twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après la suspension du décret sur les appels entrants : L’Etat met la pression sur Sonatel

mercredi 24 novembre 2010

La suspension du décret sur les appels entrant au Sénégal ne semble pas être sans contrepartie pour Sonatel. Qui, après avoir vu son Directeur nommé à la présidence du Conseil d’administration de la Senelec, doit faire face à certaines exigences de l’Etat que le Premier ministre a listées hier lors de la cérémonie de pose de la première pierre du futur siège de Sonatel sur la Vdn.

Après avoir fait machine arrière dans la gestion des appels internationaux entrant au Sénégal, qui avait soulevé un tôlé dans le pays, l’Etat du Sénégal vient de décliner des attentes profondes vis-à-vis du groupe Sonatel sont le directeur général a d’ores et déjà été copté pour présider le Conseil d’administration de la Société nationale d’électricité (Senelec). En effet, lors de la cérémonie de pose de la première pierre du futur siège du groupe Sonatel sis sur la Voie de dégagement nord (Vdn), le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a affirmé que, suite à la suspension de certaines dispositions du décret 2010-632 du 28 mai dernier, l’Etat du Sénégal est en droit d’attendre de la filiale de France Télécoms des efforts pour favoriser le développement de meilleurs services à des prix compétitifs.

‘L’Etat attend de Sonatel, comme du reste des autres acteurs, plus d’engagement à soutenir la politique de développement numérique du territoire. Pour cela, il serait souhaitable que la Sonatel s’oriente un peu plus au-delà de ses performances actuelles, hautement appréciables, vers des projets porteurs comme la démocratisation autant que faire se peut de l’accès à internet afin d’offrir ce service au plus grand nombre et surtout à des prix abordables’, souligne le Premier ministre. Qui cite, entre autres, la couverture totale de l’ensemble du territoire en infrastructures de télécommunications et des technologies de l’information et de la communication afin d’assurer en complémentarité avec le développement du service universel l’accès de nos populations urbaines et surtout rurales aux services de télécommunications de qualité. En outre, précise le chef du gouvernement, l’Etat s’attend à une implication plus marquée de la société dans les projets de développement du E-Sénégal, c’est-à-dire du e-santé, de l’e-éducation et du projet de cybercase si cher au président de la République. ‘L’éducation et la santé doivent être les principaux bénéficiaires de ces infrastructures. Chaque école et chaque case de santé doit être équipée et disposer d’un accès au réseau haut débit’, dit-il.

Convaincu que le secteur des télécoms peut tirer la croissance économique du pays, le Premier ministre avoue avoir instruit le ministre en charge des Télécommunications d’engager une large concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur pour trouver des voies et moyens de faire de cette d’activité le fer de lance de l’économie nationale.

Cet apport du secteur dans l’économe du pays est corroboré par le directeur général de France Télécoms, présent à la cérémonie. Ce dernier pense en effet que les services de télécommunications connaissent une forte croissance au Sénégal et dans les pays voisins où Sonatel a joué un rôle essentiel dans le développement des économies. ‘De manière plus générale, il est en effet démontré qu’un gain de 10 points en pénétration de téléphonie mobile entraîne une hausse additionnelle de 0.81 % du produit intérieur brut (Pib), tandis qu’une hausse semblable de la pénétration du haut débit entraînerait une hausse du Pib de 1.4 %’, note Stéphane Richard.

Seyni Diop

(Source : Wal Fadjri, 24 novembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)