twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Alassane Dialy Ndiaye réticent à une renationalisation de la Sonatel

dimanche 24 octobre 2010

L’ancien ministre socialiste et directeur général fondateur de la Sonatel Alassane Dialy Ndiaye a préconisé dimanche à Dakar, la création d’une structure "claire et transparente" de gestion des télécommunications, en lieu et place d’une renationalisation de l’opérateur historique sénégalais.

La mise en place d’une telle structure devrait permettre au Sénégal "de ne pas accuser de retards" dans un domaine où les choses évoluent "très très vite", a-t-il soutenu au cours de "Grand jury", émission hebdomadaire de la Radio futurs médias (RFM, privée).

L’essentiel, "ce n’est pas nécessairement d’avoir une renationalisation", qui relève d’une "question d’ordre purement politique", a encore soutenu Alassane Dialy Ndiaye.

Selon lui, dans un domaine où les choses vont "très très vite", il est nécessaire de disposer d’une structure "capable de s’adapter encore plus vite qu’il y a 10 ou 15 ans".

Parlant du bilan de la Sonatel, il a dit que les résultats auxquels sont parvenus l’opérateur historique sont "globalement" positifs. "Sonatel a fait beaucoup de choses", du fixe au mobile en passant par la technologie. "Cela va de soi", a relevé l’ancien ministre socialiste.

Il a ajouté que l’esprit qui a été insufflé à la Sonatel, à ses débuts, c’est de faire en sorte que le Sénégal soit "toujours à la pointe" des progrès dans ce domaine, "dans le peloton de tête" des sociétés africaines de télécommunications.

"Je pense que cette position est toujours maintenue", a déclaré M. Ndiaye, non sans plaider en faveur d’une Autorité de régulation des télécommunications suffisamment armée, sur le plan notamment moral, pour abriter entre les acteurs du secteur, "dans la plus grande transparence".

(Source : APS, 24 octobre 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)