twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Amélioration du climat des affaires : Le Port s’engage à fonctionner 24 heures sur 24 d’ici 2010

jeudi 19 mars 2009

Certaines recommandations du dernier Conseil présidentiel de l’investissement vont prendre effet. Pour une meilleure amélioration du climat des affaires, le port autonome de Dakar et l’Administration douanière se sont engagés à assurer, dès 2010, un fonctionnement à feu continu des opérations au niveau du port. Une démarche qui va s’appuyer sur la modernisation des plateformes de pré-dédouanement (Orbus) et de dédouanement (Gainde).

Depuis 2007, le Fonds pour climat d’investissement en Afrique (Ifc) travaille avec le gouvernement du Sénégal, en partenariat avec l’éditeur de solution informatique Gaïndé 2000, pour rationaliser et peaufiner son système existant d’administration douanière électronique dématérialisée.

Les résultats obtenus lors de la première phase du projet semblent être concluants. Des améliorations ont été notées sur le système d’administration des Douanes, gage d’une bonne réputation pour le Port autonome de Dakar.

L’administrateur de Gaïndé 2000 a reconnu qu’ « aujourd’hui, Ifc a confirmé qu’il avait réussi à rationaliser le système d’administration des Douanes du Sénégal, permettant ainsi de réduire considérablement les délais et les coûts associés à l’import-export de marchandises ». M. Ibrahima Nour Eddine Diagne a fait savoir que des améliorations supplémentaires devraient être effectuées en 2009 dans le cadre de la seconde phase du projet afin d’apporter des changements encore plus marqués et de continuer à optimiser les conditions favorables aux échanges commerciaux.

C’est ainsi que Gaïndé 2000 va démarrer la phase 2 du projet de dématérialisation des procédures douanières. Après l’accord du Fonds pour le climat d’investissement en Afrique (Ifc) qui a réussi, lors de la première phase, à rationaliser le système d’administration des douanes du Sénégal, le Conseil d’administration de cette entreprise sénégalaise, éditrice de solutions informatiques, a approuvé l’exécution de la deuxième phase.

Lors de la conférence de presse que la délégation d’Ifc, dirigée par son directeur général, Omari Issa, a tenu conjointement, ce mercredi 18 mars à Dakar avec l’Administrateur de Gaïndé 2000, il a été rapporté que la seconde phase du projet doit aboutir à la mise en œuvre d’une procédure de dédouanement entièrement dématérialisée applicable au Port de Dakar. Selon les responsables des deux parties, cette mise en œuvre se fera en deux étapes au cours des deux années et demie à venir.

C’est ainsi qu’en premier lieu, à l’échelle nationale, une connexion sera établie entre le système de pré-dédouanement Orbus et le système de dédouanement Gaïndé. Puis, à l’échelle internationale, les plateformes de pré-dédouanement Orbus seront connectées avec celles d’Europe, d’Asie et d’Afrique de l’Est. Misant sur cette interconnexion électronique, l’administration douanière et l’Autorité portuaire du Sénégal se sont engagées à assurer un service en continu 24 heures sur 24 dans le port de Dakar d’ici 2010.

Ifc et Gaïndé 2000 ont fait savoir que la seconde phase du projet vise à réduire de moitié les délais associés à la procédure de dédouanement, pour atteindre une moyenne de seulement neuf jours et non plus de 18. Pour eux, une telle amélioration va ainsi permettre au système d’administration des douanes du Sénégal d’être sur le même pied d’égalité que des pays tels que la France et l’Espagne, où il faut actuellement neuf jours pour les démarches douanières.

L’administrateur de Gaïndé 2000, M. Ibrahima Nour Eddine Diagne affairme que d’une manière générale, la phase 2 du projet a pour objectif d’aider à la réduction des délais et coûts des transactions commerciales, en vue de donner un coup de fouet à la compétitivité du secteur au niveau international.

Bakary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 19 mars 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)