twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Avec ClickOnSite, Orange a fait d’ITD un allié dans le renforcement de son réseau en Afrique

lundi 29 avril 2019

Le groupe télécom Orange a annoncé en février dernier des revenus 2018 en hausse de 160 millions d’euros pour l’Afrique Moyen Orient. La société est passée de 5,030 milliards d’euros en 2017 à 5,190 milliards d’euros en 2018, grâce à des investissements stratégiques au cours de l’année. Investissements qui se sont traduits notamment par l’extension réseau ou encore le déploiement de la 4G dans 12 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, et dans lesquels la société IT-Development (ITD) a joué son rôle, via sa solution ClickOnSite.

« L’application ClickOnSite est utilisée avant tout pour véhiculer/soutenir les bonnes pratiques du groupe en matière de déploiement, c’est-à-dire de construction des sites qui portent les antennes relais. Elle permet de standardiser les méthodes et de collecter les informations des différents intervenants (en interne mais aussi avec les sous-traitants). La centralisation des données permet de trouver l’information facilement et de mieux la partager. Le retour sur investissement est toujours difficile à mesurer mais travailler de façon organisée grâce entre autre à un tel outil permet de gagner en performance. Construire les sites plus vite permet aussi de rendre disponible le service plus tôt pour les abonnés », explique Orange.

Avec ClickOnSite, l’entreprise télécoms contrôle l’ensemble des sites du réseau et, pour chacun d’eux, les informations sur le génie civil du site, la solution radio déployée et la solution transmission. Il y a aussi l’ordonnancement et la chronologie des tâches qui concourent à un bon suivi de projet. C’est un outil de suivi centralisé, qui fédère les différentes actions intervenant dans le processus de déploiement. La solution permet aux techniciens sur le terrain ou aux responsables projets de leur bureau, de gérer plus efficacement les déploiements de nouveaux sites, les reconfigurations et ajouts de technologies (4G ou 5G par exemple), le cycle de vie des actifs et les opérations de maintenance préventives.

« L’outil est utilisé pour optimiser le déploiement des sites par les équipes techniques (…) ce n’est pas un outil de « troubleshooting » client, dans le sens d’un outil d’aide à la résolution des incidents. Il n’y a pas de lien direct entre un client qui appelle pour un incident réseau et l’utilisation de l’outil pour résoudre sa plainte individuelle. Ce n’est pas un outil de relation client. Toutefois, le lien se fait à un niveau plus stratégique en amont : en effet, nous faisons le lien de l’ensemble de la voix du client (au niveau statistique) et la priorisation des actions réseau », précise Orange.

(Source : Agence Ecofin, 29 avril 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)