twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique : ATU et Ericsson élargissent l’espace des TIC

vendredi 23 avril 2021

Les pays africains et les acteurs des télécommunications ont lancé le 22 avril la première série de recommandations sur le spectre ATU (Union africaine des télécommunications) qui se concentrent sur la transformation de l’Afrique en une économie du savoir grâce au développement de technologies qui stimulent la connectivité et l’innovation.

Les recommandations de spectre sont le résultat d’un protocole d’accord signé entre Ericsson et ATU pour aider à accélérer le déploiement de la technologie à travers le continent.

En Afrique aujourd’hui, une quantité limitée de spectre est allouée à l’industrie mobile ainsi qu’à d’autres secteurs de communication pour faciliter la transmission de signaux sans fil. Les recommandations de spectre lancées soulignent l’importance d’attribuer le spectre radioélectrique dans les pays d’Afrique de manière opportune, prévisible et rentable afin de soutenir la fourniture de services de technologies de l’information et de la communication (TIC) abordables et de haute qualité et de stimuler les initiatives technologiques intelligentes. Les recommandations établissent également l’idée que les licences devraient être technologiquement neutres et permettre des innovations de service.

Les nouvelles recommandations en matière de spectre encouragent en outre les pays africains à permettre le partage du spectre en donnant aux titulaires de licence le droit de partager volontairement leur spectre par divers moyens tels que les accords commerciaux et d’itinérance nationale. De plus, les pays africains, par le biais des recommandations, sont instamment priés d’adopter une approche d’octroi de licences visant à promouvoir la bonne combinaison de spectre de bande radio basse, moyenne et élevée afin de garantir que tous les fournisseurs de services de communication (CSP) ont accès à des quantités et types de spectre permettant le développement d’une variété de cas d’utilisation et répond aux demandes des entreprises et des clients.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement, le Secrétaire général de l’UAT, M. John Omo, a réitéré l’importance des recommandations en déclarant : « Le lancement de ces recommandations est un effort conjoint visant à accélérer le déploiement des technologies basées sur les TIC pour le développement des économies numériques en Afrique » Les sentiments de M. John Omo ont également été partagés par le Ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Mme Libom Li Likeng, qui a présidé la cérémonie de lancement où elle a affirmé que les nouvelles mesures incitaient la croissance continue des pays africains pour le haut débit mobile.

Les recommandations arrivent à un moment où l’Afrique cherche à exploiter l’innovation tirée par les TIC, avec une augmentation rapide de l’utilisation de la technologie et des Smartphones. Le rapport Ericsson sur la mobilité de novembre 2020 prévoit que d’ici 2026, les abonnements au haut débit mobile en Afrique subsaharienne augmenteront jusqu’à 76%.

Fadi Pharaon, Président d’Ericsson Middle East Africa, a déclaré : « Il est important pour la croissance et la durabilité de l’Afrique de favoriser l’agilité et l’innovation à partir des infrastructures TIC de nouvelle génération. » Il a poursuivi en réaffirmant l’importance des stratégies de gestion du spectre soulignées dans les recommandations, affirmant qu’elles pouvaient être considérées comme des opportunités pour accélérer la numérisation de l’Afrique et mettre en place #AfricaInMotion.

Après le lancement des recommandations, ATU travaillera avec les pays et toutes les parties prenantes à travers le continent pour soutenir le processus de mise en œuvre. L’objectif est que les pays africains libèrent le spectre recommandé et le délivrent en licence aux opérateurs nationaux de télécommunications de manière rentable. Cela permettrait aux fournisseurs de services clients (CSP) de répondre aux demandes des besoins de communication croissants et de les préparer à fournir de nouvelles technologies telles que la 5G, qui cherchent à révolutionner les industries, les entreprises…

Les cadres harmonisés et alignés au niveau mondial, tels qu’envisagés par ATU et Ericsson, aideront les pays africains dans les activités de gestion du spectre qui accéléreront le déploiement rentable des TIC.

(Source : AFRIMAG, 23 avril 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)