twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique Centrale : Développement des radiocommunications : L’Afrique centrale harmonise ses positions

mardi 4 juin 2019

Les experts de la sous-région sont réunis depuis le 3 juin 2019 à Yaoundé pour formuler des propositions relatives à la bonne gestion des infrastructures.

Les experts en radiocommunications de la sous région Afrique centrale sont réunis depuis le 3 juin 2019 au centre d’excellence de l’Union internationale des télécommunications à Yaoundé. Ils ont une mission : produire au terme de cinq jours de travaux un document qui va être soumis à la 3e réunion du groupe de travail de l’union africaine des télécommunications. La rencontre se tiendra cette fin de mois au Botswana. Le document sera également soumis à la 4e réunion africaine préparatoire à la conférence mondiale des radiocommunications prévue en Afrique du Sud.

« Ce qui est attendu de cet atelier c’est d’harmoniser les positions au niveau de la sous-région Afrique centrale. Cela permettra de défendre une position commune africaine à terme lors de la conférence mondiale des radiocommunications en Egypte en octobre 2019 », explique Joseph Nsongang Etung, inspecteur général chargé de questions techniques, représentant du ministre des Postes et Télécommunications. Les sujets à débattre sont donc nombreux rajoutera t-il. Il parle par exemple du développement de l’économie numérique qui nécessite de mener des actions communes au niveau des régions, afin d’en tirer meilleur profit. Des projets intégrateurs seront également débattus.

Selon le représentant pour l’Afrique centrale et Madagascar de l’UIT, Jean Jacques Massina, les thématiques auront trait aux points à l’ordre du jour de la conférence prévue en Egypte. « Il est question de discuter du spectre de fréquence, de l’attribution mondiale du spectre de fréquence en fonction des services. Chaque région vient défendre ses positions. Le plan mondial de fréquences est fait par l’UIT, chaque pays se voit affecté un certain nombre de fréquences et il se doit de respecter la planification de ces fréquences. Il s’agit de respecter les règles internationales », a-t-il indiqué. La question de la téléphonie mobile aussi devra être adressée.

(Source : Cameroon Tribune, 4 juin 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)