twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Amélioration des apprentissages : L’introduction des Tic prônée

jeudi 7 janvier 2010

L’Institut national d’étude et d’action pour le développement de l’éducation (Ineade), en collaboration avec les partenaires du ministère de l’Education, ont procédé hier à la restitution de l’étude sur l’intégration des Tic dans les apprentissages de base à l’école élémentaire au Sénégal.

Cette étude, qui est inscrite dans une démarche collaborative de recherche, a confirmé celle menée en 2002 par l’Ineade et qui montre que malgré la rentrée massive d’ordinateurs dans les établissements, l’utilisation faite souvent de ces outils, ne contribue pas toujours au changement des approches pédagogiques.

D’où l’importance de cette recherche qui participe à l’édification d’une école performante. L’appui financier et technique du Centre de recherche pour le développement international (Crdi) et de la nouvelle Chaire Unesco en développement curriculaire de l’université de Québec, ont permis aux initiateurs du projet de couvrir, pour la seconde phase, les classes de la deuxième et troisième étapes de l’élémentaire.

Le projet, qui a été centralisé à l’école primaire Amadou Aly Mbaye de la circonscription scolaire de Dakar-Médina, a démarré en février 2003 avec deux classes de Cm1. Selon la directrice de l’Ineade, Fatimata Bâ Niang, l’école est le laboratoire où l’on peut valablement mettre en culture le modèle de citoyen dynamique, capable de s’adapter à ce monde tourbillonnant. Elle a noté que « l’informatique pédagogique n’est pas le fait d’avoir un dispositif numérique que l’élève consulte de temps à autre. C’est un ensemble didactique fondé sur un véritable projet pédagogique ». Non sans rappeler qu’elle obéit à des démarches d’intégration de plusieurs ressources et disciplines. Quant au coordonnateur du projet, Papa Amadou Sène, l’expérimentation des Tic dans les apprentissages de base s’inscrit dans la réforme du système scolaire.

« C’est le seul projet qui regroupe l’ensemble de toutes les directions de l’Education », a-t-il confié. De son côté, le conseiller technique n°1 du ministère de l’Education, Mamadou Gaye, a déploré qu’on ne fasse souvent pas bon usage d’Internet.

Tata Sané

(Source : Le Soleil, 7 janvier 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)