twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Accès à Internet : "Il y a une sous-utilisation des infrastructures"

mercredi 19 octobre 2011

Le continent africain est "bien connecté" à l’Internet, a estimé Moctar Yedaly, chef de division de la société de l’information à l’Union africaine (UA) tout en faisant état, mercredi à Dakar, d’"infrastructures mal utilisées" ou "sous-utilisées".

‘’Contrairement à ce que l’on pense, l’Afrique est bien connectée à l’Internet. Cependant, il y a des infrastructures mal utilisées ou peu utilisées’’, a dit à l’APS, M. Yedaly.

Il faisait une présentation de l’initiative de "Dot Africa" dans le cadre de l’ICANN (Internet Corporation for Assignated Names and Numbers).

M. Yedaly a aussi déploré l’accaparement des infrastructures par des "clubs privés" qui n’acceptent de les partager.

Toutefois, reconnaît-il, ‘’l’infrastructure n’existe pas aussi partout’’. C’est pour corriger cette disparité que l’UA a initié le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA).

Son objectif est d’établir une vision et une stratégie cadre pour le développement des infrastructures à l’échelle régionale et continentale dans les domaines de l’énergie, du transport, de l’eau et des télécommunications, a-t-il expliqué.

En matière d’Internet, a relevé M. Yedaly, l’UA a lancé le nom de domaine "Dot Africa" pour promouvoir l’image de l’Afrique à l’instar des noms de domaine EU (pour l’Europe) ou Dot Asia (pour l’Asie). ‘’Ce nom ne doit être géré que par les Africains’’, a-t-il souligné.

En prélude à la 42e réunion de l’ICANN, prévue du 23 au 28 octobre, une table-ronde ministérielle de trois jours s’est ouverte mercredi à Dakar.

La rencontre vise à mettre à niveau les ministres africains, les régulateurs et les décideurs sur les enjeux et les implications de la gouvernance actuelle de l’internet au niveau de l’ICANN.

La rencontre vise aussi à fournir une plateforme pour une discussion efficiente et efficace entre experts d’un large éventail sur des sujets spécifiques et les différentes initiatives pour le développement de l’Internet en Afrique.

(Source : APS, 19 octobre 2011)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)