twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Affaire Tigo : Pourquoi l’état ne soutient pas jusqu’au dernier souffle ses champions nationaux ?

mardi 24 octobre 2017

Alors que le financement du rachat de l’opérateur Tigo ( la bagatelle de 80 milliards de fcfa) par WARI est disponible, qu’est ce qui empêcherait à l’état et à Millicom de clôturer rapidement la transaction ?. Tout est fin prêt du côté du Groupe Wari et ses partenaires pour finaliser la cession. Nous l’annoncions hier dans notre édition matinale. WARI a saisi les autorités de Millicom via une correspondance datée du 18 octobre 2017 (NDLR : nous publions in extenso en anglais la Lettre officielle de WARI à Millicom).

N’eussent été les agissements et autres manœuvres de la part de nouveaux concurrents repreneurs de dernière minute, l’opération avait été bouclée depuis fin août 2017. Pourquoi Millicom joue au yoyo avec arrogance et entêtement sans commune mesure. Sous l’impuissance des autorités sénégalaises ?. Pourquoi ce silence face à la défiance de Millicom qui dit haut et fort qu’elle s’en foutait pas mal du décret présidentiel publié officiellement le 1er août dernier sous le numéro 2017-1475 ?. A l’évidence, dans un état fort et qui se respecte, Millicom devrait être rappellée à l’ordre et surseoir à ses hostilités de défiance ouvertes frontalement avec l’état. Mais les autorités ont laissé faire, laissant pourrir les choses. Bon diantre, l’argent est désormais là. Ce n’est pas du bla -bla … Passons aux choses sérieuses. Le reste n’est que divertissement.

L’immixtion du Premier ministre Edouard Philippe dans l’affaire Tigo

Selon des informations en notre possession, le Chef du gouvernement français, Edouard Philippe est entré dans la danse pour recommander et soutenir son compatriote, l’homme d’affaires Xavier Niel. Ce dernier est dans la course des repreneurs face au jeune champion sénégalais Kabirou MBODJE, patron du Groupe Wari. Si le rachat de Tigo intéresse autant à ce niveau le gouvernement français, pourquoi les autorités sénégalaises ne s’investissent pas avec plus d’énergie et de vitalité pour soutenir et protéger l’entrepreneuriat local. Des sources autorisées ont soufflé à Confidentiel Afrique, que le Premier ministre Edouard Philippe s’est longuement entretenu avec le Chef du gouvernement du Sénégal à Paris, en marge du séminaire ministériel franco-sénégalais. Sujet d’attraction : le rachat de Tigo. Edouard Philippe tient à tout prix à sponsoriser la candidature de son compatriote français, Xavier Niel PDG de Free. C’est ça la fibre d’un leadership industriel mise en boite par les gouvernements occidentaux et asiatiques qui soutiennent leurs entreprises à venir s’installer et investir en Afrique. En câblant le Premier ministre Boun Abdallah Dione, le Chef du gouvernement français démontre une nouvelle fois que l’état français soutient son secteur privé. Alors que nos gouvernants ne sont ni dans la prospective et la stratégie industrielles. Hélas !!

Plan Sénégal Émergent est- il un Plan qui sert les intérêts étrangers ?

L’arrivée de Macky SALL au pouvoir en 2012 avait suscité beaucoup d’espoirs. Au regard de ce qui se passe aujourd’hui, les cartes ont brusquement changé de mains. L’état ne protège pas assez ou pas ses entrepreneurs locaux dans leurs ambitions de développement et de consolidation de leurs affaires. C’est devenue une mélodie maronnière qui revient à récurrence. » On axphysie et tue à petit feu nos entreprises locales ». Les cas de SHS, de Necotrans et de plusieurs entités industrielles, sont décapitées pour servir des intérêts industriels étrangers. Que visent en réalité ces entreprises privées françaises, asiatiques, marocaines en s’implantant chez nous ?. Ne cherchons pas trop. C’est simple : elles s’installent, pressent nos jus et exportent vers des places financières internationales leurs fortunes. Au Kenya, au Nigéria, au Rwanda, en Afrique du Sud, l’état protège ses champions locaux qui ont le monopole des secteurs stratégiques ( télécommunications, banques, hydrocarbures, commodities, BTP ). Au Sénégal, c’est tout le contraire de ce qui se passe ailleurs. Le Roi du Maroc, Sa Majesté Mohamed VI se déplace dans ses visites officielles en Afrique, en Asie et en Europe avec la crème des entrepreneurs du secteur privé marocain. C’est un exemple patent. Il les impose, les soutient et les accompagne dans leurs plans d’affaires.

Dans l’affaire Tigo, l’état doit soutenir Kabirou MBODJE face à des voyous envahisseurs, chassés ou persona non grata dans certains pays. Bien sur, nous n’inventons rien. Qu’ils démentent nos écrits. Il faut qu’on sente davantage l’état protecteur, premier garant de la promotion des activités de ses entrepreneurs locaux. Le Président Macky SALL et son gouvernement gagneront plus à soutenir leurs champions nationaux pour être en phase avec l’esprit et le contenu de la vision d’un Sénégal Émergent.

(Source : Sénégal 221, 24 octobre 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)