twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Annulation du décret sur les appels entrants : Quand la presse Sénégalaise désinforme le public »

mardi 23 novembre 2010

La presse sénégalaise passe à coté de l’information concernant l’annulation du décret sur les appels entrants. Dans leurs publications d’hier (lundi 22 novembre) les journaux sénégalais y compris les journaux en ligne avaient annoncé que « le Président de la République annule le décret sur les appels entrants » (Une annonce faite samedi dernier par la télévision publique, la Rts.) Ce qui est totalement faux. En vérité le président de la République a suspendu les articles 6 à 11 du décret n° 2010-632 portant sur contrôle et tarification des communications téléphoniques entrant au Sénégal. Il ne s’agit donc pas d’une annulation dudit décret comme annoncé par la presse.

Le vrai rôle du journaliste est de collecter, traiter et informer selon la déontologie du métier. Cette leçon très primaire n’a pas été respectée par les professionnels de la communication sur l’annulation du décret sur les appels entrants. Et pourtant le communiqué de presse a été très clair. Il est indiqué que « « Les dispositions des articles 6 à 11 du décret n° 2010-632 instituant un système de contrôle et de tarification des communications téléphoniques internationales entrant en République du Sénégal sont suspendues »,

Le communique en date du 19 novembre 2010 explique que l’article 6 du décret n° 2010-632 fixe le seuil minimal de tarif des communications téléphoniques internationales entrants à destination du Sénégal à 0,215 euro, soit 141,03 francs Cfa par minute pour la terminaison vers les réseaux fixes et mobiles » notant aussi les tarifs des appels arrivant au Sénégal depuis l’étranger directement en roaming ou en transit. L’article 7 du décret ordonne aux opérateurs locaux des réseaux de télécommunications disposant d’un accès à l’international d’appliquer ce tarif à partir de la date d’entrée en vigueur dudit décret. Tandis que l’article 8 fait état de facture que l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) peut envoyer à chaque opérateur. Ces derniers sont tenus de régler les factures du mois antérieur dans leur intégralité au plus tard le 05 de chaque mois comme l’indique l’article 9 dudit décret. En cas de retard de paiement des factures (au plus tard le 05 de chaque mois) l’ARTP (Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes) a le droit d’appliquer une pénalité de 15% du montant dû. Enfin l’article 11, évoque la possibilité de retirer l’autorisation d’acheminer des communications téléphoniques internationales entrant au Sénégal en cas de retard de paiement de plus de soixante jours.

(Source : Sénégal Méedias, 23 novembre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)