twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après l’Ouganda et d’autres pays africains, le Bénin taxe à son tour les réseaux sociaux

jeudi 20 septembre 2018

Si la mesure a été prise depuis le 25 juillet 2018, elle n’a été rendue publique qu’à la fin du mois d’août 2018. Au Bénin, l’accès à Facebook ou à WhatsApp devrait coûter un peu plus cher. La mesure est entrée en vigueur cette semaine. La conséquence d’un décret présidentiel daté du 25 juillet 2018 dans lequel il est décidé de l’imposition d’une taxe de 5 francs CFA par mégaoctet pour l’accès aux services over-the-top (OTT). De manière pratique, l’offre Internet avec réseaux sociaux de 2 gigaoctet coûterait 15 000 francs CFA contre 4 000 francs CFA pour l’offre Internet sans réseaux sociaux.

A peine la mesure rendue publique, elle a suscité une levée de bouclier au sein de la société civile : « Nous sommes contre cette mesure du gouvernement qui va exclure du marché de l’accès à Internet et aux réseaux sociaux des personnes qui n’ont pas les moyens de payer des tarifs aussi chers…cette mesure va à l’encontre du sacro-saint principe de la neutralité du Net », s’indigne Franck Kouyami le président du Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI) au Bénin et porte-parole d’un regroupement d’associations de la société civile.

Expliquant cette mesure gouvernementale qu’il soutient, Romuald Wadagni, le ministre de l’Economie et des Finances du Bénin, avait indiqué il y a quelques semaines cette réforme en ces termes : « Il n’a pas été question d’augmenter le coût de la connectivité. Vous êtes ingénieur ou étudiant, vous voulez faire des recherches, le coût n’a pas changé. Le coût change pour les réseaux sociaux et les usages ludiques. Vous téléchargez des films, vous faites des transferts d’images sur WhatsApp qui critiquent le gouvernement et vos amis, libres à vous de le faire. Mais, vous payez le prix qui est légèrement plus fort »

Dans la foulée, les internautes ont lancé le hashtag #Taxepamesmo (« Ne taxe pas mes mégaoctets ») pour appeler le gouvernement à supprimer la taxe. Une pétition contre la taxe sur Change.org a recueilli plus de 7 000 signatures depuis sa création. Avec l’adoption de cette taxe, le Bénin rejoint une liste croissante de pays africains qui taxent désormais les réseaux sociaux, dont l’Ouganda, la Zambie, et peut-être bientôt le Sénégal.

Jephté Tchémédié

(Source :Digital Business Africa, 20 septembre 2018)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)