twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après avoir réussi son coup contre Global Voice : La Sonatel attaque son Vice-président pour diffamation et réclame un milliard de franc

vendredi 17 septembre 2010

Le feuilleton à rebondissement entre la Sonatel et le groupe Global Voice continue de plus belle. En effet, après avoir réussi à faire annuler par l’Armp le contrat d’attribution des « appels entrants » au Sénégal, la Sonatel et Orange Guinée qui se sont senties diffamées par cette société américaine, notamment après la sortie de son Vice-président, Serigne Ben Niang qui les aurait traités de « voleurs » n’ont pas entendu longtemps pour le traîner en justice avant de réclamer la somme d’ un milliard pour cause de tous préjudices subis. Hier l’affaire qui devait être jugée devant le tribunal correctionnel a été rejetée par le juge de cette juridiction pour non enrôlement du dossier par le parquet. En attendant, les avocats des deux parties au procès se promettent déjà l’enfer pour l’audience prochaine.

Le 2 août dernier, Mes El Hadji Diouf et Leyti Ndiaye, conseillers juridiques de la Sonatel et de Orange Guinée avaient envoyé une citation directe à Serigne Ben Niang, Vice-président de Global Voice Group pour diffamation. En effet, cela fait suite à la dernière sortie médiatique de M. Niang qui a traité ces deux sociétés de téléphonie de « voleurs » dans deux interviews exclusives, qu’il aurait accordé aux quotidiens le Soleil et Walf Quotidien. Car d’après les avocats de la partie civile, Serigne Ben Niang avait soutenu qu’il « y avait 26.000 lignes de fraude à Orange Guinée ». Et ce qui ce aurait selon lui, engendré la perte en millions de dollars... Et le Vice-président de poursuivre que « la Sonatel et Orange Guinée faisaient partie de ce lot de fraudeurs ». « C’est parce que cet argent était volé, dans une certaine mesure, avant l’imposition de ce système et qu’on va y mettre fin... ». Toujours, selon la citation, S. Ben Niang a soutenu que « ce sont 840 millions d’euros qui ont disparu dans la nature ». « Cette pratique va finir... Quand le système va démontrer qu’au lieu des 70 millions de minutes déclarées, ce sont 120 ou 150 millions de minutes, ils (Sonatel) ne pourront pas l’expliquer... Ils (Orange) sont les meilleurs payeurs dans ces Etats-là et quand ils viennent au Sénégal, ils s’y opposent... En Guinée, dans le cadre de la fraude, on a déconnecté plus de 25.000 lignes frauduleuses, la moitié étant opérée par Orange. Ils le faisaient à travers les sim box... et c’est Orange qui les installait... C’est parce que ce sont eux qui faisaient la fraude en Guinée », révèle t-il. Autant, de passages donc qui ont mis La Sonatel et Orange Guinée dans tous leurs états et ils n’ont pas attendu longtemps pour ester contre l’auteur de ces propos et sa société. Non sans réclamer la somme d’un milliard de franc.

Hier les deux parties qui devaient solder leur compte devant la barre du tribunal correctionnel se sont vues renvoyées par le tribunal. La cause, dès l’appel du dossier, les juges ont estimé que le dossier ne peut être jugé parce qu’il n’est pas inscrit sur le rôle. Mais le parquet qui s’est vite saisi rendu compte que l’erreur émanait de lui a tenté vainement de convaincre le tribunal sans succès. Les deux parties seront ainsi renvoyées à une date, non encore définie. Toutefois, Me El Hadji Diouf, qui ne se décourage pas, affirme déjà que la peur est du côté de ses adversaires tout en leur promettant l’enfer.

D’après lui, Global Voice est une société « Capitaliste et impérialiste qui voulait se sucrer sur le dos des sénégalais. Et la preuve en est selon lui, qu’il a réussi à « gruger » le président de la République en obtenant le décret d’attribution du contrat avant d’être démasqué auprès de l’Armp. « Il faut arrêter ça, l’Afrique aux Africains, l’argent des Sénégalais au Sénégalais et non à des bandes de mercenaires, de voyous, de truands », s’est-il indigné avant d’avancer qu’ils vont réactualiser la citation en fixant une nouvelle date pour le procès, comme le dit selon lui la loi, « dans un délai de six mois ».

Cependant, Me Demba Ciré Bathily, avocat de la défense, a déclaré pour sa part attendre de pied ferme Me El Hadji Diouf et Cie le jour du procès. Car estime t-il « toutes les machinations qui entourent cette affaire vont être révélées petit à petit, mais la vérité va éclater aux yeux des Sénégalais. » Sans nommer la société France Télécom, actionnaire dans ces deux sociétés de téléphonie, l’avocat soutient qu’ « aujourd’hui, il y a un dernier bastion colonial et il est temps qu’il tombe et que notre économie profite de ses ressources ». D’après Me Bathily « c’est par rapport à tout cela qu’il faut voir dans le cadre de cette affaire. » Et d’avertir que « c’est une puissance économique qui est là pour soustraire l’économie Nationale et c’est ce que les pouvoirs publics ont aperçu sur la toile de fond. Il faut qu’ils cessent de nous divertir », met-il en garde les avocats de la partie civile.

Lamine Diédhiou

(Source : Rewmi, 17 septembre 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)