twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Alex Corenthin, gestionnaire du domaine sn : « Les gens mesurent mal les enjeux liés au choix d’un nom de domaine »

samedi 3 mai 2014

Alex Corenthin, Gestionnaire du nom de domaine a exprimé toute sa tristesse de voir que les états comme les entreprises, les associations et les citoyens africains n’ont pas encore compris l’intérêt, voire la nécessité, d’utiliser les noms de domaines géographiques de premier niveau de leur pays respectif. Dans son édito de ce mois de Mai publié sur le site osiris.sn, le chercheur et enseignant explique que « plus de vingt ans après l’arrivée d’Internet en Afrique, il n’est ainsi pas rare de voir des administrations ou des organismes publics ou parapublics utiliser des adresses Internet en « .com », donnant ainsi le mauvais exemple au reste de la société. »

De même, dit-il, "la plupart des entreprises privées, mais aussi des organisations non gouvernementales, délaissent les noms de domaines géographiques de premier niveau au profit de noms domaines génériques de premier niveau (.com, .org, .net, .info, etc.). »

Selon lui, les raisons évoquées reposent généralement sur le fait que beaucoup pensent que les noms de domaines géographiques de premier niveau sont très élevés. Aujourd’hui le .sn coute environ 30.000FCFA contrairement à un .com qui tourne entre 3000 voir 6000 FCFA.

Ce choix est loin de plaire à Alex Corenthin qui pense que ceci n’est qu’une volonté de se démarquer de toute image de marque trop « nationale », absence de point d’échange Internet (IXP) qui n’encourage pas le recours au ccTLD pour optimiser la gestion du trafic Internet ou encore l’impossibilité d’acquérir le nom de domaine en ligne.

Ainsi donc, il lance un appel aux militants de la cause numérique pour une mobilisation à travers l’Afrique pour sensibiliser les états comme le secteur privé, la société civile et les citoyens à l’importance d’utiliser le « .africa », sujet de son éditorial , afin que les africains puissent avoir leur identité numérique.

L’Union africaine devrait donner le bon exemple en demandant à ses démembrements de réserver des noms de domaines dans le « .africa » et par extension participer à la valorisation des noms de domaines géographiques comme le « .sn » dit-il.

Marie Yacine

(Source : Social Net Link, 3 mai 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik