twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Atelier panafricain sur le Web 2 .0 : Comment gérer nos intelligences collectives ?

lundi 6 décembre 2010

Dans quelle mesure les acteurs du Développement en Afrique, Praticiens comme Chercheurs devraient intégrer dans leurs systèmes de partages de connaissance et de diffusion des résultats, la pratique du travail collaboratif ? Telle est la question nodale qui réunit depuis ce lundi 6 décembre à Dakar, et ceci jusqu’au 8 novembre, des acteurs et chercheurs africains venus du Bénin, du Kenya, du Malawi, Rwanda, du Sénégal et de la Tunisie.

Financé par le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) et piloté par Enda Lead Africa, cet atelier, déroulé par le Programme panafricain de recherche ICT4D est centré autour du thème « Les systèmes d’information géographiques-participatifs (SIG-P) pour une gestion durable des ressources naturelles et la sécurité alimentaire.

Selon Mass Lô, directeur de Lead Africa Francophone, « cet atelier tente de faire le tour des problématiques liées aux questions des approche de la mise en place des outils Web 2.0 dans diverses organisations ». En plus de cette problématique, cet atelier, selon toujours M. Lô, vise à apporter un éclairage sur l’état de l’art des meilleures pratiques en cours, afin de favoriser la création d’une plateforme de travail collaboratif et de partage d’expériences des outils 2.0 dans les « Les systèmes d’information géographiques-participatifs (SIG-P).

Dans la même veine, indiquera Mbaye Dieng, Chargé de programme à Enda Tiers-Monde, par ailleurs maître d’œuvre de cet atelier, ces échanges se veulent de sensibiliser les participants sur les opportunités du Web 2.0 pour le partage d’information, de les outiller à mettre en place des outils des espaces collaboratifs 2.0 et de montrer par des exemples concrets, les apports des outils collaboratifs et plateformes Web 2.0 dans le champ du développement notamment la cartographie participative.

Lees résultats attendus à cet atelier, renchérit Mass Lô, Directeur de Lead Africa Francophone, est de faciliter l’appropriation par les acteurs francophones, des technologies de travail collaboratifs 2.0, de faciliter le partage de connaissances et d’expériences au sein des acteurs et institutions impliquées dans les problématiques de Recherche ICT et la gestion des ressources naturelles et enfin, de favoriser le partage de savoirs et la vulgarisation des résultats de la recherche portant sur les SIGP.

Mohamadou Sy « Siré »

(Source : Seneweb, 6 décembre 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)