twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Antoine Ngom, président d’OPTIC « Il y a une volonté claire de ne pas acquérir cette licence »

mercredi 8 juin 2016

La 4G tarde à prendre son envol au Sénégal avec la réticence des opérateurs qui trouvent l’Eta trop gourmand. Antoine Ngom, à la tête de la structure Gsie Technology depuis plus de deux décennies, fait le point pour ANA avec sa casquette de président de l’Organisation des professionnels de la communication et de l’information. Entretien.

Les opérateurs ne peuvent pas ou ne veulent pas acquérir la licence 4G ?

Il est clair qu’il y a une mauvaise foi de la part de certains de nos opérateurs. Rien que sur la téléphonie mobile, les trois opérateurs se retrouvent avec des magots de plus de 100 milliards FCFA et donc avec un revenu très conséquent pour acquérir la licence 4G. Les 30 milliards FCFA exigés ne sont qu’un pécule dans leur chiffre d’affaires. Il y a une volonté claire de ne pas acquérir cette licence.

Pourquoi alors cette réticence des opérateurs ?

Vous savez, l’écosystème de l’économie numérique au Sénégal n’a pas encore atteint de grandes proportions comme ailleurs où il existe des projets sur la télémédecine, la télé-éducation etc…Le trafic actuel au Sénégal ne nécessite donc pas l’arrivée de la 4G alors que pendant ce temps la 3G dont on dispose peut faire le travail. C’est peut-être dans ce sens qu’il faut analyser la réticence des opérateurs à se lancer corps et âmes dans la 4G. Mais dans le même temps, tout le monde s’accorde sur un fait qui est que la 4G représente le futur de l’économie numérique. Donc également, les opérateurs n’ont pas le droit de ne pas jouer leur partition d’autant que la 4G va booster l’activité numérique.

Ne pensez-vous pas que la 4G n’est pas un effet de mode au Sénégal vu que même la 3G n’est pas encore bien passée partout. Ou en tout cas, cela ne se traduit pas dans le quotidien des Sénégalais ?

Je ne crois pas. La 4G offre des possibilités nouvelles surtout dans le domaine de l’internet : plus de rapidité, et les coûts sont plus abordables. La 4G est dans l’évolution normale des choses. Il faut s’y conformer. Un temps en arrière, on parlait plus de la 2G, maintenant nous en sommes à la 3G, et dans un futur proche, on s’acheminera vers la 4G. C’est une question de mouvance, je dirais.

Quelle régulation vous préconisez pour une arrivée de la 4G au Sénégal vu le bras de fer qui oppose l’Etat et les opérateurs ?

Je pense fondamentalement qu’il faut un dialogue inclusif avec les acteurs du système, c’est-à-dire l’Etat du Sénégal, les trois opérateurs, mais aussi les consommateurs. L’idée est de fédérer tout le monde sur la stratégie numérique nationale qui sera alors conduite par les pouvoirs publics. Le Sénégal est un pilier dans les télécommunications en Afrique et cela doit être maintenu pour les générations à venir.

Mouhamed Camara

(Source : Africa News Agency, 8 juin 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)