twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Aïcha Niang, Responsable régional de Yango : « Avec notre application, un chauffeur de taxi à temps plein peut faire environ 50.000 CFA par jour »

vendredi 11 mars 2022

Après s’être installé avec réussite en Côte d’ivoire, Yango étale ses tentacules au Sénégal pour exploiter une partie du marché du transport. Le service de taxi sur commande veut relever le défi dans un environnement assez complexe. Son objectif est de faciliter le transport des Sénégalais, faire gagner du temps et de l’argent aux partenaires locaux. C’est du moins ce que souhaite Aicha Niang, responsable régionale qui aura la lourde tâche de réussir le pari du déploiement de la marque Yango au pays de la Téranga. Elle a accordé un entretien exclusif à Socialnetlink.

Pourquoi l’appellation Yango et qu’est-ce qui vous a décidé à lancer votre service au Sénégal ?

Notre service de commande de taxis se déploie à travers les marques Yango et Yandex Go, dont l’appellation varie selon les différents marchés. Au Sénégal et dans d’autres pays africains (Ghana, Côte d’Ivoire et Cameroun), aussi bien qu’en Finlande, Norvège et Israël, nous utilisons l’appellation Yango. Yango est une abréviation de Yandex Go.

Il est aussi important de noter qu’aujourd’hui, il n’y a pas que les services de covoiturage disponibles via la marque Yango, mais également d’autres services, comme notre service rapide de livraison d’épicerie Yango Deli, en France, au Royaume-Uni et en Israël. Ainsi, Yango est une marque ombrelle. Dans le futur, nous pourrions envisager de lancer des services additionnels au Sénégal également.

Qui sait ? Concernant notre choix de lancement ici, nous pouvons dire que le Sénégal a l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. Nous pensons qu’ici à Dakar, dans la capitale du pays, il y a une forte demande relative au service de covoiturage à un tarif abordable et sécurisé. Aussi, nous croyons que les technologies que Yango apporte aux consommateurs peuvent vraiment faire la différence et induire du changement dans la vie quotidienne des Sénégalais, en la rendant plus agréable et plus sûre. Nous espérons sincèrement que nos clients, ici au Sénégal, ont déjà pu constater et apprécier les avantages de Yango ou alors le feront dans un futur très proche.

Comment le service Yango marche-t-il ? Comment se fait de manière précise la commande de taxis via Yango ?

Yango est un service, dont la mission est de connecter des clients et des chauffeurs. Cela est possible grâce à notre application mobile, disponible en téléchargement gratuit sur iOS et Android. Pour réserver un taxi, les clients doivent tout d’abord télécharger l’application, l’ouvrir et préciser l’endroit où ils veulent aller.

Avec l’activation de la géolocalisation, le service identifie l’endroit où le client se trouve et identifie le chauffeur le plus proche, qui arrive très rapidement. C’est un service de paiement direct, quand le client commande un taxi, il renseigne son adresse de destination et l’application calcule automatiquement via l’algorithme le prix de la course à l’avance. Nos tarifs sont à partir de 300 F CFA, pour une course à Dakar. Par exemple, un trajet des Almadies au Plateau vous coûte environ 1 500 F CFA.

Yango est-il disponible sur tout le territoire national ou bien est-ce seulement à Dakar que ça fonctionne ?

Pour le moment, Yango couvre la ville de Dakar et la région tout entière (la zone allant jusqu’à l’aéroport). Nous devons d’abord stabiliser notre service et analyser le début d’activité, avant d’envisager d’étendre le service dans les autres régions. Dès que nous serons en mesure d’annoncer des nouveautés, nous vous le ferons rapidement savoir, bien entendu !

Yango dispose-t-il de ses propres taxis ou êtes-vous en collaboration avec des transporteurs ?

Yango ne dispose pas de voitures ou de chauffeurs. Nous sommes une société informatique qui fournit un service intelligent afin de connecter les conducteurs avec les passagers.

Au Sénégal, nous travaillons uniquement avec des partenaires locaux : des fournisseurs de transport locaux (des entreprises qui fournissent des services de transport indépendants) qui travaillent avec des véhicules immatriculés.

Ils sélectionnent les conducteurs conformément à la législation locale.

Sociologiquement, les Sénégalais sont habitués au marchandage dans les transactions. Croyez-vous que l’effet Yango va perdurer ? Pensez-vous que votre service marchera dans la durée, comme il n’y a ni négociation, ni discussion sur le prix ?

Nous pensons que parfois, il s’agit plus d’une nécessité que d’un divertissement. Dans certaines situations, lorsque les clients arrêtent une voiture dans la rue, les prix peuvent être assez élevés, ce qui les amène à négocier pour avoir un prix plus raisonnable. Les gens accordent beaucoup d’importance à leur temps et certains préféreraient ne pas le perdre sous le soleil en train de marchander avec les chauffeurs. Si le prix est équitable pour les deux parties, la négociation ne sera plus nécessaire.

Nous croyons que les algorithmes intelligents de Yango nous permettent de satisfaire tout le monde. Nos technologies nous permettent de proposer des tarifs très abordables pour les utilisateurs ainsi que des conditions avantageuses pour les fournisseurs de transport et leurs chauffeurs.

En ce moment, avec notre application, un chauffeur de taxi à temps plein peut faire environ 50.000 CFA par jour, y compris les bonus reçus dans les programmes de motivation pour les partenaires et leurs conducteurs.

Tout cela sans négociation.

Avez-vous bien étudié le marché local sénégalais ? Car il y a déjà eu dans le passé des lancements de services de commandes de taxis.

Bien sûr, nous avons attentivement étudié le marché local et également d’autres lancements de services du même secteur dans le pays. Aujourd’hui, nos services de covoiturage opèrent avec succès dans 20 pays et nous faisons toujours, avant tout, une recherche et une analyse détaillées en étudiant le marché et la situation globale du secteur. Nous sommes venus au Sénégal au bon moment : la demande pour les véhicules modernes au Sénégal est très élevée et nous sommes là pour fournir ce service de la meilleure des façons.

Qu’est-ce qui vous différencie des services de commandes antérieurs ? Quel est votre avantage, votre facteur principal de différenciation ? Les chauffeurs vont-ils se conformer aux prix affichés sur l’application ?

Yango fait partie de l’une des plus grandes entreprises informatiques en Europe. Contrairement à la plupart de nos concurrents, nous utilisons les dernières technologies de notre propre recherche.

Par exemple, nos propres cartes des villes, sans avoir à les acheter à d’autres parties. Ce qui est l’une des activités les plus longues et coûteuses dans l’opération du service. Cela nous permet d’adapter et de rapidement mettre à jour notre service et de réduire les coûts, ce qui affecte positivement la commodité et la disponibilité du service.

Notre équipe accorde également une grande attention à la coopération avec les partenaires locaux : les fournisseurs de transport qui travaillent avec des taxis agréés.

Nous investissons beaucoup dans la formation des conducteurs. Certains chauffeurs ne connaissent pas bien les nouvelles technologies de covoiturage, mais ils sont heureux de coopérer avec notre plateforme car, en accord avec nos partenaires, ils peuvent vraiment bien gagner leur vie en utilisant Yango pour obtenir des commandes.

Nous aidons ainsi les chauffeurs de nos partenaires à trouver plus de clients et en même temps rendre les taxis plus sûrs et plus pratiques et ceci grâce encore à nos propres technologies.

Les algorithmes du service prédisent la demande, la situation routière et offrent un meilleur prix pour les conducteurs et les utilisateurs basé sur ces facteurs et beaucoup d’autres éléments au moment opportun. Il permet donc de montrer la situation de la route et c’est pourquoi le prix fixé dans l’application n’est pas un problème pour eux. De plus, je tiens à souligner que la plupart des conducteurs ne veulent pas perdre de temps et bloquer la circulation juste pour négocier.

Du fait de cette culture de marchandage qui existe au Sénégal, certains chauffeurs augmentent les prix en s’attendant à ce que les passagers négocient. Lorsque le prix est fixé pour les deux parties, il n’y a tout simplement plus besoin de cela. Le calcul automatique du prix exclut tout facteur humain et apporte plus de confiance dans le processus de commande de la course pour profiter à tout le monde.

(Source : Social Net Link, 11 mars 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)