twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique du Sud : un super régulateur TIC et Télécoms, fruit de la fusion des nombreuses entités de régulation du secteur, envisagé

mardi 10 octobre 2017

Le ministre des télécommunications et des services postaux, Siyabonga Cwele (photo), a dévoilé au gouvernement son ambition de fusionner les différentes sociétés de régulation des secteurs TIC et Télécoms d’Afrique du Sud pour créer un super régulateur. D’après le patron du marché télécoms, cette fusion se justifie par le chevauchement actuel des rôles de ces entités, ainsi que le manque de coordination qui crée du désordre.

Selon Siyabonga Cwele, la réglementation des infrastructures, des réseaux et du spectre de radiofréquences exige des impératifs constitutionnels très différents de ceux qui sous-tendent la réglementation du contenu ou de la radiodiffusion. Les intérêts des uns et des autres divergeant bien qu’ils évoluent dans les mêmes secteurs, cette situation crée alors un vaste conflit que viendra résoudre le nouveau super régulateur.

La nouvelle société qui aura ingéré l’Autorité Indépendante des Communications Afrique du Sud (Icasa), l’Autorité d’attribution des noms de domaines (.zaDNA), l’Agence d’accès au service universel (USAASA), entres autres, sera compétente dans la réglementation du secteur des communications électroniques ; la gouvernance de l’Internet.

Le nouveau régulateur aura aussi compétence dans l’attribution de licence et la réglementation des réseaux et services de communications électroniques ; l’attribution et la réglementation du spectre et d’autres ressources limitées, l’attribution et la réglementation des services postaux ; la réglementation de la concurrence ; la protection des consommateurs, la gestion des noms de domaine.

Le site d’informations mybroadband.co.za ajoute que le ministère veut également modifier la loi sur les communications électroniques afin de fournir de nouvelles approches stratégiques aux problèmes liés à l’offre, le déploiement de l’infrastructure et l’affectation des ressources. L’amendement vise également à réduire le coût des communications par le biais d’un réseau sans fil d’accès ouvert.

(Source : Agence Ecofin, 10 octobre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)