twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après la vente d’actions de Sonatel : Les actionnaires nationaux entrent en rébellion

samedi 11 avril 2009

C’est un appel de détresse qu’ont lancé hier les travailleurs de la Sonatel en direction de toutes les forces vives et patriotiques pour qu’elles se joignent à eux pour sauvegarder la souveraineté économique du Sénégal mise en péril par la vente de 9,87 % d’actions de la société à France Télécom. Et ils peuvent, d’ores et déjà, compter sur la collaboration des actionnaires nationaux de la Sonatel qui ont adopté une motion de défiance.

La nouvelle acquisition par France Télécom de 9,87 % du capital de la Société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel), portant ainsi sa participation à 52,2 %, fait mal aussi bien aux cadres et à l’ensemble du personnel de l’entreprise, mais également aux actionnaires nationaux. Ce qui est blessant dans le protocole d’accord signé mercredi dernier entre l’Etat du Sénégal et France Télécom, c’est l’absence de l’implication des actionnaires nationaux et des travailleurs, qu’ils soient cadres ou pas, dans cette opération. C’est pour dénoncer un tel état de fait que ces derniers sont montés hier au créneau en organisant une conférence de presse. ‘Nous n’avons pas été informés de l’opération. Nous l’avons apprise en même temps que l’opinion publique’, s’est désolé le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Sonatel. ‘En effet, ni les dirigeants, ni le personnel, ni les autres actionnaires, ni la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), encore moins les Sénégalais détenteurs de ce patrimoine national n’ont été associés à l’opération’, a ajouté M. Aïdara, très remonté contre cette attitude étatique.

Cette transaction discrète ouvre la porte à toutes sortes d’interrogations. ‘Pourquoi on ne nous a pas associés à cette opération ? Pourquoi la plus grande partie du mécanisme de financement de cette opération provient des fonds propres de Sonatel et consiste à augmenter brutalement son niveau d’endettement ? A l’heure où tous les Etats re-nationalisent leurs champions de l’économie et reprennent en main la gouvernance de ces grandes entreprises, pourquoi l’Etat du Sénégal fait-il le contraire ?’, se sont interrogés les travailleurs.

Ce qui est évident pour eux, c’est que cette transaction qu’ils qualifient ‘d’inopportune’, risque d’induire des conséquences durablement négatives et irréversibles pour l’avenir du Sénégal. Ils ont ainsi cité la perte de souveraineté économique du Sénégal et les risques sur la sûreté mondiale, les pertes de chiffres d’affaires et d’emplois pour les nombreuses petites et moyennes entreprises et petites et moyennes industries sénégalaises sous-traitantes de Sonatel, dont les contrats risquent d’être brutalement rompus et transférés à des entreprises françaises, sans compter la réduction drastique des investissements au détriment de la qualité des services et du barrage au secteur privé et aux nationaux pour intégrer le capital de la Sonatel.

Les travailleurs ont estimé que la Sonatel est une chance unique et historique pour le Sénégal et qu’à ce titre, elle ne doit pas être compromise, mais bien renforcée. Ils ont aussi émis leur souhait de savoir combien a coûté pour les Sénégalais, l’étude du cabinet Rothshield sachant que les analystes financiers avisés affirment que le prix de vente a été sous-évalué. Ils se sont demandés quel a été le rôle du ministère de l’Economie et des Finances dans cette transaction et celui de la Cellule de gestion du portefeuille de l’Etat. Des raisons suffisantes pour demander à l’Etat de renoncer à cette opération et appeler toutes les forces vives et patriotiques du pays à se joindre à eux pour la sauvegarde de Sonatel.

Ndakhté M. Gaye

(Source : Wal Fadjri, 10 avril 2009)

Post-Scriptum

La défiance des actionnaires

Les actionnaires de la Sonatel ne sont pas restés indifférents. Dans une motion de défiance votée à main levée par la majorité des actionnaires nationaux présents à l’Assemblée générale de mercredi dernier, ils ont marqué leur désapprobation des démarches et procédures mises en œuvre par l’Etat pour les mettre devant le fait accompli. Dans un document remis hier aux journalistes présents à la conférence de presse des travailleurs, ils ont dénoncé cette pratique qu’ils qualifient de ‘nébuleuse’ consistant à transférer les richesses nationales générées par la plus grande entreprise du pays vers l’étranger et ont demandé l’arrêt sans délai de cette opération au nom de l’intérêt général.

Les actionnaires ont demandé aussi l’organisation d’une concertation nationale avec tous les acteurs économiques, les travailleurs de Sonatel, les actionnaires nationaux pour aller vers des solutions conformes aux intérêts de la nation et du peuple sénégalais qui met en avant l’actionnariat privé national en cas de vente d’une partie. Ils ont, en outre, revendiqué la présence des petits porteurs dans le Conseil d’administration pour plus de transparence et de démocratie, pour le respect d’une gouvernance moderne et démocratique.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)