twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après la sommation de l’Artp suite à des dysfonctionnements : Sonatel accuse Viber et Whatsapp d’être victimes de leur succès

vendredi 6 mars 2015

La Sonatel accuse les applications Viber et Whatsapp d’être « victimes de leur succès » pour expliquer leur inaccessibilité décriée par des clients de l’entreprise de télécommunications sénégalaise. A son avis, l’engouement a dégradé la qualité de ce service offert.

Accusée dans la presse d’avoir été à l’origine de dysfonctionnements de Viber et Whatsapp, deux célèbres services gratuits de téléphonie via le net, la Sonatel a été sommée, lundi dernier, par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) de rétablir l’accessibilité à ces applications.

L’Artp avait demandé aussi à l’entreprise de télécommunications de fournir, dans les 48 heures, les raisons de ce dysfonctionnement et de remédier, « sans délai », à cette situation.

L’opérateur sénégalais de téléphonie n’a pas tardé à répondre aux accusations de ses abonnés suivies de la sommation de l’autorité de régulation, déclarant, dans un communiqué de presse, avoir mené des investigations.

Et à l’arrivée, la Sonatel indexe les effets du succès de Viber et de Whatsapp. A son avis, ces deux services de téléphonie via le net « sont aujourd’hui victimes de leur succès, surtout avec la démocratisation de plus en plus accrue des smartphones au Sénégal ».

Aussi, poursuit le communiqué, « leur caractère gratuit, la possibilité de faire des appels vidéo, très consommateurs de bande passante et leur usage excessif peuvent dégrader la qualité de service offerte par ces applications de VoIp » (voix sur Ip, technique permettant de communiquer en audio ou vidéo via des flux multimédia).

Il y a eu une augmentation du nombre d’utilisateurs et des types d’usage de ces services alors que la capacité qui leur est dédiée est restée « inchangée », explique aussi le communiqué de la Sonatel.

L’entreprise « précise que les difficultés d’accès à ces applications de voix sur Ip (VoIP) ne sont pas imputables à la qualité de service délivrée par le réseau internet de Sonatel ».

Pour étayer son argument, la Sonatel fait savoir que « dans la même période indiquée, d’autres applications de VoIP similaires, comme Skype, Imo, Magickjack, etc. fonctionnaient parfaitement ».

Malick Ciss

(Source : Le Soleil, 6 mars 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)