twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique du Sud : les candidats à un emploi à la fonction publique seront désormais aussi évalués sur leur usage des réseaux sociaux

vendredi 15 février 2019

Les candidats à un emploi dans la fonction publique sud-africaine seront désormais aussi évalués sur leur utilisation des médias sociaux et d’Internet. Ayanda Dlodlo (photo), la ministre de la Fonction publique et de l’Administration, déclarait le 13 février 2019 que la circulaire relative à ce référencement dans les médias sociaux, a été envoyée à tous les ministères.

Ce référencement de nature consultative et non normative, a souligné la ministre, est une vérification supplémentaire qui vise à garantir que les processus de recrutement du gouvernement vont au-delà des méthodes traditionnelles de filtrage. Jusqu’à présent, la vérification traditionnelle des références des candidats, était limitée au casier judiciaire, à la vérification de la citoyenneté, à la vérification des antécédents financiers, à la vérification des qualifications ainsi qu’à la vérification de l’emploi antérieur.

D’après la ministre, la fonction publique a l’obligation de veiller à ce que toutes les personnes recrutées dans le système soient conformes aux prescriptions du gouvernement en matière de législation et de politiques, qui s’orientent maintenant vers la professionnalisation du système et la création d’une nouvelle culture organisationnelle conforme aux prescriptions du Plan de développement national.

Ce nouveau critère de vérification ne cherche pas à « réprimer ou museler les opinions idéologiques ou politiques des gens - il n’est pas non plus conçu pour désavantager les Sud-Africains sur la base de l’affiliation à un parti politique (…) Nous sommes pleinement conscients des obligations constitutionnelles en matière de protection de la vie privée de chaque individu et du fait que le gouvernement est toujours chargé de développer une politique d’utilisation d’Internet. C’est pourquoi il est important d’obtenir le consentement du candidat lorsque de telles recherches sur Internet sont effectuées », a affirmé Ayanda Dlodlo.

(Source : Agence Ecofin, 15 février 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)