twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Audiovisuel : Le Cnra appelle au respect de l’éthique et du pluralisme

lundi 22 mai 2017

Dans son premier Avis trimestriel de l’année 2017, le Collège des conseillers du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) appelle les radios et télévisions au respect des règles de l’éthique et de la déontologie, à la protection du jeune public, au pluralisme, à la diversité...

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) a constaté au cours du premier trimestre de l’année 2017 des dysfonctionnements et manquements relatifs à la place de l’éthique et de la déontologie, de la protection du jeune public, du pluralisme et de la diversité et, enfin, de la publicité, dans les programmes des radios et télévisions. « Concernant l’éthique et la déontologie, plusieurs manquements ont été relevés, au cours de ce 1er trimestre de l’année 2017. Il s’agit notamment du non-respect de la vie privée, de l’honneur et de l’intégrité de la personne humaine… l’évocation de thèmes graves, difficiles et sensibles comme le viol et l’infanticide, sans précautions ni compassion, d’incitation à des pratiques ou comportements délinquants ou inciviques, de non-respect de la présomption d’innocence », lit-on dans l’Avis trimestriel du Cnra parvenu à notre rédaction.

Les manquements notés ont également trait à l’enfance et à l’adolescence, au pluralisme et à la diversité. Concernant les manquements constatés par rapport à la protection du jeune public, l’avis révèle la programmation à des heures indues de contenus à caractère violent et/ou inapproprié sans signalétique et l’évocation de la drogue, du suicide, de l’inceste, de la violence conjugale, de la violence envers les enfants, les infanticides, les meurtres et actes sexuels.

Fausse publicité

Pour ce qui concerne le pluralisme et la diversité, il a été constaté, au cours du premier trimestre du Cnra, un non-respect de l’équilibre dans le traitement de l’information. Aussi, note l’Avis trimestriel, d’un non-respect du pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion, de l’accès pluraliste des formations politiques, des syndicats et des organisations de la société civile à l’antenne.

Des dysfonctionnement et manquements ont été aussi relevés concernant la publicité. D’après l’avis, ces manquements sont relatifs à une non-conformité aux exigences de vérité, de décence, de respect de la personne humaine et de sauvegarde de la santé des populations. Il s’agit, par exemple, de la persistance de la publicité mensongère qui, au profit de soi-disant guérisseurs, de professionnels de la voyance, viole la loi n° 83-20 du 28 janvier 1983 relative à la publicité. Et de la persistance de la publicité incitant à l’usage de produits destinés à la dépigmentation (Produits éclaircissants).

Face à de tels manquements, qui constituent une violation des dispositions des textes législatifs, réglementaires et des cahiers des charges en vigueur au Sénégal dans le domaine de l’audiovisuel, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel a fait des recommandations.

Ainsi, le Cnra demande aux radios et télévisions d’observer strictement les règles d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information. Concernant les revues de presse, le Cnra insiste sur le respect strict des institutions de la République. Aussi, suggère-t-il de veiller à respecter une présentation honnête, impartiale et objective des questions et sujets traités et assurer l’expression des différents points de vue et d’arrêter surtout la diffusion de scènes de violence aux heures de grande écoute.

Le Cnra demande également à veiller à l’équilibre dans le traitement de l’information, dans le strict respect du pluralisme et de la diversité et à veiller au respect des dispositions des lois, règlements et cahiers des charges interdisant la publicité servant les intérêts de soi-disant guérisseurs et, plus globalement, à la conformité des messages publicitaires aux exigences de vérité, de décence, de protection des consommateurs et des couches vulnérables, de même qu’au souci de la santé des populations en ce qui concerne la publicité des produits destinés à la dépigmentation (éclaircissants).

Maguette Guèye Diéhiou

(Source : Le Soleil, 22 mai 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)