, dans toute la région Afrique de l’Ouest. « Comme tous guerriers, pour être efficace, les entrepreneurs ont besoin de stratégie, d’une structure, d’un réseau pour s’imposer, chez eux, et ailleurs. Comme un général, Jambar Tech Lab proposera des méthodologies et tactiques nouvelles, et aidera à bâtir un écosystème digital Ouest-Africain qui servira non seulement les entrepreneurs, mais également les autres incubateurs de la région, les Business Developers, les commerciaux… ».

Concrètement, de quoi bénéficieront les entrepreneurs sélectionnés par Jambar Tech Hub ? Outre un accès privilégié aux investisseurs, plusieurs ateliers de formation sur l’art d’entreprendre sur internet leur seront proposés, à l’heure du Big Data et des réseaux sociaux : Growth Hacking, adéquation produit/marché, acquisition d’utilisateurs, etc. Mais aussi du mentorat personnalisé durant 24 mois, en partenariat avec plusieurs incubateurs technologiques africains. Cela pour guider les premiers pas des entrepreneurs souhaitant s’internationaliser ailleurs en Afrique, en les dotant des bons outils et surtout du bon état d’esprit, celui de conquête… En bref, les premières armes pour entreprendre vaillamment dans le digital…comme un Jambar !

Samir Abdelkrim

(Source : Les Echos, 30 octobre 2015)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)