twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

André Santini, Président du forum E-Démocratie : « Nous sommes prêts à partager les bonnes pratiques avec le Sénégal en matière de démocratie électronique »

lundi 17 octobre 2005

Député-maire d’Issy-les-Moulineaux, M.André Santini, organisateur du forum mondial sur la démocratie électronique, revient sur cet événement. Connaissant bien notre pays pour l’avoir visité en tant que ministre français de l’Information, il souhaite que le Sénégal vienne présenter ses initiatives au forum de 2006.

Monsieur le Député-maire, quel bilan faites-vous de cette 5ème édition du Forum mondial sur la Démocratie électronique que vous avez organisé les 28 et 29 septembre ?

Avec 1800 participants, représentant 43 pays, la 5 ème édition du Forum mondial de la Démocratie électronique a confirmé son succès. Une centaine d’intervenants de 18 nationalités différentes a débattu des principaux enjeux de la société de l’information pour nos démocraties. Nous avons pu démontrer que tous les pays du monde, sans aucune exception, se sont lancés dans une même logique de modernisation de leur administration grâce aux technologies de l’information et de la communication, et que beaucoup d’autres commençaient à ressentir leur impact sur leur vie politique. Nous avons accueilli des ministres français, hongrois, tunisien, brésilien, les présidents des parlements d’Écosse et du Pays-Basque, des parlementaires, des journalistes, des acteurs économiques et des sociologues. Bref, je pense que nous avons contribué efficacement aux débats en cours.

Le vote électronique, le paiement à cartes, etc., ont été surtout évoqués par les intervenants. D’ailleurs, vous avez décidé de saisir l’Assemblée française pour un projet. Pouvez-vous bien nous l’expliquer ?

J’ai décidé, en effet, de proposer à l’Assemblée nationale d’expérimenter le système « e-pétition », créé par le Parlement d’Écosse et récemment adopté par le Bundestag allemand. Ce système permet aux citoyens de proposer leurs amendements ou de faire des propositions législatives. En Écosse, les pétitions sont obligatoirement traitées en séance plénière dès lors qu’elles remplissent les conditions requises.

On a noté une participation de quelques pays d’Afrique du Nord surtout. Quels efforts faites-vous pour une plus grande participation du continent africain ?

Nous avions invité le ministre de la Fonction publique tunisien, qui est en charge des projets d’administration électronique, parce que la Tunisie accueillera, en novembre, le 2ème Sommet mondial des chefs d’Etat et de gouvernement sur la société de l’information. L’Afrique est d’ailleurs représentée chaque année : nous avions ainsi accueilli l’ancien président de la République du Bénin, Nicéphore Soglo, maire de Cotonou, Ibrahim N’Diaye, maire de Bamako, au Mali, Pierre Dandjinou, en charge du programme des Nations Unies pour le développement pour l’Afrique, ou Mme Fatimetou Mint Mohamed-Saleck, alors Secrétaire d’Etat aux technologies nouvelles de Mauritanie.

Le Sénégal, pays d’Afrique de l’Ouest, a initié, en septembre de cette année, des cartes d’identité nationales et d’électeurs numérisées. Attendez-vous à une présence d’une délégation officielle en 2006 ?

Notre ambition est de faire connaître les bonnes pratiques et partager les expériences pour avancer. Dans ce contexte, le Sénégal est bien sûr le bienvenu pour présenter ses initiatives dans le domaine des listes électorales électronisées.

À quand le prochain forum et sur quel thème central ?

La 7ème édition du Forum mondial de la Démocratie électronique aura lieu en octobre 2006 avec comme invitée d’honneur la Corée du Sud, l’un des pays les plus avancés dans le domaine de l’e-démocratie comme de l’administration électronique. On y abordera tous les thèmes qui concernent le développement de la société de l’information avec un zoom sur les services administratifs mobiles.

Propos recueillis par ABDOULAYE THIAM

(Source : Le Soleil, 17 octobre 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)