twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Allègement des procédures douanières et administratives : Le guichet unique, un mécanisme à explorer après la dématérialisation

jeudi 21 juillet 2016

Le directeur général des Douanes, Papa Ousmane Guèye, a invité, hier, les acteurs à aller vers un guichet unique. Il prenait part à la Journée de réflexion organisée par le Conseil national du patronat (Cnp) du Sénégal et d’autres acteurs économiques sur « les formalités douanières et les facilitations des échanges commerciaux ». M. Guèye a estimé que le Sénégal a les moyens et les possibilités d’aller vite vers un guichet unique. « Ma conviction est qu’on peut aller très vite à un guichet unique si tout le monde s’y met », a-t-il affirmé. « Tous les instruments existent, nous avons besoin du feu-vert pour dérouler », a renchéri Mamadou Guèye, président de la Communauté des acteurs portuaires (Cap) de Dakar.

Toutefois, Papa Ousmane Guèye a noté que ce guichet unique ne peut pas se faire sans les douanes et le Port autonome de Dakar (Pad). « Il faut travailler à ce que nous ayons un guichet unique en affirmant la position et le leadership de chacun », a indiqué le directeur général des Douanes, affirmant que le Sénégal a des atouts à faire valoir dans la sous-région pour devenir un hub maritime et aérien attractif qui lui permettra d’attirer beaucoup d’investisseurs. Il a également magnifié le travail de Gaïndé 2000. « Pourquoi aller chercher ailleurs en laissant ce que nous avons », a-t-il dit. M. Guèye a aussi attiré l’attention des acteurs économiques sur la nécessité de travailler à sécuriser cette plateforme.

« Il y a des acteurs de développement qui travaillent pour l’émergence du pays. Mais il y en a d’autres qui profitent des brèches que nous ouvrons dans le cadre de la facilitation pour faire autre chose. Ensemble, nous devons les combattre », a-t-il invité. Le directeur général des Douanes est revenu sur les nombreuses actions engagées par l’administration douanière, telles que l’octroi des régimes économiques douaniers, pour alléger les procédures. « C’est un engagement permanent en vue d’une meilleure appropriation de l’accord sur la facilitation des échanges dont l’amélioration permettra à l’entreprise d’en tirer le meilleur profit », a-t-il indiqué. Papa Ousmane Guèye a rappelé le processus entamé en 1990 et ayant abouti, en 2011, à la dématérialisation des formalités douanières et administratives par le numérique. « Au regard de l’accroissement des échanges commerciaux, seules les solutions informatiques sont en mesure d’aider les administrations et tous les intervenants du secteur privé à faire face aux exigences de célérité et de sécurité du commerce mondial », a-t-il estimé. Selon lui, ces initiatives, si heureuses soient-elles, ne sauraient prospérer si elles sont prises isolément.

« Maillon essentiel »

Le vice-président du Cnp, Mactar Diallo, est, lui, d’avis qu’il faut mettre en œuvre au plus vite cette stratégie conquérante indispensable sur toutes les chaines de valeur des transports aériens et maritimes. « Le Sénégal a l’obligation d’intensifier ses actions communes pour faire gagner des parts de marché régional et international à ses plateformes logistiques », a-t-il dit.

Poursuivant, il a fait savoir qu’ « il nous revient de partager nos priorités publiques-privées comme le dédouanement centralisé auprès d’un guichet unique, des coûts portuaires et aéroportuaires compétitifs, la fluidification des opérations douanières, l’interconnexion des chaines de logistiques, etc., ». Le président de la Communauté des acteurs portuaires Cap de Dakar, Mamadou Guèye, a indiqué que le guichet unique est une « nécessité ». Il a salué l’expertise de Gaïndé 2000 qui assure la présidence de tous les guichets uniques de l’Afrique de l’Ouest depuis 5 ans. « Faire un guichet unique et avoir recours à des ressources étrangères ne me semble pas une bonne politique », a-t-il déclaré. « La communauté portuaire est prête pour recevoir ce maillon essentiel qui nous manque dans nos structures et dans nos infrastructures informatiques », a assuré M. Guèye. Le commandant Amine Tamba, représentant le directeur général du Pad, a rappelé les nombreuses actions entreprises pour faire de Dakar un hub maritime.

Souleymane Diam Sy

(Source : Le Soleil, 21 juillet 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)