twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Assane Diouf indique que "Domaar..." n’est pas de l’insulte et risque 5 ans ferme

jeudi 27 décembre 2018

Présumé insulteur public, Assane Diouf a comparu hier à la barre du Tribunal correctionnel de Dakar pour insulte par le biais d’un système informatique, outrage à un ministre de culte, outrage à agents de la force publique dans l’exercice de ses fonctions.

Le prévenu assume que les policiers de Guédiawaye sont des corrompus et soutient que « Domaar.. » n’est pas une insulte. Il encourt 5 ans de prison ferme. Délibéré le 8 janvier prochain.

Après plus d’un an de détention préventive, Assane Diouf a fait face au juge de la troisième chambre correctionnelle de Dakar, Amath Sy pour répondre de plusieurs chefs : insulte par le biais d’un système informatique, outrage à un ministre de culte, outrage à agents de la force publique dans l’exercice de ses fonctions et diffusions de fausses nouvelles. Vêtu d’un boubou traditionnel de couleur vert-clair, le prévenu a nié les faits qui lui sont reprochés. Assane Diouf s’est présenté à la barre en boitillant. Les rigueurs de la prison se lisent sur son visage traversé par des rides. Ayant beaucoup amaigri, cheveux et barbe blancs, Assane Diouf ne pouvait pas tenir sur ses deux pieds.

Ainsi, l’un de ses avocats, Me Ciré Clédor Ly a demandé qu’on lui trouve une chaise. Une requête acceptée par le juge. « Il a été sauvagement battu et il a eu une double fracture », tonne Me El Hadji Diouf. D’emblée, le prévenu dément avoir insulté Serigne Basse Abdou Khadr Mbacké (porte-parole du Khalife général des mourides). « Je lui ai tout simplement posé une question en lui demandant d’où il a pris tous les biens qu’il possède. Cette question a toute sa pertinence parce qu’aujourd’hui, il est devenu milliardaire alors qu’il n’a pas de société encore moins de champs. J’ai fait dix-sept ans aux EtatsUnis, je travaillais durement et je ne suis pas milliardaire. Alors, en tant que disciple mouride, je voulais juste qu’il me dise comment il a fait pour être milliardaire alors que je suis son aîné », a expliqué Assane Diouf. Poursuivant, il soutient qu’il postait des vidéos privées sur sa page facebook. « Toutes mes vidéos sont partagées dans un cadre privé. Ma page Facebook est privée et seuls mes amis y ont accès », dit avant d’ajouter qu’il parlait avec ces derniers des difficultés que vivaient les Sénégalais. « Je n’ai jamais posté mes vidéos sur YouTube et cette chaine ne m’a jamais payé un sou. Ce sont mes amis qui ont créé « Dom Kharam Tv » et, ce sont eux qui partageaient mes vidéos », s’est-il dédouané.

« Les policiers de Guédiawaye sont des corrompus et des preuves »

S’agissant des policiers du commissariat de Guédiawaye, Assane Diouf reconnait les avoir traités de « policiers corrompus et de clochards » car il a les preuves de ses accusations. « J’ai des vidéos dans lesquelles on voit les policiers du commissariat de Guédiawaye s’adonner à des actes de corruption. Elles sont bien gardées et je peux les diffuser », a-til fait indiqué sur un ton menaçant. Suite à la projection de la vidéo où il taxe les policiers « de clochards, de corrompus et de domaar.. », il assume tout. Interrogé sur la projection des séquences de vidéos dans lesquelles il proférait des injures contre Serigne Basse Abdou Khadr, Assane Diouf affirme que la vidéo a été manipulée et truquée.

« On m’a rapartié comme le plusgrand terrorsite du monde, pire que Ben Landen »

Assane Diouf est également revenu sur son rapatriement des Etats Unis vers le Sénégal. A l’en croire, les Américains l’ont expulsé à cause d’un mensonge de l’Etat du Sénégal qui l’a accusé de terrorisme. Il raconte que les éléments de FBI ont même failli le tuer lors de son arrestation. « Ma femme a porté plainte contre certains agents. D’ailleurs, une enquête est ouverte aux Etats Unis. Cette affaire est loin d’être terminée », déclare-t-il. « J’ai fait 17 ans aux Etats-Unis sans parler de la politique au Sénégal. J’ai brisé le silence, car j’ai été déçu par la versatilité de Macky Sall qui avait promis une gestion sobre et vertueuse. J’ai commencé à dénoncer le régime quand Macky Sall a décidé faire un mandat de 7 ans en lieu et place du quinquennat qu’il nous avait promis », dit-il.

Le Parquet requiert 5 ans de prison ferme

Selon le parquet, les faits sont constants. « L’internet n’est pas une zone de non droit. C’est un outil important de communication. Un carrefour d’échange, mais pas une zone de non droit. Pour les faits d’outrage à un ministre de culte, il avait utilisé facebook et par ce support il a formulé des injures contre des personnes connues et identifiables. C’est offensant et l’opinion publique a été choquée par ces propos particulièrement outrageants. Malgré ses contestations, Assane Diouf a outragé Serigne Bass. Il a aussi outragé des agents dans l’exercice de leurs fonctions. Il a assumé et reconnu les faits. Pour la diffusion de fausses nouvelles, ils vont diront que ces faits n’ont pas troublé l’ordre public. Les faits sont têtus à l’encontre d’Assane Diouf. Son message est accessible à toutes les communautés », affirme le parquet qui a requis 5 ans ferme à son encontre. La défense a plaidé la relaxe. Délibéré le 8 janvier prochain.

Bineta Diouf

(Source : SenePlus, 27 décembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)