twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique : Pourquoi Internet est-il si cher ? (2ème partie)

jeudi 10 juillet 2008

Dans la facture des internautes africains, on l’a vu (Pourquoi Internet est si cher en Afrique (1ère partie)), la part du prix d’accès aux liaisons internationales pèse lourd. Pourtant, la mise en service du câble sous-marin Sat3 le long des côtes occidentales du continent en 2002 aurait dû faire baisser les tarifs par rapport au coût des liaisons satellitaires. Source de profit conséquente pour les opérateurs, le câble n’a hélas pas tenu ses promesses auprès des utilisateurs...

Il devait inaugurer une nouvelle ère de l’Internet en Afrique.15 300 kilomètres de fibre optique avec onze points d’atterrissage sur la côte occidentale africaine, 28 000 kilomètres en tout en comptant la partie reliant l’extrémité du continent à la Malaisie, 650 millions de dollars investis par 36 opérateurs d’Afrique et d’ailleurs : « Nous comblons le fossé numérique avec les autres continents », déclarait fièrement le président sénégalais Abdoulaye Wade lors de l’inauguration du câble sous-marin Sat3 à Dakar en 2002. Six ans plus tard, le fossé numérique s’est accru et le câble, capable de transmettre simultanément près de 6 millions d’appels téléphoniques et 2 300 canaux de télévision ne serait exploité qu’à 5% de ses capacités selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques ! Pourtant les pays reliés au câble ont beaucoup gagné en bande passante, ce qui augmente la capacité d’envoi et de réception de données et fait encore cruellement défaut en Afrique. Et aujourd’hui, Cotonou, Abidjan, Dakar ou Libreville proposent à leurs habitants des connexions ADSL (haut débit) illimitées. Membre de l’Atelier des Médias, François Laureys nous invite pourtant à aller voir de plus près les impacts du câble dans quatre pays d’Afrique selon une étude récente de l’Assocation pour le Progrès des Communications . On y lit en effet que les prix d’abonnement à Internet n’ont pas subi la baisse annoncée par les opérateurs. Certes, le prix horaire de connexion dans un cybercafé a été divisé par 5 en moyenne dans les pays raccordés, passant de 1 500 à 300 CFA, comme l’écrit Fatou Faye du Réseau International des Correspondants Francophones. Mais l’abonnement haut débit, de meilleure qualité, est aussi plus cher qu’en 2002. Toujours selon cette étude d’APC, qui s’attarde notamment sur le cas du Sénégal, juste avant la mise en service du câble, on comptait environ 13 000 abonnés à Internet à Dakar. Le débit n’était pas très bon mais souvent suffisant pour l’utilisation qu’en faisaient les particuliers. Ils payaient alors l’équivalent de 12 US dollars pour 20 heures de connexion mensuelle. En 2007, on compte 7 000 abonnés de plus avec une connexion optimale de navigation à 512 kbp/s mais qui revient à 30 US dollars en illimité. En bref, la connexion est meilleure mais dans l’absolu, elle est plus chère.

Pourquoi la mise en service de Sat3 n’a-t-elle pas fait baisser les prix de connexion ?

« Ca aurait pu et ça aurait dû se passer comme cela, admet Karine Perset, économiste à l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques, mais en fait l’accès à ce câble sous-marin est généralement limité à un seul opérateur et cet opérateur est systématiquement l’opérateur ’historique’ (à l’origine, l’opérateur national, ndlr), donc il y a très peu de concurrence et cela a entraîné des prix très élevés ! », conclut-elle en insistant sur le « très ».

Des prix encore trop élevés dans les pays reliés au câble mais qui n’ont rien à voir avec ceux pratiqués dans les pays qui ont « raté le câble », selon l’expression de Nahmsath, membre de l’Atelier des Médias qui nous écrit du Togo. Pour eux, comme pour les pays enclavés qui n’ont pas accès au littoral, la facture pour emprunter cette bretelle d’accès au réseau international est carrément exorbitante, comme l’explique Annie Chéneau-Loquay, Directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et présidente d’Africa NTI.

L’opérateur sud africain Telkom est l’un des principaux investisseurs dans le consortium Sat3 avec 13 % de participation pour 85 millions de dollars mais il en est un autre encore plus présent : c’est France Télécom. C’est ce que nous a fait remarquer Laurent Gille, de l’école d’ingénieur Telecom Paris-Tech. Si Telkom a fait de l’accès à Sat3 une « rente de situation », comme le dit Annie Chéneau Loquay, lui nous renvoie vers une certaine décision de justice concernant un litige entre France Télécom et l’Ile de La Réunion.

Sur l’Ile de la Réunion, des prix divisés par dix !

Il s’agit de la partie du câble qui relie l’Afrique australe à l’Europe, dénommée SAFE qui dessert l’Ile française de la Réunion. On est en 2002, et pour les Réunionnais comme pour les habitants des pays d’Afrique occidentale, le câble est un formidable espoir de sortir du no man’s land numérique. Mais le prix des connexions, ici aussi, rend le dispositif inexploitable. Jusqu’à ce que l’autorité de régulation française qui surveille l’application des directives européennes pour le prix d’accès aux télécommunications intervienne. Compte tenu de sa situation de monopole, France Télécom est alors mis en demeure de justifier ses tarifs, de fait injustifiables. Le résultat, confirmé par la cour d’appel de Paris est que le prix de routage des informations entre Paris et Saint Denis de la Réunion a été divisé par 10, passant de 15 000 € à 1 500 € par mégabit/seconde. Quand on vous dit que les prix sont exorbitants... Combien la Sonatel, opérateur historique sénégalais racheté à hauteur de 43% de son capital par France Télécom retire-t-elle de sa main mise sur l’accès à Sat3 ? Selon le directeur des Ressources humaines de la Sentel, l’un des rares opérateurs de téléphonie mobile agréé au Sénégal cité par l’Association pour le Progrès des Communications, « la valeur marchande de l’accès au réseau international au Sénégal peut être estimée à 140 millions de dollars avec un potentiel allant jusqu’à 187 millions de dollars ». Un chiffre que l’opérateur sénégalais n’a jamais confirmé comme il n’a jamais voulu répondre à l’enquête d’APC quand il s’est agi de ses bénéfices. Or, ajoute cette étude, tous les fournisseurs d’accès internet sont obligés de faire transiter leur trafic international via la Sonatel.

L’espoir d’un câble plus accessible à l’est ?

Sans mauvais jeu de mot, le câble Eassy est un serpent de mer qui aurait déjà dû sortir de l’eau. Mais les conditions de financement pour ce deuxième grand réseau - le long des côtes orientales du continent cette fois - ainsi que les tractations entre les 22 opérateurs et la volonté de proposer un modèle plus ouvert ont retardé le démarrage du chantier. Entré en vigueur en 2008 avec beaucoup de retard, le contrat avec l’équipementier Alcatel-Lucent a finalement permis le début de la construction du réseau sous-marin qui devrait être achevé mi-2010, selon le responsable de la réduction de la fracture numérique chez Alcatel-Lucent, Thierry Albrand. Et cette fois, l’accès au câble devrait être plus facile, y compris pour ceux qui ne font pas partie du consortium de départ

Alain Clerc est secrétaire exécutif du Fonds Mondial de Solidarité Numérique. Ce nouveau câble sous-marin, même d’un accès plus facile, il n’y croit pas vraiment. Pour reprendre l’image qu’il utilise, « ce n’est pas parce qu’un pipeline de gaz passe dans votre jardin que vous pouvez vous y brancher ». C’est la fameuse question du « dernier kilomètre » qui permet à l’utilisateur final de se connecter et qui fait trop souvent défaut en Afrique. Les opérateurs, eux, prétendent résoudre ce problème via la technologie sans fil. Faut-il les croire ? Ce sera la prochaine et dernière partie de notre enquête participative sur le prix de l’Internet en Afrique.

Anne-Laure Marie

(Source : RFI, 10 juillet 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)