twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique : Les taxes sur le mobile money se multiplient et énervent les consommateurs

samedi 8 janvier 2022

Alors qu’au Cameroun une taxe de 0,2% introduite au 1er janvier sur toutes les transactions financières électroniques soulève un tollé chez les consommateurs, de nombreux pays africains profitent déjà de l’engouement des population envers le « mobile money » - paiements et transferts d’argent par le numéro de téléphone - pour renflouer leurs caisses. Et ce après avoir levé ou allégé les taxes en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19.

Début 2020, une vingtaine de pays africains allégeaient les taxes sur le mobile money et les transferts d’argent afin d’aider les populations à affronter les effets de la pandémie de Covid-19. Mais dix-huit mois plus tard, les taxes font leur grand retour. Si les consommateurs camerounais s’insurgent contre une imposition de 0,2% sur les transaction financières électroniques, avant eux, les Ghanéens et les Tanzaniens ont affronté le même problème.

Au Ghana, l’État souhaite ponctionner 1,75% du montant des transferts électroniques supérieur à 100 cédis, soit 15 euros. La mesure qui doit être examinée par les députés le 18 janvier a déjà provoqué une grève des agents de mobile money et un pugilat à l’Assemblée.

En Tanzanie, les autorités ont d’ores et déjà partiellement reculé sur une mesure similaire face au tollé généré. D’une façon générale, les régulateurs et banques centrales plaident pour des mesures équilibrées afin de ne pas enrayer le développement de ce système de transfert d’argent. Ce secteur en plein essor permet en effet l’inclusion financière à grande échelle. Mais les États, confrontés à des besoins financiers croissants oublient parfois cette notion d’équilibre. Ainsi, au Cameroun, les consommateurs sont surtout en colère contre le fait qu’une même transaction sera taxée deux fois, pour l’émetteur et pour le destinataire.

La question de l’assiette fiscale : comment ne pas pénaliser les plus pauvres ?

Il faut introduire du discernement et des limites dans ces mesures, et « peut-être mettre en place des seuils », estime Benoît Chervalier, banquier et enseignant sur le financement des économies africaines à Science Po Paris et à l’Essec, une grande école de commerce française.

(Source : RFI, 8 janvier 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)