twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Abdoulaye Diallo, sociologue : « au Sénégal, il n’y a plus de vie privée, tout est public »

jeudi 21 avril 2022

Au Sénégal, la vie privée n’est que de nom depuis l’apparition des réseaux sociaux. Pour le moindre fait, des vidéos, audios sont publiés via les plateformes sociales. Ce qui participe gravement à l’accélération de la perte des valeurs. Selon Abdoulaye Diallo, sociologue à l’UCAD, ce n’est pas la perte des valeurs bien connues dans la société sénégalaise qui est à l’origine de la situation actuelle du pays. En réalité, ce sont les réseaux sociaux et le développement de la communication instantanée mondialisée.

« …C’est devenu un plaisir malsain d’exposer la vie des gens, rien que pour faire du mal »

Au Sénégal, il n’y a plus de vie privée, tout est public. Mais « on a une vie familiale, car les réseaux sociaux ont exacerbé l’extérioration de cette vie privée. C’est devenu un plaisir malsain d’exposer la vie des gens rien que pour faire du mal, suivre leurs faits et gestos », a indiqué Abdoulaye Moussa Diallo dans un entretien avec le journal Vox Populi.

Et de poursuivre : « Personne n’est plus à l’abri, car tout le monde est à la quête de scoop, de Buzz On ne se soucie plus des conséquences dans la vie des gens qui est souvent bouleversée. Ces crises occasionnées par le fait de voir son intimité dans la place publique peut causer parfois des traumatismes qui peuvent pousser au suicide ».

Wathsapp, Twitter, Facebook : « La société sénégalaise s’est appropriée ces outils numériques sans les interroger »

Les outils « numériques » (Wathsapp, Twitter, Facebook, etc.) sont bâtis sur la philosophie de « l’individualisme » de la société « occidentale. « La société sénégalaise s’est appropriée cs outils sans les interroger. Alors le monde est devenu un petit village où des milliards de personnes se connaissent. Cette situation a créé cette intrusion dans la vie d’autrui, vouloir copier la vie de l’autre », complète Dr Abdourahmane Kane, sociologue de formation interrogé par le même journal. « C’est pourquoi on a tendance à exposer nos quotidiens pour montrer notre existence sociale sans mesurer parfois le conséquences », analyse-t-il.

(Source : Social Net Link, 21 avril 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)