twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Angola : le président angolais autorise la privatisation de l’opérateur Multitel par appel d’offres public

lundi 26 juillet 2021

Le programme de privatisation des entreprises publiques initié en 2018 se poursuit en Angola. Le chef de l’Etat y place de grandes attentes pour la relance de son économie en difficultés depuis son accession au pouvoir en 2017.

Le président de la République d’Angola, João Lourenço, a autorisé la privatisation par appel d’offres public de 90% du capital de la société Multitel Serviços de Telecomunicações spécialisée dans la fourniture de services Internet pour entreprises. A travers l’arrêté présidentiel n°113/21 du 20 juillet, le chef de l’Etat a abrogé l’arrêté n°185/20 du 21 décembre 2020 qui prévoyait la privatisation de Multitel par le biais d’une offre publique initiale (IPO) sur la Bourse de la dette et des valeurs d’Angola (Bodiva).

João Lourenço a expliqué dans le nouvel arrêté présidentiel avoir pris cette décision parce que Multitel « ne remplit pas les conditions nécessaires » pour sa privatisation via la procédure d’introduction en bourse. La part de l’Etat angolais dans Multitel s’élève à 90 %, via PT Ventures (40 %), Angola Telecom (30 %) et Banco de Comércio e Indústria (BCI) (20 %).

La privatisation de Multitel rentre dans le cadre du programme national de développement 2018-2022 qui épouse la réforme des finances publiques de l’exécutif. D’ici 2022, l’Etat a prévu de céder ses participations dans le capital de 195 sociétés pour restructurer et redimensionner le secteur public des entreprises en Angola.

L’économie angolaise tirée par le pétrole est en récession depuis 2016, entraînant une augmentation de son ratio dette/PIB de 57,1 % en 2015 à environ 120,3 % en 2020, selon la Banque africaine de développement (BAD) dans son rapport « African Economic Outlook 2021 : From Debt Resolution to Growth : The Road Ahead for Africa ».

La Covid-19 est venue fragiliser davantage l’économie du pays. João Lourenço affirmait lors du lancement du programme de privatisation en 2018 que l’argent issu de la vente de Multitel et de plusieurs autres actions d’entreprises publiques contribuerait à « promouvoir la stabilité macroéconomique, augmenter la productivité de l’économie nationale et parvenir à une répartition plus équitable du revenu national ».

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 26 juillet 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)