twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après la mise sous écoute Les détenteurs de puces téléphoniques seront fichés

jeudi 12 avril 2007

Réclamé à plusieurs reprise, l’établissement d’un fichier central emmagasinant des informations personnelles de citoyen sera mis en place dans les semaines à venir. Si c’est une bonne affaire pour les services de sécurité et princes du palais, pour le citoyen, par contre, c’est son intimité qui sera violée. Du côté des défenseurs des droits de l’Homme, c’est un scandale qui ne doit pas passer. Pour sa part, le palais s’apprête à introduire le projet de loi de l’identification des détenteurs de la carte SIM

Après les surveillances de certaines personnalités politiques, les mises sous écoutes de leaders d’opinion, tous les citoyens sénégalais détenteurs de puces téléphoniques vont, dans les semaines à venir, être fichés et suivis à la trace par les services de l’administration. Si l’on en croit une source basée à la présidence, le chef de l’Etat va, dans les jours à venir, introduire à l’Assemblée nationale un projet de loi portant identification des détenteurs de cartes SIM. Contactée, une source des services de sécurité a affirmé que plusieurs réunions ont eu lieu et des ateliers conjoints réunissant tous les services se sont rencontrés sur ce sujet et, en ont longuement débattu. Pour cette source, il s’agit simplement de sécuriser le citoyen et de le mettre à l’abri des agissements de malfaiteurs qui travaillent avec leur téléphone cellulaire. Comme l’a montré l’histoire récente de cette pratique imposée aux Américains par Georges W. Bush, avec son Patriot-Act, les correspondances des citoyens vont être écoutées par des tiers et, certainement, servir à des causes qui n’ont rien à voir avec la prévention et la répression des délits ou crimes. Bien qu’espionné depuis longtemps, le citoyen pourra, avec cette mesure, être suivi à la culotte dans ses moindres déplacements. Avec les nouvelles technologies de la communication, la détention d’un téléphone cellulaire en marche ou en veille, contenant une puce téléphonique, permet de localiser la zone de réception et d’émission d’un appel qui peut facilement être tracé. Une fois adoptée, cette loi fera obligation aux opérateurs téléphoniques d’identifier tous les propriétaires de puces et de livrer ces informations aux services de sécurité du pays. Du côté du palais, des sources pensent que les opérateurs n’auraient pas dû attendre que l’Etat le leur demande. « Car, pour elles, cela fait partie de leur cahier de charges, mais ils vendent les puces dans la rue comme des cacahuètes, sans prendre en considération la grande responsabilité qui est la leur dans des affaires qui impliquent leurs services ». Comme exemple, notre source a rappelé l’affaire du gosse enlevé à la Médina par un Camerounais et retrouvé à Kidira, celui de jeune homme abattu et abandonné sur la plage de Cambérène. Dans le premier comme dans le second cas, le malfaiteur s’est servi de son téléphone portable. « Si ce projet était mis en place, ces affaires auraient été élucidées en un temps record ». Selon les premières informations reçues, « c’est le ministère des Télécommunications et l’ART, Agence de Régulation des Télécommunications qui, en collaboration avec les opérateurs de cellulaire, vont être les destinataires de ces fichiers qui seront mis à la disposition des services ». En clair, il aura pour objectif de collecter les noms, profession et adresses du détenteur et permettre, à en croire les autorités policières, « d’identifier les expéditeurs de messages désobligeants et autres menaces de mort ». Loin des simples soucis d’identification de malfaiteurs, certaines personnalités publiques pensent que ce projet a pour but inavoué, l’installation d’un régime policier, pour espionner et soumettre le peuple à l’acceptation de décisions abjectes et prévenir toute tentative d’insubordination. Avec la mise en place de cette loi, « les épieurs » écouteront la conversation de qui ils veulent et, certainement enregistreront les cibles et pourront utiliser ces informations à d’autres desseins. Interpellé par nos soins M. Alioune Tine, Secrétaire Général de la RADDHO, pense que « c’est une atteinte intolérable aux libertés individuelles ». Et que n’ayant, pour le moment, pas eu la confirmation de cette information, il attend de voir. « Mais, prévient-il, les gens ne se laisseront pas faire, il y a va de la sauvegarde de la vie privée des citoyens ». Quel sera le coût de cette opération ? Et qui va la financer ? Qui sera le grand manitou qui saura tout de ses concitoyens ? Où va loger le service chargé de la collecte et du traitement des informations glanées ? Mystère. Pour le moment, tout porte à croire que, une fois de plus, c’est le contribuable qui va casquer pour se faire épier.

Babacar Touré,

(Source : L’Observateur, 12 Avril 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)