twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Arrestation de Houleye Mané et Cie : Article 19 dénonce la violation de la Constitution

vendredi 23 juin 2017

L’organisation de défense des droits à la liberté d’expression Article 19 soutient Houleye Mané et ses codétenus arrêtés pour avoir diffusé un photomontage du président Macky Sall jugé contraire aux bonnes moeurs. Elle dénonce la violation du droit international et de la Constitution sénégalaise par les autorités sénégalaises et demande leur libération immédiate.

C’est par le biais d’un communiqué parvenu à la rédaction que l’organisation ARTICLE 19, qui a vu le jour aux Etats-Unis en 1987, a officiellement affiché son soutien aux détenus Houlèye Mané, Mariéme Diouf, Fatou Binetou Ndiaye et Cheikh Tidiane Sarr, arrêtés entre le 26 et le 29 mai et formellement accusé le 2 juin d’avoir partagé par WhatsApp un photomontage jugé obscène du président sénégalais Macky Sall.

Le bureau régional de l’organisation demande leur remise en liberté immédiate.

Selon son bureau de l’Afrique de l’Ouest, les autorités judiciaires sénégalaises ont violé le droit international en arrêtant ces quatre personnes. "ARTICLE 19 rappelle que les standards internationaux relatifs à la liberté d’expression protègent tout particulièrement le discours politique et l’expression culturelle et artistique. Cette protection s’applique éminemment à la satire politique. A cet égard, les hommes et femmes politiques doivent faire preuve d’un degré de tolérance plus important face à la critique et la satire", souligne le communiqué.

Ledit document dénonce également la violation de la confidentialité de la correspondance des prévenus, qui ont vu leurs téléphones saisis par les forces de l’ordre pour consulter leurs messages et ainsi pouvoir constituer une preuve de l’infraction présumée. Ce qui constitue, selon ARTICLE 19 ", une violation de la Constitution sénégalaise en son article 13 : "Le secret de la correspondance, des communications postales, télégraphiques, téléphoniques et électroniques est inviolable. Il ne peut être ordonné de restriction à cette inviolabilité qu’en application de la loi".

En plus demander la libération immédiate de Houleye Mané et ses codétenus, ARTICLE 19 exige l’abandon des poursuites pour "diffusion d’images contraires aux bonnes moeurs" et "associations de malfaiteurs". L’organisation américaine va même plus loin en demandant simplement l’abrogation de l’infraction de "diffusion d’images contraires aux bonnes moeurs" du Code pénal.

Houleye Mané et Cie risquent une peine d’emprisonnement d’un mois à deux ans et une amende de 25,000 à 300,000 francs, comme le stipule le code pénal sénégalais sur les infractions précitées.

(Source : Pressafrik, 23 juin 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)