twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Amitelo ambitionne de démocratiser l’Internet

samedi 16 décembre 2006

Le taux de pénétration des ordinateurs aux Etats-Unis est estimé supérieur à 60 % alors qu’en Afrique, il dépasse à peine 0,7 % en Afrique. Par rapport au reste du monde reste le continent africain peut-être considéré comme un désert numérique avec seulement 2 % des télécommunications mondiales et 0,3 % du contenu Internet mondial

Là où deux Américains sur trois se connectent à Internet, les statistiques évaluent à seulement 1 Africain sur 60 le nombre qui surfe sur l’ordinateur alors qu’en le milieu rural, c’est pratiquement le désert. Pour dire que la fracture numérique entre les pays développés et ceux qui sont sous-développés ou en voie de l’être, est très grande. Et l’ambition de « Amitelo », une multinationale leader en Europe dans le domaine des télécommunications, qui fait son incursion en Afrique, est de contribuer à la réduction de cet écart numérique grâce à une stratégie d’intégration de l’Internet fondée sur le développement du service universel en Afrique. Au cours d’un point de presse, les responsables sénégalais de la structure ont décliné la vision d’Amitelo Afrique et de ses partenaires qui, selon le directeur technique chargé de la Recherche et du développement, ambitionne d’offrir des solutions globales de télécommunications à moindre coût.

La stratégie du groupe, indique Gora Diaw, c’est de rendre les services universels (Internet et téléphone) accessible et de les développer jusqu’en milieu rural. La vision citoyenne de la structure, indique son directeur technique, s’oriente vers le développement durable en fournissant des services universels à forte valeur ajoutée à toutes les couches de la population. Cette structure de développement des télécommunications entend ainsi accompagner les acteurs économiques, dans tous les secteurs, notamment agricoles, en offrant des plate - formes adaptées aux besoins des populations dans toutes les zones ciblées. « C’est un espace Internet que nous allons créer dans un environnement pour administrer et intégrer des contenus », explique M. Diaw. C’est comme qui dirait créer à l’intérieur de l’Internet une Internet pour l’Afrique de l’Ouest, en particulier, en y mettant des contenus en phase avec les réalités et les besoins du milieu. La structure a déjà signé une convention avec le Mali pour l’extension de son réseau Internet, et pour le Sénégal le partenariat est en bonne voie.

Adama MBODJ

(Source : Le Soleil, 16 Décembre 2006)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)