twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Au Sénégal, une application mobile pour dédramatiser les règles

mardi 12 juillet 2022

Elle s’appelle " Weerwi ", qui signifie " le mois ", ou " la lune " en langue wolof et c’est un projet initié par l’entreprise sociale Apiafrique. Son constat : les jeunes filles et les femmes manquent encore trop souvent d’informations fiables et adaptées sur les règles et le cycle menstruel en général.

Quand Marie-Pauline Mendy, 19 ans, a eu ses premières règles, elle était un peu perdue : " Je me suis dit que c’était une petite plaie sur mes lèvres. J’avais un peu honte ! " La jeune femme a testé la nouvelle application Weerwi, qui propose des conseils quotidiens, des jeux, ou encore un " chatbot ", un programme qui répond aux questions. " J’ai pu comprendre beaucoup de choses, par exemple, on te dit le cycle du combien de jour, les jours d’ovulation, ce que tu dois faire ", ajoute la jeune femme.

" Voilà, on est sur l’appli et là, il y a un curseur qui pointe sur la date du jour, je suis en plein rond rouge, ce qui veut dire que j’ai mes règles. Voilà, j’ai mes règles et je suis censée être un peu frustrée peut-être, nerveuse et comme conseil du jour : "Parfois écrire fait du bien, car ça libère" ", explique Soukeyna Ouedraogo, la responsable du programme " Changeons les règles " pour Apiafrique.

Près d’une fille sur deux manque l’école pour cause de règles

Selon les créatrices de Weerwi, " 84% des jeunes Sénégalaises disent ne pas être prêtes à accueillir leurs règles sereinement ". Au moins, " 45% des jeunes filles ratent l’école au moins une fois tous les mois à cause de leurs règles. Elles sont aussi très intéressées par toutes les questions d’hygiène, d’odeur de manière générale, cet outil-là va leur permettre surtout d’explorer, apprendre, parcourir, c’est toute une aventure en fait le cycle menstruel... ", estime Soukeyna Ouedraogo.

Une appli gratuite, colorée et bienveillante, pour " dédramatiser " les règles.

Pourquoi c’est tabou ? Parce que c’est lié à la sexualité voilà ! Dès qu’on parle des règles, attention, on ouvre une porte ! Il y a aussi beaucoup de croyances autour des règles, la connotation principale c’est que c’est sale, que c’est impur... Ça évolue positivement, mais on sent là, on a une petite rupture entre les générations.

Marina Gning, directrice générale de l’entreprise Apiafrique, à l’origine du projet Weerwi

Charlotte Idrac

(Source : RFI, 12 juillet 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)