twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Angola : le gouvernement a initié le processus de cession de ses parts dans l’opérateur télécoms Net One

lundi 31 mai 2021

L’économie angolaise, à bout de souffle depuis 2016, a connu un nouveau coup dur avec la Covid-19. L’Etat qui craint une situation davantage précaire accélère le plan de privatisation des entreprises publiques. Il a besoin d’argent pour initier de nombreuses réformes salutaires.

Le gouvernement de la République d’Angola, à travers l’Institut angolais des actifs et participations de l’Etat (IGAPE), a initié le processus de cession de ses 51% d’actions dans le fournisseur de connectivité Net One via l’opérateur télécoms MS Telecom. Un appel d’offres a été lancé à cet effet vendredi 28 mai. Une fois l’Etat angolais parti, le nouvel investisseur qui va reprendre ses parts deviendra le nouveau coactionnaire avec le groupe israélien Mitrelli.

D’après l’IGAPE, les investisseurs nationaux et internationaux intéressés livreront bataille selon le modèle d’appel d’offres limité par qualification préalable. Les parties intéressées devront soumettre leur candidature jusqu’au 25 juin 2021.

La vente des parts de l’Etat dans Net One s’inscrit dans le cadre du programme de privatisation des entreprises publiques initié depuis 2019. 195 entreprises sont visées par cette opération. Dans le secteur des TIC, sont ciblées Unitel, MS Telecom, ACS - Angola Comunicações e Sistemas, Angola Telecom et Angola Cables.

L’Angola est le deuxième plus grand producteur de pétrole d’Afrique, derrière le Nigeria. Mais il connaît depuis 2016 une récession ayant entraîné une augmentation de sa dette, qui est passée de 57,1% du produit intérieur brut (PIB) en 2015 à 120,3 % en 2020 selon le Groupe de la Banque africaine de développement. Frappé de plein fouet par la crise Covid-19, le pays a enregistré un nouveau recul de son PIB pour la cinquième année consécutive. L’argent issu de la privatisation de Net One viendra s’ajouter aux revenus que recherche le gouvernement et contribuera à financer la relance économique post-Covid.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 31 mai 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)