twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Adji Bousso Dieng, chercheuse en IA chez Google, fondatrice de « The Africa I Know »

lundi 31 août 2020

Adji Bousso Dieng, cette jeune femme sénégalaise née à Kaolack est à la Princeton School of Engineering. Elle est chercheuse en intelligence artificielle chez Google et fondatrice de ‘The Africa I Know » ( TAIK ), une plate-forme qui présente les Africains qui ont eu des carrières réussies.

Adji travaille dans un domaine de l’intelligence artificielle appelé modélisation générative. « Cela vous permet d’apprendre à partir des données sans avoir besoin de supervision », a-t-elle déclaré. « Les modèles génératifs ont de nombreuses applications dans le monde réel en ce qui concerne le traitement du langage naturel, la vision par ordinateur, les soins de santé, la robotique et dans une gamme de sciences. »

En plus de cela, Dieng a lancé The Africa I Know ( TAIK ), une plate-forme qui présente les Africains qui ont eu des carrières réussies ; mettre en évidence comment les Africains tirent parti de la technologie pour résoudre les problèmes de développement – dans l’agriculture, la santé et l’éducation – et raconter l’histoire africaine racontée par les Africains.

« J’ai fondé TAIK pour dénicher les réussites de l’Afrique et de ses habitants et pour favoriser une conscience économique et sociale en Afrique », a-t-elle déclaré, ajoutant que les volontaires de TAIK sont un groupe de jeunes Africains enthousiastes venant de toutes les régions du continent et que le contenu est en anglais et en français.

Dieng dit que la crise du COVID-19 a accéléré ses plans de lancement de TAIK parce que plusieurs pays africains ont adopté la technologie pour lutter contre le virus COVID-19, avec succès, mais cela a été négligé dans les médias.

« Les réussites ne sont pas racontées : la majorité des gens ne savent pas grand-chose de l’Afrique et ont une vision négative du continent étant donné la façon dont il est dépeint dans les médias », a-t-elle déclaré, « Cette vision négative de l’Afrique a des répercussions importantes sur L’Afrique et ses habitants. »

Dieng est née et a grandi à Kaolack, une région peu peuplée du Sénégal, où sa mère l’a inscrite dans le système scolaire public de Kaolack. Bien que la mère de Dieng n’ait pas terminé ses études secondaires, elle comprenait la valeur de l’éducation.

Après avoir remporté un concours organisé pour les filles africaines en STEM par la Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement, Dieng a reçu une bourse pour étudier à l’étranger. Dieng a poursuivi ses études en France et a obtenu un diplôme d’ingénieur de Telecom ParisTech en France et un Master en statistique de l’Université Cornell aux États-Unis.

Dieng dit qu’il est très important d’avoir une représentation féminine noire dans le monde universitaire.

« Je n’ai jamais eu de conférencier noir depuis que j’ai quitté le Sénégal, et encore moins une conférencière noire », a-t-elle déclaré, « j’ai appris à ne pas laisser cela me démotiver dans ma quête de connaissances, mais c’est beaucoup demander à tout le monde de faire. . »

Dieng dit qu’elle était excitée parce qu’un jour, elle a recherché le nom derrière un théorème de statistique appelé le théorème de Rao-Blackwell , alors qu’elle était étudiante en première année de doctorat à l’Université de Columbia.

« J’ai recherché qui étaient les auteurs du théorème et j’étais au-delà de l’extase d’apprendre que Blackwell était noir ! » elle a dit, « j’avais finalement trouvé un scientifique noir derrière l’un de ces théorèmes ! »

Ce Blackwell était David Blackwell , le premier Afro-américain à obtenir un poste à l’UC Berkeley et le premier à être intronisé à l’Académie nationale des sciences des États-Unis.

« Il est important d’avoir des modèles, des modèles qui vous ressemblent et la représentation compte, car cela donne l’espoir et le courage de poursuivre ses efforts », a déclaré Dieng, « C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai créé L’Afrique que je sais modèles de carrière qu’ils peuvent admirer. »

Dieng est loin d’être la seule femme africaine à réunir la prochaine génération de leaders STEM. En Afrique du Sud, Mbali Hlongwane, a fondé Pink Codrs Africa, qui s’est associée à l’équipe de football sud-africaine Kaizer Chiefs Football Club pour inciter davantage de femmes africaines à coder et à faire carrière dans les STEM.

Hlongwane dit que Pink Codrs Africa est une organisation de femmes développeurs de logiciels qui est née d’une série d’événements de réseautage pour les femmes développeurs de logiciels. Il vise à créer un réseau solide de femmes développeurs de logiciels en Afrique du Sud, réunissant des développeurs de logiciels industriels, des femmes dans des entreprises technologiques et des étudiants en STEM.

(Source : Social Net Link, 31 août 2020)

Post-Scriptum

Traduction de l’article d’Andrew Wight publié par le magazine Forbes

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)