twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Amélioration de l’accès à internet : 400 millions de dollars dorment dans les caisses des États africains

mardi 27 mars 2018

Plus de 400 millions de dollars destinés à renforcer l’accès à internet ne sont pas utilisés, alors qu’ils sont à la disposition des gouvernements africains, selon un rapport produit par World Wide Web Foundation et Alliance for Affordable Internet.

Les gouvernements africains ont à leur disposition plus de 400 millions de dollars destinés à améliorer l’accès à internet. Une manne qui dort et n’est pas investie dans un secteur qui est pourtant fondamental pour le développement des économies du continent. Ce chiffre est issu des estimations réalisées par World Wide Web Foundation, Alliance for Affordable Internet et UN Women dans une étude publiée en mars 2018.

En effet, alors que l’Afrique est « la région avec le taux de pénétration d’internet le plus bas (22 %) et le fossé numérique entre les genres le plus élevé (25 %) », il y a 177 millions de dollars qui « dorment » dans les Fonds pour l’accès et le service universels (FASU), sans être dépensé. Un chiffre qui ne concerne que les 13 pays qui publient des détails sur le fonctionnement de leurs FASU, note l’étude.

Plus de 400 millions de dollars ne sont pas dépensés par les États africains Au total, pour les 37 FASU en Afrique, ce sont plus de 408 millions de dollars qui ne sont pas dépensés par les États africains, alors que ce montant pourrait être utilisé pour améliorer l’accès à internet des populations, selon les estimations du rapport.

Seul 68 % des pays africains disposent d’un FASU, et 62 % de ces caisses sont actives. Le taux de décaissement des FASU est limité, atteignant seulement 54 % en 2016. Seulement quatre des fonds pour lesquels les informations sont disponibles ont un solde égal à zéro : la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Rwanda et l’Ouganda.

« Réaliser un accès universel à internet à un coût abordable est une priorité économique et social clé pour les pays du monde entier », note le rapport, s’inscrivant dans le cadres des Objectifs du développement durable. Adopté par l’ONU en 2015, ces cibles doivent être réalisés d’ici à 2020.

Afin d’atteindre ce but et de connecter les communautés ne bénéficiant pas d’un accès à internet, de nombreux pays ont mis en place ces Fonds pour l’accès et le service universels (FASU), qui sont financés par des contributions obligatoires des opérateurs de téléphonie mobile et des fournisseurs de services de télécommunication.

Victor Bérenger

(Source : Jeune Afrique, 27 mars 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)