twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique - Numérique : ce souffle venu des fab labs

mardi 22 mai 2018

Le salon Viva Tech qui s’ouvre à Paris fait la part belle à l’innovation en Afrique, notamment à travers les fab labs. Portés par les dynamiques collaboratives, ces espaces font bouger les lignes.

Servant tout à la fois d’ateliers de production, de création et de prototypage, de lieux de formation par la pratique et de facilitateurs de lien social, les fab labs contribuent à réduire l’opposition frontale traditionnelle entre « savoir » et « faire ». La vague des fab labs a pris naissance aux États-Unis, en 1998, sous l’impulsion de Neil Gershenfeld, professeur du MIT.

Il s’agit d’ateliers conçus pour être ouverts, partagés et collaboratifs. Leur objectif est de proposer un espace physique rassemblant des outils numériques (découpes laser, imprimantes 3D, etc.) dont l’usage est commun afin de permettre à un individu de créer, d’inventer. Ils permettent ainsi de concevoir, de prototyper, de fabriquer et de tester les objets les plus divers. Ces ateliers prennent un sens particulier en Afrique, où ils deviennent des relais pour le développement de communs à visée éducationnelle.

La spécificité des fab labs africains : des communs à visée éducationnelle Si les pays d’Afrique subsaharienne ont réalisé de considérables progrès dans le développement de leurs systèmes éducatifs, le retard initial et la très forte croissance démographique font que la région compte encore 50 millions d’enfants non scolarisés en âge d’être au primaire ou au secondaire. À ces difficultés d’accès s’ajoutent les très forts défis de l’équité et de la qualité des enseignements dispensés aux élèves.

Les fab labs d’Afrique subsaharienne connaissent une grande diversité, mais ils se donnent des objectifs éducationnels plus clairement et plus systématiquement que leurs homologues des pays développés. Nombre d’entre eux proposent ainsi des ateliers non seulement aux enfants et adolescents, mais aussi aux étudiants, pour pallier le sous-équipement des universités, ou encore aux femmes, pour faciliter leur insertion sociale et professionnelle. Au-delà de l’aspect de formation des plus jeunes aux rudiments de l’électronique, voire de la fabrication numérique, le projet pédagogique vise ainsi à répondre à des enjeux sociétaux locaux.

Sésamé Koffi Agodjinou, fondateur du WoeLab au Togo, anthropologue et architecte de formation, voit dans le fab lab un moyen de repenser avec et pour les citoyens une ville qui est traditionnellement dessinée par les seuls urbanistes. En ligne avec l’architecture vernaculaire qui propose une vision de la ville comme un village, le fab lab propose un lieu et des moments qui créent de la cohésion, soit, symboliquement, un nouvel enclos d’initiation pour les jeunes.

De son côté, Guiako Obin, créateur du Babylab en Côte d’Ivoire, a choisi une commune très populaire d’Abidjan, marquée par la pauvreté et l’insécurité, pour faire du fab lab un levier de transformation sociale par l’éducation et lutter contre le désœuvrement et la délinquance des jeunes.

Enfin, le Blolab au Bénin, créé par Médard Agbayazon, se donne pour objectif de favoriser l’alphabétisation numérique des jeunes et des professionnels locaux (artisans, agriculteurs) et de les aider à construire des solutions peu coûteuses, faciles d’accès et rapides pour leur développement. Ici, l’ingéniosité des membres de la communauté fab lab, inspirée et soutenue par des ressources informationnelles globales, apporte des solutions adaptées à des besoins locaux. À titre d’exemple, le lab a permis le développement d’une application de dénonciation des cas de violences basées sur le genre.

Innovation frugale et bidouille au cœur du dispositif

Avec plus d’une quarantaine de lieux, on ne peut que confirmer la vitalité de ce mouvement sur le continent africain. Le fab lab constitue un nouveau lieu d’innovation qui, dans des conditions difficiles, fait bien souvent appel à la débrouillardise et s’appuie sur la créativité et la volonté forte de ses promoteurs.

Dans l’atelier, la production elle-même doit également faire face au défi de la faiblesse des ressources financières et matérielles disponibles. Les communautés de fab labs, s’inscrivant ainsi dans l’innovation frugale, s’attachent à répondre aux besoins locaux avec des solutions simples et adaptées. Elles font par ailleurs appel aux ressources en ligne, qu’il s’agisse de modes d’emploi, d’instructions de construction, de communautés de pratique ou encore de sites de financement participatif.

En témoigne l’initiative Jerry Do-It-Together, qui organise des ateliers de construction d’ordinateurs Linux à partir de composants électroniques recyclés fixés dans un jerrican de 20 litres. Usagers, designers et hackers se rassemblent ainsi autour des ordinateurs Jerry pour apprendre comment se fabrique le numérique et l’orienter vers leurs besoins.

Le mouvement croissant des fab labs africains est mû par une volonté de partage des connaissances et d’ouverture de l’innovation : en Afrique comme ailleurs, ils questionnent ainsi les modalités habituelles de production, d’éducation, de propriété intellectuelle et, plus généralement, nous interrogent sur la place du citoyen dans les projets économiques et sociétaux.

En quoi ces espaces constituent-ils des communs ?

Entrepreneuriaux, associatifs, publics, universitaires, les fab labs illustrent comment la théorie des communs peut inspirer les activités de production. Depuis l’attribution du prix Nobel d’économie à Elinor Ostrom, en 2009, pour ses travaux sur les common-pool resources, les communs connaissent un engouement sans précédent. Ils renvoient à la gestion collective d’une ressource par une communauté qui se fixe des règles ad hoc et met en place une structure de gouvernance permettant la distribution des différents niveaux de droits et d’obligations et la résolution des conflits.

L’objectif que se fixe la communauté est au cœur du faire en commun. Dans le cas des communs structurés autour d’une ressource naturelle, il s’agit souvent, mais pas toujours, de la préservation en quantité ou en qualité de la ressource. Cette définition héritière des communs traditionnels (agriculture, pastoralisme, pêche) s’étend pour toute une nouvelle génération de communs, les communs dits informationnels, dont l’objectif est au contraire le partage, la dissémination et l’enrichissement du bien, soit un objectif d’« additionnalité ».

Les fab labs sont ainsi porteurs de cette dynamique. Le lieu vise le développement de la connaissance numérique, de sa diffusion, de son partage (réseau), de sa conservation (bibliothèque et plateformes web). Il met en commun les machines, mais aussi les expériences. Il contribue à l’accumulation des savoirs et le reversement de ces connaissances via des programmes de formation. La connaissance est donc à la fois une composante du fab lab, mais aussi un objectif.

Ce sont des lieux qui s’inscrivent à la fois dans un territoire, mais aussi dans les multiples ressources et communautés en ligne (logiciel libre, OpenStreetMap, réseaux sociaux). Cette dualité des communautés physiques et numériques se traduit par un double mouvement : une reterritorialisation, via un usage local, de communs numériques développés à l’échelle globale et, par ailleurs, une déterritorialisation des connaissances générées au sein des fab labs pour des usages à l’échelle mondiale.

Ce texte s’appuie sur le working paper « Des communs informationnels aux communs éducationnels : les fab labs en Afrique francophone », corédigé par Stéphanie Leyronas, Isabelle Liotard et Gwenaël Prié.

Isabelle Liotard, Gwenael Prié et Stéphanie Leyronas [1]

(Source : Le Point Afrique, 22 mai 2018)

[1] Isabelle Liotard est maître de conférences à l’université Paris-13 en économie de l’innovation. Gwenael Prié est responsable d’équipe projet à l’AFD (Agence française de développement) et Stéphanie Leyronas est chargée de recherche gestion des ressources naturelles à l’AFD.

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)