twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après le Code des marchés, le Président de la République chamboule l’Armp

vendredi 29 octobre 2010

Par décret numéro 2010-1396 du 20 Octobre 2010, obtenu par « L’As », Me Wade a chamboulé le Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). En plus de faire passer les représentants de l’Etat au sein du Conseil de trois à six, le décret consacre l’entrée au sein de l’instance des représentants des Ministères des Infrastructures, des Mines et de l’Environnement.

En plus de modifier le Code des marchés publics, le président de la République a pris un décret pour chambouler le fonctionnement de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Des modifications qui se sont traduites par l’entrée de trois nouveaux membres. L’Organe central de l’Armp, le Conseil de régulation, est désormais porté à douze. Une manière de renforcer la présence dans l’instance des représentants de l’Etat, qui pourraient ainsi « faire face » au Forum civil et au Secteur privé.

C’est en tout cas ce qui ressort du décret numéro 2010-1396 du 20 Octobre 2010 modifiant le décret 2007-546 du 25 Avril 2007 portant organisation et fonctionnement de l’Armp, obtenu par « L’As ». Le Conseil de régulation était composé d’un représentant du Premier ministre, d’un représentant du ministère chargé de l’Economie et des Finances, d’un magistrat représentant le ministère chargé de la Justice. De trois membres représentant des Organisations professionnelles représentatives des opérateurs économiques des secteurs des bâtiments et travaux publics, du Commerce et des Services et trois membres représentant des Organisations ou des Associations oeuvrant dans le domaine de la bonne gouvernance, de l’éthique et de la lutte contre la corruption.

Avec ce nouveau décret, le ministère des Infrastructures (Karim Wade), le ministère des Mines (Abdoulaye Baldé) et celui de l’Environnement (Djibo Leyti Ka) seront représentés au sein du Conseil. Le décret précise qu’en ce qui concerne le ministère des Infrastructures, le représentant devra être un ingénieur des travaux publics. Au total, l’Etat se retrouve désormais avec six représentants sur les douze que compte le Conseil de régulation. Il reste maintenant à savoir les critères qui ont conduit au choix porté sur les trois Ministères précités, pour siéger au sein du Conseil. Peut-être, en raison du nombre important de marchés qu’ils passent annuellement. Un critère qui s’applique certes aux Infrastructures, mais pas tellement aux deux autres départements.

Cheikh Mbacké Guissé

(Source : L’As, 29 octobre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)