twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Affaire Millicom : Karim Wade panique devant la Justice américaine

lundi 22 février 2010

Le fils du président Wade, Karim, a intentés multiples procès contre des journalistes sénégalais, jusqu’au Canada. Mais l’ancien Conseiller spécial de son père, devenu le plus lourd et liquide ministre d’État du Sénégal, ne s’aventurera pas au pays de l’Oncle Sam pour y déposer une plainte contre le journal Business insider. Pris de panique à l’idée de devoir s’expliquer sur les 90 milliards qu’il réclamait à la société de téléphonie Millicom, il a rangé dans les tiroirs la plainte qu’il agitait contre le journal qui a fait la révélation.

Ce média américain a révélé qu’il avait réclamé 90 milliards de francs Cfa à la société de téléphonie Millicom cellular pour qu’elle puisse poursuivre ses activités au Sénégal, à travers Tigô. À l’époque, il n’était pourtant que le conseiller de son père de président.

Suite à cette révélation Karim Wade qui se confond au président de la République et agit comme le ministre de l’Économie et des Finances, avait agité l’idée de porter plainte contre le journal et l’auteur du papier devant les juridictions américaines. Mais, le fils du président ne faisait que bluffer. Car, le faire équivaudrait à s’engager dans des sables mouvants. Ceci, parce que, contrairement au droit sénégalais, inspiré par celui de la France, aux Etats-Unis d’Amérique c’est le plaignant qui doit fournir les preuves que le journaliste l’a diffamé. Ce que Karim aura du mal à fonder. Il s’y ajoute qu’il aura un problème de statut : aux Etats-Unis d’Amérique la séparation des pouvoirs n’est pas un vain mot, contrairement aux républiques bananières. Être fils d’un président dont on est le « Conseiller spécial » n’autorise pas à agir en son nom et à celui de l’État, encore moins se substituer au ministre de l’Économie et des Finances.

Ainsi Karim ne se présentera pas devant les tribunaux américains. Il ne s’aventurera pas à poursuivre un journaliste américain au pays de la Liberté. Il a été briefé par ses conseillers. Depuis, il enrage de buter pour la première fois devant un obstacle. Même son puissant père n’y peut rien. Lui qui cherchait désespérément à rencontrer Obama, le président américain.

(Source : Xibar.net, 22 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)